Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

614 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2021

Chine-États-Unis : dialogue et tensions

Après le sommet virtuel entre Joe Biden et Xi Jinping qui s'est tenu hier, 15 novembre 2021, retour sur la rivalité sino-américaine.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les bases d’une cohabitation pacifique des deux puissances chinoise et américaine n’existent plus. Jusqu’ici, la Chine ne remettait pas en cause le leadership mondial des États-Unis et ces derniers ne s’intéressaient pas à la nature du régime chinois. Aujourd’hui, Pékin revendique la première place mondiale et Washington ne cesse de mettre en avant le caractère autoritaire et dictatorial du régime. S’il est vrai qu’il y a une crispation autoritaire de la part de Xi Jinping, on ne peut pas dire que la Chine était un régime ouvert, transparent et libéral qui se serait fermé depuis. Lorsqu’en 1972, Nixon et Kissinger établissaient un partenariat stratégique de fait avec Mao, la Chine n’avait rien d’une démocratie paisible. L’argument des restrictions aux libertés en Chine existe, mais ce n’est pas le véritable motif de l’opposition des États-Unis. La véritable motivation est bel et bien la montée en puissance de la Chine.

Nulle tentation de la part des dirigeants chinois de proclamer la supériorité du modèle occidental, bien au contraire.

Les deux modèles se font face avec le sentiment d’États-Unis qui accumulent les difficultés du fait, notamment, de leurs interventions militaires coûteuses financièrement, politiquement en termes de prestige et stratégiquement, et d’une Chine qui avance méthodiquement tant dans les instances multilatérales stupidement désertées par Donald Trump que dans la multiplication des relations bilatérales. La Chine est désormais le premier partenaire commercial d’environ 120 pays contre 60 pour les États-Unis.

En avril 2019, dans une conversation téléphonique entre Donald Trump et l’ancien président américain Jimmy Carter par lequel le président en exercice souhaitait remercier son prédécesseur pour son soutien dans la tentative de négociation avec Kim Jong-un, ils abordaient les problèmes que posait la montée en puissance de la Chine. Jimmy Carter déclara la chose suivante. « Nous avons établi des relations diplomatiques en 1979, lorsque j’étais président. Depuis cette date, les États-Unis ont constamment été en guerre, la Chine ne l’a jamais été. » C’est certainement une, certes pas la seule, explication du rattrapage chinois.

La Chine ne va pas stopper sa montée en puissance parce qu’elle a pour effet de susciter l’anxiété aux États-Unis. Y a-t-il un moyen de trouver les voies de codifier la rivalité et la coopération entre les deux ? Force est de constater qu’ils ont tous les deux relancé la course aux armements et qu’il n’y a aucune voix pour prôner une nouvelle politique de maîtrise des armements, de modération des comportements, de mise en place de mesures de confiance qui avaient pourtant si bien permis de faire baisser les tensions entre Moscou et Washington.

Les États-Unis ne sont pas les seuls à s’inquiéter de la montée en puissance de la Chine, ou du moins des répercussions qu’elle a sur la diplomatie chinoise. Celle-ci est de plus en plus « assertive », sure d’elle-même et a du mal à éviter la tentation dominatrice.

Il est aisé de comprendre la volonté chinoise d’oublier le siècle des humiliations, il est moins recevable de penser que le siècle de la reconstruction pourrait ou devrait être suivi de celui de la domination. Le multilatéralisme tel que la Chine le conçoit n’a pas toujours la même définition que celle retenue dans les autres capitales. La tentation de bénéficier des rapports de force très favorables dans les relations bilatérales inquiète de nombreux partenaires. Et les pays de l’ASEAN, s’ils redoutent une confrontation entre Pékin et Washington, estiment pour certains que le maintien d’une présence américaine est une garantie pour l’avenir. Le risque pour la Chine est de tomber à son tour dans l’hubris. Certes, Pékin aime à rappeler qu’elle n’a jamais été impérialiste, qu’elle n’a jamais eu l’esprit de conquête. Mais, dans l’histoire, toute puissance numéro un a voulu l’utiliser pour imposer sa volonté aux autres.

N’y a-t-il jamais eu dans l’histoire une puissance dominante qui n’a pas voulu abuser de sa position ? Pourquoi la Chine ferait exception ?

Ce qu’il faut c’est lui montrer qu’elle aurait plus à perdre qu’à gagner en allant vers cette voie. Les États-Unis semblent avoir choisi la voix de l’affrontement et de la course aux armements pour maintenir leur propre domination. L’Europe doit se montrer ferme et disponible et faire valoir ses propres intérêts.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot