Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

614 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2015

La victoire, pas la vengeance

Ils allaient, insouciants et joyeux, à un concert de rock, boire un verre en terrasse, voir un match de football. Il faisait bon ; c'était le début du week-end. Ils étaient en famille ou avec des amis. La vie était belle, conviviale et festive.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils allaient, insouciants et joyeux, à un concert de rock, boire un verre en terrasse, voir un match de football. Il faisait bon ; c'était le début du week-end. Ils étaient en famille ou avec des amis. La vie était belle, conviviale et festive.

Ils sont morts. Voilà ce qu'ont voulu tuer les terroristes. Une jeunesse ouverte et fraternelle, dont la très grande majorité était consciente de son statut de citoyen du monde et solidaire du malheur des autres. Sans doute, beaucoup sont actifs dans les milieux associatifs et de solidarité. Ils ont été tués sans jugement, à l'aveugle, pour le symbole qu'ils représentaient. Aujourd'hui, chaque Parisien se dit « cela aurait pu être moi, cela aurait pu être un de mes enfants ou parents ». Ceux qui ne sont pas atteints sont soulagés après une immense angoisse, les autres sont inconsolables de la perte d'êtres chers. L'émotion est donc générale. Pour le moment, la population a réagi avec une très grande dignité.

La plus grande difficulté aujourd'hui est de répondre à ces attaques immondes non par l'émotion mais par la raison.

La première question à se poser est de savoir ce que recherchaient les terroristes pour ne pas leur donner satisfaction. Il faut affirmer haut et fort que nous ne changerons pas ce que nous sommes : une société ouverte et démocratique. Après le terrible attentat d'Oslo, le Premier ministre norvégien avait déclaré « bien entendu, nous n'avons pas changé ce que nous sommes ». Breivik avait durement touché la société norvégienne en tuant près de quatre-vingts personnes, mais il n'avait pas gagné. Les Français doivent montrer qu'ils n'ont pas peur, qu'ils continuent à sortir, à profiter de la merveilleuse ville qu’est Paris. Qu'ils prennent des précautions renforcées mais qu’ils ne font pas un amalgame entre terroristes et musulmans. C’est ce que cherche Daech : renforcer l’islamophobie pour nourrir le terrorisme, développer le terrorisme pour nourrir l’islamophobie.

Ne pas non plus changer de politique extérieure. Selon certains, ce sont les bombardements sur l'État islamique qui sont la cause des attentats. Mais y mettre fin aujourd'hui signifierait que l'on change de stratégie par peur. La France va très certainement intensifier ses bombardements. Ils pourront affaiblir l'État islamique et ne permettront pas de le vaincre définitivement. Et c'est là qu'il ne faut pas tomber dans l’autre piège. Lancer une offensive terrestre occidentale, c'est justement ce qu'attend Daech pour nourrir un discours de mobilisation contre « les croisés ». C'est aux pays sunnites, pays du Golfe et à la Turquie d’agir en premier lieu, parce qu'ils sont les plus légitimes pour affaiblir le soutien des sunnites irakiens et syriens à Daech et qu’ils sont aux premières loges de la menace. Il faut entamer une grande concertation avec tous les pays concernés: pays du Golfe, Turquie, Occidentaux, Russie, Iran pour mettre fin à cette menace globale, mais les pays sunnites doivent être à l'avant-garde de la bataille. Ils en ont les moyens, et l'enjeu est bien plus essentiel que la guerre que les Saoudiens mènent en ce moment au Yémen.

Le terrorisme doit susciter une mobilisation globale mais il faut ne pas se contenter de lutter contre ses effets. Il faut également réfléchir à ses causes. Ceux qui ont soutenu la guerre d'Irak en 2003 sont assez mal placés pour nous expliquer comment lutter contre l'État islamique qui est un avatar de cette guerre.

Nous sommes dans une situation nouvelle. Tout d'abord par le nombre de morts, mais également par le type de menaces. Pendant longtemps, certains disaient qu'il ne fallait pas parler d'État islamique parce que c'était donner trop d'importance à Daech. Mais cette organisation exerce bien une autorité sur la population qui vit sur un territoire donné et qui, de plus, organise des attentats à l’extérieur. Nous sommes confrontés à une mutation inédite du terrorisme, qui est à la fois déterritorialisé et ancré sur un territoire. Face au terrorisme, il n'y a pas de risque zéro. Le plan Vigipirate en France n'a pas empêché ces attentats. Vous protégez mille cibles, les terroristes vont s'attaquer à la mille et unième. On ne peut pas mettre des policiers ou militaires devant toutes les terrasses, dans toutes les salles de spectacles, dans tous les monuments publics. Il faut tenir un discours de vérité aux citoyens. Oui, il y a un risque terroriste et il faut s'habituer à vivre avec, comme nous nous habituons à vivre avec d'autres risques. D'un certain côté, plus nous en parlons, plus nous donnons raison à nos adversaires. Plus nous le mettons en avant publiquement, plus nous leur signalons là où est notre faiblesse. Alors il faut dire que le risque existe mais que nous n'avons pas peur. Nous sommes vigilants, pas craintifs ni haineux. Nous voulons la victoire, pas la vengeance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille