Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

717 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2019

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Make America Great Again: le pari réussi de Donald Trump?

Lorsque Donald Trump s’est présenté à la primaire républicaine, il a été accueilli par des sourires entendus. Tous pensaient qu’il allait faire un tour de piste et disparaître très rapidement de la scène politique. À la surprise générale, il l’a remportée.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chacun, dans le camp démocrate, était alors sûr et certain qu’Hillary Clinton allait remporter les élections face à un candidat aussi décalé, voire répulsif. Le président Trump a finalement déjoué tous les pronostics en remportant les élections et en annonçant sa détermination à changer les États-Unis. Il a aussi, au cours de la campagne électorale, annoncé qu’il allait rompre avec la politique étrangère américaine suivie par tous ses prédécesseurs, républicains et démocrates réunis, qui n’avait conduit qu’à un déclin du pays. Il promettait de leur rendre leur puissance et « Make America great again ». 

Ces annonces avaient été accueillies avec le plus grand scepticisme, y compris et avant tout aux États-Unis. Aucun spécialiste reconnu des questions internationales n’avait accepté de faire partie de son équipe de campagne. Au contraire, anciens diplomates, généraux à la retraite et spécialistes des think tanks en activité, mettaient publiquement en garde les électeurs américains sur les dangers qu’un D. Trump président ferait courir à leur pays, à son prestige et à sa sécurité. 

Ses premiers pas de président ont été jugés catastrophiques et ont placé la quasi-totalité des dirigeants et observateurs de la scène internationale dans un abîme de perplexité. Propos et comportements grossiers, déclarations incendiaires et racistes, rejet des alliés traditionnels et des règles communes les mieux établies, méconnaissance crasse des dossiers, usage compulsif de Twitter... Le président américain était devenu un sujet de plaisanterie. 

Erreur terrible, car nous n’assistons pas à une comédie, mais à un drame qui se déroule sous nos yeux sans que nous n’en ayons vraiment conscience.

Pendant qu’on se moque de lui, Donald Trump avance. Il suit son agenda. Il n’est pas irrationnel, il a simplement d’autres priorités. Il veut que l’illusion d’un monde unipolaire qui, entre autres, avait conduit à la catastrophique guerre d’Irak devienne non plus une chimère coûteuse pour les États-Unis mais une réalité dangereuse pour ceux qui s’y opposent. 

Et il est peut-être en train de gagner son pari. Il a renoncé à l’illusoire politique d’hégémonie libérale conduite par tous les présidents américains depuis la fin de la guerre froide, faite d’interventions militaires pour exporter les valeurs universelles et la démocratie et il ne milite pas pour l’établissement de régimes démocratiques, se sentant parfois plus proche de dictateurs avérés (Kim Jong-un, MBS) que de dirigeants élus (Trudeau, Merkel, Macron). Certes, il continue de s’appuyer sur la force militaire et il a augmenté le budget militaire américain de 600 à 720 milliards de dollars. Mais il veut montrer sa force pour ne pas avoir à l’utiliser. C’est d’ailleurs inutile. Les menaces de sanctions, de fermeture du marché américain et l’application d’une législation extraterritoriale aux autres pays suffisent à les faire rentrer dans le rang. Non content d’avoir dénoncé l’accord sur le nucléaire iranien, il veut désormais interdire à tout pays d’acheter du pétrole à Téhéran. Les autres protestent, contestent, mais acceptent en réalité d’appliquer les décisions de D. Trump. Plutôt que des expéditions militaires, on décrète désormais des sanctions et on menace ceux qui ne veulent pas suivre. Plus aucun pays ne va acheter de pétrole iranien.

Cuba, le Venezuela, l’Iran, Donald Trump espère que l’étouffement économique de ces pays conduira à une révolte populaire débouchant, plus sûrement qu’une intervention armée, sur un changement de régime. Et il impose aux autres pays de le suivre. Il espère par les mêmes moyens obtenir la dénucléarisation de la Corée du Nord. S’il accomplit un seul de ces 4 objectifs, il pourra revenir triomphant devant les électeurs déjà satisfaits de la bonne santé économique du pays et conserver le pouvoir jusqu’en 2024.

Va-t-il donc établir un impérium américain qui remettra plus que jamais en cause la souveraineté des autres nations ? Cela dépend avant tout de leur réaction, et en premier lieu de la Chine, la Russie et l’Union européenne. Vont-elles le laisser faire ? D. Trump triompherait alors grâce à leur inaction et à leur division. 

Cet article est également disponible sur mon blog

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant