Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

697 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2020

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Coronavirus: une affaire géopolitique

L’épidémie de Coronavirus a déjà fait près de 2 000 morts et continue à se répandre. Par son ampleur, les craintes et les réactions qu’elle suscite, elle n’est pas seulement une affaire médicale, elle prend une tournure géopolitique.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment expliquer la force des angoisses qu’elle a provoquées ? Les rumeurs les plus folles ont couru. On a vu des gens changer de direction dans la rue pour éviter de croiser des Chinois, de peur d’être contaminé, suggérant que tout Chinois était devenu contagieux. L’épidémie a provoqué des réactions tout à fait irrationnelles.  Comme si l’humanité avait une mémoire collective de la peur de la grande peste du XIVe siècle qui avait, elle, réduit la population de l’Europe de 25 à 50 %. Elle était venue par bateaux commerciaux d’Asie, un tiers des Chinois en était mort. La grippe espagnole avait fait entre 50 et 100 millions de victimes entre 1918 et 1920. Les populations et les médias réagissent aujourd’hui comme si des épidémies de cette importance pouvait de nouveau frapper l’humanité.

Or, en s’intéressant aux grandes pandémies les plus récentes, on constate que les proportions ne sont plus du tout les mêmes. Le SRAS, lui aussi parti de Chine en 2003, a fait moins de 1 000 morts. L’épidémie d’Ebola en 2014 a fait 12 500 victimes. Les systèmes de santé sont aujourd’hui bien plus performants pour lutter contre les maladies.  

Pourquoi cette épidémie de coronavirus fait-elle plus peur que celle de la grippe qui fait chaque année des milliers de morts sans susciter le même effet de panique ? En 2017, ce sont 60 000 Américains qui sont morts d’un virus de la grippe particulièrement actif. La particularité du coronavirus est qu’il s’agit d’une maladie nouvelle dont on connaît encore mal les modes de propagation. C’est comme cela que la peur de l’autre ressurgit.

A l’heure de la mondialisation, l’intensification et la rapidité des échanges, ainsi que les voyages, multiplient les risques de contamination. Mais le nombre de victimes des dernières pandémies devrait aussi faire réfléchir. S’ils ont été limités (mise à part l’épidémie de SIDA, qui a fait 32 millions de victimes depuis 1981), c’est entre autres grâce au travail de l’Organisation mondiale de la santé. Le multilatéralisme, dans sa forme la plus concrète, fonctionne. À l’heure où il est de bon ton de critiquer les institutions internationales en général, et l’ONU en particulier, on constate que l’OMS - qui est une institution spécialisée de l’ONU - a bien rempli sa mission. La gestion à l’échelle globale de l’épidémie montre qu’elle n’est pas utile, mais indispensable. Sans elle, le bilan serait déjà beaucoup plus lourd. Sans elle, le SRAS et Ebola auraient tué bien plus de personnes. Une fois de plus, il est prouvé que face à une menace globale, seule une réponse multilatérale peut être à la hauteur. Il est regrettable que ce constat, accepté au niveau fonctionnel et médical, ne le soit pas au niveau stratégique.

On se demande également si cette épidémie ne va pas stopper l’ascension de la Chine, qui semblait jusqu’ici irrésistible ? Ceux qui parient sur une telle tendance pourraient en être pour leurs frais. Déjà lors de l’épidémie de SRAS, certains avaient émis l’idée que la Chine ne s’en relèverait pas. Elle a marqué un ralentissement provisoire avant de reprendre son rythme infernal vers la croissance. Elle représentait en 2003 4% du PIB mondial. Elle en représente aujourd’hui 17 %. Cela veut dire entre autres qu’une crise chinoise affecterait l’ensemble de l’économie mondiale. La Chine a représenté à elle seule 70 % de la croissance économique mondiale l’an dernier. Le Japon et les États-Unis craignent déjà d’être affectés eux aussi par un ralentissement de l’économie chinoise. Donc même les pays qui ont des relations compliquées, pour ne pas dire de rivalité avec Pékin, ne peuvent se réjouir de voir la Chine en panne, car cela à des conséquences négatives directes sur eux. La Chine devrait ralentir sa croissance cette année pour probablement la reprendre très vite.

On peut dire qu’aujourd’hui, lorsque la Chine attrape un rhume, c’est le monde entier qui éternue.

Cet article est également disponible sur mon blog. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’ex-patron de Pierre et Vacances partira les poches pleines
Après avoir cédé le groupe de loisirs qu’il a fondé à un trio d’investisseurs, Gérard Brémond se voit proposer en guise de cadeau de départ par les nouveaux actionnaires un plan d’actions gratuites qui pourrait lui procurer des millions d’euros. Le tout en payant un minimum d’impôts.
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel