Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

697 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2021

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

« Le premier XXIe siècle » - 4 questions à Jean-Marie Guehenno

Diplomate français, spécialiste des questions de défense et des relations internationales, Jean-Marie Guéhenno a été Secrétaire général adjoint au Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU (2000-2008). Il est aujourd’hui professeur à Columbia University à New York. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « Le premier XXIe siècle » (Flammarion).

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous estimez qu’au moment où l’Occident démocratique traverse la crise la plus grave de son histoire depuis la fin de la guerre froide, il y a dans l’obsession chinoise un risque de diversion…

La Chine a un projet de puissance qu’on aurait tort d’ignorer, et les Européens ont raison de se doter – tardivement - d’instruments efficaces pour protéger leurs infrastructures critiques et ne pas devenir excessivement dépendants de la Chine, mais le plus grand défi est ailleurs : certains aspects du « modèle chinois », quand on les compare à nos sociétés démocratiques en pleine décomposition, risquent de devenir de plus en plus attrayants ;  autant la répression des Ouïghours fait à juste titre horreur, autant la dictature douce, et pour ainsi dire invisible, que le système chinois de crédits sociaux tente d’instaurer, crée une tranquillité, une « harmonie », qui peut faire envie à des sociétés qui se déchirent. La vraie menace est à l’intérieur de nos sociétés, dans leur fragmentation croissante, que nous ne savons comment surmonter. Les Occidentaux, au lieu de se construire un ennemi qui les rassure sur leur supériorité morale, doivent d’abord regarder en eux-mêmes, et réfléchir aux moyens de retrouver la capacité à porter des projets collectifs, tout en préservant le désordre démocratique, avec ses conflits mais aussi la créativité d’individus libres. Et cela sans sombrer dans le nationalisme… Ce ne sera pas facile.

Vous craignez que ce que vous appelez « le complexe militaro-informationnel » exerce une influence encore plus grande et plus dangereuse que le complexe militaro-industriel de la guerre froide…

Le pouvoir, la richesse sont aujourd’hui dans la maîtrise et le traitement des données. On s’inquiète des effets les plus visibles de cette nouvelle donne de la puissance : la capacité d’espionnage qui menace l’espace privé, la capacité de manipulation qui peut influencer les compétitions électorales. En réalité, les effets sont beaucoup plus profonds, car c’est la structure même des sociétés, dans ses dimensions politiques et économiques, qui est en train d’être redéfinie par les nouveaux maîtres des données. En Occident, l’Europe ayant raté la première révolution des données, les quelques grandes sociétés qui dominent cette nouvelle économie sont exclusivement américaines. Elles ne se confondent pas, et ne veulent pas se confondre, avec l’État américain, mais dans la pratique, ne serait-ce que pour faire face à leurs concurrents chinois, qui eux ont partie liée avec l’État chinois, elles seront de plus en plus obligées de travailler avec les autorités qui les règlementent. Et cette extraordinaire concentration de pouvoirs, aujourd’hui sans réels contre-pouvoirs, me paraît beaucoup plus dangereuse que le complexe militaro-industriel de la guerre froide, qui se contentait de défendre ses intérêts industriels avec les moyens classiques de la propagande : elle est à la fois plus insidieuse, et plus radicale, car elle remodèle l’ensemble des sociétés occidentales.

Pour vous, la peur du terrorisme hante nos sociétés d’une façon qui n’a pas de précédent dans l’histoire, bien que la probabilité d’être victime d’un acte de terrorisme reste très faible, en particulier dans les pays riches. Comment expliquer cela ?

Les statistiques mondiales du terrorisme n’ont pas de sens : elles additionnent les victimes de pays en guerre comme l’Afghanistan ou la Syrie, où les victimes se comptent par milliers, et les victimes de pays riches où, la plupart des années, le terrorisme reste un phénomène exceptionnel. Néanmoins, le discours public des sociétés riches se sert de ces statistiques pour faire du terrorisme une menace stratégique, alors qu’il est seulement le révélateur de la fragilité de sociétés qui, faute de projet collectif, rêvent d’une société à risque zéro. Il ne devient menace stratégique que parce que son impact psychologique est infiniment supérieur à ses conséquences matérielles directes. La seule émotion partagée est désormais la peur, une peur qui ne produit pas un sursaut collectif, mais plutôt un mouvement de repli. Elle engendre une relation infantilisante avec les institutions et l’Etat : on en attend une protection totale, qui est hors de portée, et cette déception structurelle alimente le cercle vicieux de la méfiance et de l’hyper-individualisme. À chaque époque a correspondu un type de conflit, qui correspond aux structures et à l’échelle de valeurs d’une société particulière. La violence individualisée du terrorisme est à l’image de notre société en miettes.

Vous proposez de substituer à l’opposition entre la démocratie et les dictatures un autre débat plus complexe sur le type de société qui offrira à chaque être humain la possibilité d’accomplir pleinement son destin humain, qu’entendez-vous par cela ?

La plus grande force de l’idée démocratique est d’affirmer la dignité de chaque individu ; et on a vu il y a dix ans combien cette revendication de dignité a été une dimension essentielle dans les printemps arabes. Mais les démocraties contemporaines oublient ce qui les légitime : l’attention presque exclusive qu’elles portent au succès électoral, arbitre de la politique comme le marché l’est de l’économie, transforme les citoyens en « particules élémentaires » qui ne comptent que par le vote qu’ils expriment. L’idéologie de la réussite, économique, sociale, électorale, écrase toute autre hiérarchie de valeurs, comme si la vie était un grand concours, où les premiers seront les chefs, et les derniers les éboueurs. Bien sûr, la méritocratie – et nous en sommes loin – vaut mieux que la ploutocratie, mais elle ne peut pas être la réponse unique. Il y a bien des manières de définir le mérite, et une société authentiquement pluraliste est une société qui accepte des légitimités concurrentes et reconnaît la diversité des chemins qu’un être humain emprunte pour s’accomplir. Une bonne partie de la violence contemporaine est une réaction contre le mépris dont ceux qui n’ont pas « réussi » selon les critères dominants se sentent l’objet. La demande, à mon sens problématique, de démocratie directe, est un autre symptôme de la frustration qu’engendre une société devenue unidimensionnelle.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias