À la vue des intitulés de chapitre, on est tout de suite plus circonspect : « L’immigration postcoloniale au cœur du trouble » ; « L'islamisme contre la nation » ; « L’immigration, le danger islamiste » ; « Trois objets et critères de détestation : l’Amérique, le sionisme, le néocolonialisme français » ; « La conquête de l'Algérie, un cas très exceptionnel ». La lecture de l'ouvrage ne fait que confirmer le malaise. Il y a une obsession antimusulman, mal cachée derrière une dénonciation de l’islamisme. Ce dernier n’est d’ailleurs jamais défini, démarche curieuse pour qui se dit universitaire mais qui permet tous les amalgames. L’autre cosignataire est Frédéric Encel.

Si le lecteur attend une réflexion globale de la place de la France dans le monde, de l'évolution de son positionnement géopolitique face à la disparition du monde bipolaire et aux grandes mutations stratégiques dues à la globalisation et à l'émergence, sur les marges de manœuvre dont elle peut se doter face aux États-Unis, à la Chine et à la Russie, sur la redéfinition de notre politique par rapport au monde arabe, au Proche-Orient, à l’Asie, l'Afrique et l'Amérique latine, qu’il passe son chemin ! Le livre est entièrement consacré à la menace que fait peser l'islamisme en France. « La patrie est en danger » affirment les auteurs. L'islamisme est un dangereux fléau menaçant nos valeurs républicaines[1]. Faut-il prendre les armes ?

Yves Lacoste s’élève contre le discours stigmatisant ou culpabilisant selon lequel les immigrés algériens auraient été livrés à leur sort ou refoulés dans des ghettos.[2] Selon lui, les « prétendues mauvaises conditions de vie dans les grands ensembles de banlieue sont les faits du mécontentement de notaires exclus du marché des logements locatifs qui, conjointement avec les petits entreprises de la fédération du bâtiment, ont lancé dans les médias une campagne pour dénigrer les prétendues mauvaises conditions de vie dans les grands ensembles de banlieue. » On croit rêver ! On est au cœur de la réflexion géopolitique…

Assez décomplexé, Yves Lacoste pose très franchement la question : « Quand on se pose la question de l'islam et des musulmans qui vivent en France dans le déroulement de cette offensive djihadiste, on se fait accuser de racisme. C’est encore passer sous silence que les musulmans français sont loin d'être les seuls à être des chômeurs et à vivre en banlieue ». Yves Lacoste déplore la dénonciation devenue presque rituelle des horreurs des conquêtes coloniales et ensuite de la colonisation devenue chez les intellectuels de gauche le moyen de disqualifier la République[3].

Frédéric Encel, quant à lui, nous tire les larmes en écrivant qu’aussi loin que remontent ses souvenirs, il a toujours été profondément et viscéralement attaché à la France[4]. Ben voyons ! Il entame le couplet récurrent contre l’islamo-gauchisme (qui se situe entre la haine de soi du Français occidental blanc ou européen, dogmatisme marxisant éculé, et le lucratif lobbying en faveur de l'Arabie Saoudite et du Qatar)[5]. Amusant pour quelqu'un qui vit essentiellement de son engagement communautaire, n’a pas de poste statutaire universitaire et dont le lobbying pro-israélien est ancien et constant. N’est-il pas présenté par ses amis comme « le battant pour Israël dans les médias ». C’est d’ailleurs ainsi qu’il se présente lui-même dans les cercles privés[6]. Il évoque un mimétisme quasi obsessionnel et victimaire entre les prétendus « droits des juifs par rapport à ceux des musulmans » et dénonce les tentatives d'influer contre la politique extérieure de la France dans le sens de l'hostilité à notre alliance atlantique[7]. Bien sûr, personne ne fait pression sur la France pour qu’elle oriente sa diplomatie dans un sens plus favorable à Israël. Il n'y va pas non plus avec le dos de la cuillère en expliquant que le conflit israélo-palestinien n'a strictement rien à voir avec la représentation négative extrêmement partagée dans le monde arabe : juifs nuisibles, lâches, comploteurs, viscéralement hostiles à l'islam. On la trouve, selon lui, dans quantité de corpus interprétatif du Coran[8]. Donc cela veut dire que les musulmans sont par essence antisémites. Il ne faut pourtant pas être docteur en Histoire pour savoir la différence entre le sort des juifs dans le monde occidental et le monde musulman de 1492 à la moitié du XXème siècle. Frédéric Encel rappelle qu’il soutient la création d'un État palestinien aux côtés d'Israël depuis toujours. Ah bon ? Même lorsqu’il était au Betar ? Même jusqu’au milieu des années 2000 où il disait avoir pour maître à penser Jabotinsky ? Il déclarait dès 2001 : « Soyons donc sûr de notre bon droit, c’est un problème de légitimité. Vous êtes aussi obligé d’être systématiquement le plus fort et d’utiliser ce que Jabotinsky préconisait, une muraille d’acier ».[9]

Le professeur Encel se prend un peu les pieds dans le tapis lorsqu'il écrit[10] que le Hamas, groupe islamiste, est considéré comme terroriste par l'ONU. Le Hamas est certainement reconnu terroriste par Israël, les pays occidentaux et les Émirats arabes unis, mais ni la Russie, ni le Brésil, ni l’Afrique du Sud, ni la Chine et donc certainement pas l'ONU ne le considèrent comme tel. Zéro pointé s'il était étudiant. Cela ne l'empêche pas de se présenter trois pages plus tard comme professionnel de la géopolitique.

Encel demande à ce que les associations soi-disant antiracistes de type confessionnel ne puissent prétendre aux deniers de l'État[11]. Il propose par contre d’augmenter les aides à SOS racisme et Ni putes ni soumises, dont la gestion financière a pourtant souvent été mise en cause. Il s’élève contre le culte païen du football et propose de le remplacer par le cinéma, le spectacle, la musique, le théâtre. Son hostilité proviendrait-elle du fait que c’est un secteur où les jeunes issus de la diversité réussissent particulièrement ? Il propose également d'interdire le rassemblement annuel des musulmans de France au Bourget où, selon lui, il y a des appels à la lapidation de femmes adultères et des ventes d'ouvrages à caractère antisémite ou négationniste. On peut penser que si de tels éléments étaient subvenus, il ne serait pas le seul à en parler.

Pour faire bonne mesure, il dénonce la « cinquième colonne », - thème très connoté ! - qui cherche à ringardiser ou à criminaliser la Nation et la République[12].

On comprend dès lors qu’aucun des deux auteurs ne se réclame dans ce livre de l'Institut français de géopolitique, ce qu’ils font habituellement. Il aurait été délicat d’un point de vue intellectuel, scientifique et moral, qu’ils y soient associés.

LACOSTE (Yves), ENCEL (Frédéric), Géopolitique de la nation France, Puf, 2016.


[1] Ibid, p.13

[2] Ibid, p.31

[3] Ibid. p 108.

[4] Ibid. p.35

[5] Ibid. p. 40

[6] Cf. BONIFACE (Pascal), Les pompiers pyromanes, Pocket, 2015, Chap. VII.

[7] Ibid. p.47

[8] Ibid. p.83

[9] Cf. BONIFACE (Pascal), Les intellectuels faussaires, Pocket, 2013 : Frédéric Encel n’a jamais apporté aucun démenti à ce que j’écris sur lui dans ce livre, pas plus que dans « Les pompiers pyromanes » (op. cit.).

[10] Ibid. p 130

[11] Ibid., p. 64.

[12] Ibid., p 277. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Lacoste ne définit pas l'islamisme dit P Boniface mais peut-on au moins comprendre dans son livre que l'islam et l'islamisme sont deux choses différentes, même si des liens existent.

ISLAMISME : L’islam politique se réfère-t-il au Coran ou à la Charia ? | Le Club de Mediapart

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/201116/islamisme-l-islam-politique-se-refere-t-il-au-coran-ou-la-charia