Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

611 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2018

Bolsonaro va-t-il casser les BRICS ?

En 2001, un économiste de la Goldman Sachs définissait une nouvelle catégorie, afin de rassurer les marchés après les attentats du 11 septembre : les BRIC, pour désigner quatre pays, Brésil, Russie, Inde, Chine, ayant à la fois un fort potentiel de développement et une importante population.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette création était à l’origine purement artificielle. Ces pays ont en réalité de nombreuses différences : la Russie et la Chine sont des pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU que l’Inde et le Brésil aspirent à rejoindre. Ces deux premières sont également des puissances nucléaires officielles, quand New Delhi est une puissance officieuse et Brasilia y a renoncé. Les relations sino-russes étaient difficiles et les relations sino-indiennes teintées d’hostilité. La nature de leurs régimes politiques les distinguait également considérablement. Mais, la fiction est devenue réalité et les BRIC se sont mués en une catégorie à part entière et au poids réel sur la scène internationale. Ils ont été rejoints par l’Afrique du Sud pour devenir les BRICS et ne pas laisser le continent africain à l’écart.
Les BRICS commencèrent en 2011 à tenir des sommets de concertation annuels. Ils ont créé une banque internationale de développement, devenue par sa capitalisation la troisième au monde et qui, contrairement à la Banque mondiale ou au Fonds monétaire international, ne fait dépendre ses prêts d’aucune conditionnalité politique. Ils sont rapidement devenus une sorte de « contre-G7 », d’autant plus après l’expulsion de la Russie du G8, à la suite de l’annexion de la Crimée. En septembre 2014, c’est de façon quasi triomphale que la Russie, qui subissait des sanctions occidentales, a été reçue au sommet des BRICS de Fortaleza au Brésil.
Les BRICS n’ont plus grand-chose à voir avec ce qu’avait imaginé l’économiste de Goldman Sachs. Non seulement parce qu’ils existent désormais en tant que structure qui tient des sommets, mais aussi parce que les équilibres internes s’en sont trouvés bouleversés. La Chine d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle de 2001. Elle s’est largement différenciée et pèse d’un poids incomparable. Mais, elle a toujours intérêt à maintenir cette structure.
Au-delà de leurs différences, ces pays contestent le monopole occidental sur la puissance et, de manière annexe, le rôle du dollar comme monnaie d’échange international. Ils considèrent que les Occidentaux ne peuvent plus gérer le monde sans tenir compte de leurs intérêts. C’est dans le souci de peser qu’ils s’unissent, en dépit de leurs différences. La question qui se pose est de savoir si ce club va poursuivre sa montée en puissance dans les années qui viennent. Elle se pose avec d'autant plus d'acuité depuis l’accession au pouvoir à Brasilia de Jair Bolsonaro qui a proclamé à de nombreuses reprises sa proximité idéologique avec D. Trump et sa volonté de réduire l’influence chinoise au Brésil. Si le président d’un pays majeur comme le Brésil cessait la politique menée de distanciation des BRICS à l’égard des Occidentaux, ce club conserverait-il sa pertinence ?
Lors du dernier sommet des BRICS, qui s’est tenu en Afrique du Sud, Bolsonaro a fait dire à Temer que se tiendra bien le prochain sommet des BRICS au Brésil. Il n’a pas intérêt à casser cette mécanique. Le tiers des investissements étrangers au Brésil provient de la Chine quand le tiers des exportations brésiliennes s’en vont vers la Chine. Les marchés américains et européens risquent la stagnation, alors que les marchés chinois et indiens peuvent se développer. Il serait donc dangereux de s’en couper. En Amérique latine, le Brésil est un leader lusophone sans follower (les autres étant hispanophones). La création des BRICS a contribué à conférer une stature mondiale au Brésil. Ce fut la meilleure opération internationale de relations publiques au moment de son émergence. S’en couper pourrait accroître la crise.
Il est donc probable que J. Bolsonaro mette de côté sa rhétorique antichinoise et conserve des relations avec Pékin, devenues trop importantes pour être balayées d’un revers de main. Il faudra dès lors voir comment Trump réagira si Bolsonaro ne le rejoint pas dans sa campagne antichinoise.

Cet article est également disponible sur mon blog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85