Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

697 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2019

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

L'OTAN : walking dead ?

C’est un véritable pavé dans la mare qu’Emmanuel Macron a lancé dans un entretien accordé aux journalistes de The Economist.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’OTAN est selon lui « en état de mort cérébrale ». Quant à l’Europe, elle se considère, toujours selon les mots du président français, comme un marché alors qu’elle devrait agir comme un bloc politique pour faire valoir ses intérêts. Les États-Unis ont un président qui ne partage pas « notre idée » du projet européen et, de toute façon, la tendance historique, avec ou sans Donald Trump, tend à l’éloignement stratégique des États-Unis et de l’Europe.

Dans sa démonstration, Emmanuel Macron s’appuie sur des faits : il cite le choix de Barack Obama de ne pas sanctionner la Syrie après l’usage d’armes chimiques, malgré les fameuses lignes rouges qu’il avait lui-même tracées. Il mentionne également le récent retrait des troupes américaines de Syrie, pour laisser les forces turques s’en prendre aux Kurdes qui avaient été nos alliés dans la guerre contre Daech, et ce alors même que la Turquie est membre de l’OTAN. Tout ceci décidé sans consulter ni avertir les alliés.

Lors du Forum de Paris sur la paix, le 12 novembre, il a réitéré ses propos, reconnaissant qu’il avait pu choquer mais qu’il ne faisait qu’énoncer des réalités que nul ne pouvait ignorer. 

Cependant, c’est la vigueur avec laquelle Macron s’est prononcé qui a surpris, alors que depuis deux ans et demi celui-ci tâche de conserver les meilleures relations avec Donald Trump. Sans doute estime-t-il que maintenant que la preuve est faite que Trump ne tient aucun compte de ses alliés, il passe à une autre étape.

Mais Donald Trump lui-même avait déclaré au cours de la campagne électorale de 2016 que l’OTAN était obsolète. Il estime qu’elle coûte cher aux États-Unis et que ces derniers doivent surtout se désengager d’alliances devenues encombrantes. Mais jusqu’ici, il n’a pas pu mettre en place sa politique, car il en a été empêché par « l’état profond » américain, notamment les institutions de sécurité et le complexe militaro-industriel. Ces derniers voient dans la Russie la continuation de la menace soviétique. Ils estiment que l’OTAN coûte peu et permet de maintenir les pays européens dans une certaine dépendance à l’égard des États-Unis. Au-delà de cette influence stratégique, cela permet d’assurer un volume important de ventes d’armes américaines aux pays européens.

Ces derniers, en première ligne desquels l’Allemagne d’Angela Merkel, ont rappelé leur attachement à l’OTAN. Ils sont en fait dans une habitude de dépendance à l’égard des États-Unis, même si le défi stratégique russe n’a rien à voir avec ce qu’était la menace militaire soviétique du temps de la guerre froide. Aujourd’hui, les dépenses militaires russes sont de 60 milliards de dollars. Les dépenses militaires des pays européens de l’OTAN représentent quant à elles 240 milliards. Il n’y a donc pas objectivement de menace militaire russe. Moscou pose un défi stratégique, mais pas une menace militaire. Et la Crimée est un cas réellement spécifique, historiquement et stratégiquement, mais pas un précédent qui annonce d’autres annexions. En 1987, un conseiller de Gorbatchev, Arabatov, avait lancé cet avertissement aux Occidentaux sous forme de boutade : « Nous allons rendre le pire des services : vous privez d’ennemi. » L’OTAN ne s’est pas laissée déstabiliser aussi facilement et gonfle régulièrement la menace russe pour justifier son maintien et même l’extension de son périmètre, de ses missions et de ses moyens.  Mais, le poids de l’habitude, et le fait que les élites stratégiques européennes sont en grande partie formées et socialisées par la communauté stratégique américaine, expliquent la peur de la plupart des Européens à amorcer un changement. Il est toujours difficile de sortir d’une dépendance.

Emmanuel Macron a voulu créer un choc psychologique avant le prochain sommet de l’OTAN, début décembre. Il estime qu’il n’a rien à perdre, car c’est l’immobilisme qui serait le plus dangereux.  Il espère que les Européens ouvriront les yeux et découvriront la réalité : les États-Unis ne sont plus le protecteur indispensable qu’ils ont été pendant la guerre froide. Et cela ne doit pas paniquer l’Europe, mais lui faire prendre conscience de ses responsabilités.

Le sommet de l’OTAN de décembre risque d’être animé. Mais Emmanuel Macron, qui se réfère régulièrement à la ligne gaullo-miterrandiste, a raison de lancer ce cri d’alarme.

L’Europe ne peut pas se contenter d’être la spectatrice passive de sa propre histoire.

Pascal Boniface a publié en janvier 2019 « Requiem pour le monde occidental – Relever le défi Trump » aux éditions Eyrolles.

Cet article est également disponible sur mon blog. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda