Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2022

« Éric Zemmour et l’islam » - 3 questions à Asif Arif

Asif Arif est avocat au Barreau de Paris, auteur de plusieurs ouvrages et conférencier intervenant sur les questions de fait religieux, de terrorisme, d’islam et de laïcité. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « Éric Zemmour et l'islam - Analyse et déconstruction d'un discours teinté de manipulation » aux éditions L’Harmattan.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon vous, Éric Zemmour confond islam et islamisme.

Oui, et il semble que cette confusion soit entretenue soit pour des raisons de positionnement médiatique, soit pour des raisons de positionnement politique. Je m’explique : nous savons que depuis plusieurs années désormais, le débat public a tendance à utiliser des mots qui sonnent « forts » et décrivent de manière peu claire les concepts auxquels ils renvoient. Je pense notamment aux termes de « communautarisme », « banlieue », « islamisme », « jihadisme ».

Ces termes entretiennent une fonction de peur et disqualifient ceux qui seraient les banlieusards, les jihadistes ou les communautaristes. Leur utilisation est donc politique : disqualifier les propos de son adversaire, l’avilir ou lui casser sa crédibilité. Éric Zemmour utilise quant à lui le terme d’islamisme pour décrire des terroristes alors que beaucoup d’ouvrages (Maréchal, Les Frères musulmans en Europe) démontrent que ce n’est ni systématique, ni aussi simple. Éric Zemmour va plus loin puisqu’il demande aux musulmans d’abandonner leur religion parce que tout musulman qui pratique est un islamiste.

Cette simplification à l’outrance des notions élémentaires semble peu propice à un débat calme, vous en conviendrez. Il me fallait donc expliquer qu'Éric Zemmour pense que le musulman qui pratique est un danger pour la civilisation française, ce qui est absolument faux, évidemment.

Vous soulignez la contradiction de se déclarer laïque et de vouloir organiser spécifiquement une religion.

Oui, la laïcité suppose la neutralité de l’État à l’égard des administrés afin que l’État, ne reconnaissant aucune religion, n’entre pas en voie de discrimination à l’égard d’un administré (utilisateur du service public par exemple). Ainsi, si l’État ne reconnait pas de religion, il reconnait par la même occasion son incompétence à pour décider, ordonner ou prendre des décisions en matière – ce qui n’empêche pas, évidemment, d’administrer sans pour autant interférer. Comme on le voit, la question de la laïcité renvoie à la notion d’équilibre institutionnel et est très fragile surtout dans les temps récents où celle-ci est largement instrumentalisée, voire politisée (Arif, Être musulman en France).

Lorsqu'Éric Zemmour demande ainsi aux musulmans d'abandonner leur religion il commet ici une double erreur : la première étant de considérer que le principe de laïcité permet à l'État de décider de la religiosité des individus. La deuxième consiste à considérer que l'État décide si un individu a le droit de pratiquer une religion ou non. Le représentant de la République n’a pas à dicter le choix religieux des individus ou la pratique religieuse des individus car, si l’on suit cette trajectoire, l’État n’est plus neutre, il est prescripteur de règles en matière religieuse, ce qui est précisément le contraire de ce qui est voulu par le principe de laïcité.

Selon vous, Éric Zemmour déforme également le Coran.

Éric Zemmour déforme les termes du Coran mais également son historicité. Il sépare sournoisement la période mecquoise de la période médinoise pour essayer d’introduire des différences et, in fine, des contradictions. Or, la période médinoise – qui insupporte Éric Zemmour – est également celle pendant laquelle la Charte de Médine a été consacrée. Cela est évidemment totalement occulté dans son raisonnement. Voici comment Éric Zemmour joue de la fonction d’historien (qu’il n’a pas) face à un public pas – ou très peu – averti.

Enfin, Éric Zemmour est également un véritable professionnel du remaniement des mots, des versets et des contextes. Sur le jihad, par exemple, Éric Zemmour omet les versets d’avant et les versets d’après pour se concentrer sur une phrase particulière. C’est ce que mon livre vise à déconstruire.

Cet article est également disponible sur mon blog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof