Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

669 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2021

Le lien stratégique Etats-Unis – Israël: vers une remise en cause?

Les États-Unis aiment à se présenter comme d’honnêtes courtiers (honest broker) entre les Palestiniens et les Israéliens - ou entre les Arabes et les Israéliens. Il est vrai que les accords de Camp David entre l’Égypte et Israël en 1977, ceux d’Oslo entre Palestiniens et Israéliens en 1993 ou plus récemment les Accords d’Abraham en 2020 ont été conclus avec leur parrainage.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les États-Unis ont à de nombreuses reprises tenté d’établir des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Mais ils ne sont pas tout à fait à équidistance des positions de chacun des camps. Ils ont toujours eu un tropisme pro-israélien affiché et souvent revendiqué. Pendant la guerre froide, Israël était l’allié du monde occidental quand la plupart des régimes arabes étaient plutôt liés à l’Union soviétique - comme l’Égypte jusqu’en 1975, la Syrie, la Libye ou l’Irak. Après la fin de la guerre froide, Israël a perdu de ce fait une partie de sa pertinence stratégique. Lorsqu’en 1990 le président Bush en a voulu se lancer dans la guerre du Golfe après l’invasion du Koweït par l’Irak, il a voulu bâtir une large coalition internationale. Il a promis aux pays arabes, pour obtenir leur soutien, de s’attaquer sérieusement à la question palestinienne une fois que le problème de Saddam Hussein serait réglé. Il a réellement fait des pressions sur Israël, menaçant de cesser de garantir les prêts accordés à l’État hébreu si la colonisation se poursuivait. Les électeurs israéliens ont eu peur d’une rupture avec Washington et ont amené Yitzhak Rabin au pouvoir. Des négociations entre protagonistes qui refusaient de se parler ont abouti aux accords d’Oslo. Mais Bush a perdu les élections en 1992. Il a été le dernier président américain qui a réellement exercé des pressions sur Israël. Depuis, les désaccords éventuels entre la Maison-Blanche et Tel-Aviv ont pu exister sans qu’elle ne suscite aucune réaction américaine.

Par la suite, même lorsqu’ils jouaient les intermédiaires, les Américains reprenaient plutôt les thèses israéliennes que l’inverse. Plusieurs éléments les lient : l’appartenance commune au monde occidental, le poids des chrétiens évangéliques aux États-Unis et une proximité culturelle entre nations qui estiment avoir un statut à part. La culpabilité par rapport à l’antisémitisme a également joué.  

Après le 11 septembre 2001, il y eut une rapide interrogation aux États-Unis sur le fait de savoir si l’alliance inconditionnelle avec Israël n’était pas la source de l’impopularité des États-Unis dans le monde arabe. Cette interrogation s’est vite refermée au nom de la lutte commune contre le terrorisme. 

La question est désormais de savoir si cette alliance stratégique continuera d’exister, quelle que soit l’attitude du gouvernement israélien. Et après les bombardements sur Gaza et les affrontements à Jérusalem, la question peut de nouveau être posée. Donald Trump a tout accepté de la part de Netanyahou. Joe Biden sera moins complaisant, mais il ne devrait pas remettre en cause cette alliance. Les événements récents ont cependant apporté l’ouverture d’un débat sur ce point aux États-Unis. Il y a un mois, la grande organisation Human Rights Watch qualifiait d’apartheid le sort réservé aux Palestiniens par Israël.  

Par ailleurs, la communauté juive américaine prend ses distances avec Netanyahou, celui-ci était lié à Donald Trump alors que les juifs américains votent aux deux tiers pour les démocrates. De jeunes élus démocrates, à l’image d’Alexandra Ocasio-Cortez, critiquent publiquement l’attitude d’Israël. Joe Biden a même fait le 18 mai l’éloge public de Rashida Tlaib, Congress woman d’origine palestinienne qui avait pourtant critiqué le soutien américain à Israël. Le sénateur de Géorgie Jon Ossof, un jeune juif de 34 ans, a appelé à un cessez-le-feu. 28 sénateurs démocrates en ont fait de même alors que généralement les élus américains rejettent toutes les responsabilités sur les Palestiniens et soutiennent fortement Israël. Le Sénateur Menendez (New Jersey), d’ordinaire farouche partisan d’Israël, s’est dit très troublé par les bombardements. Mais si ces élus sont très visibles et très médiatiques, ils restent relativement isolés. La destruction de l’immeuble des médias où était située l’agence Associated Press a créé un choc aux États-Unis où tout ce qui concerne les médias est sacré. Il y a un début de campagne d’opposition à Israël sur les campus américains. 

Les liens stratégiques unissant Washington et Tel-Aviv restent puissants. Mais un débat autrefois impossible commence à s’ouvrir aux États-Unis.  Pour beaucoup, les arguments moraux qui amenaient à proclamer une solidarité infaillible avec Israël sur le dossier palestinien sont de moins en moins pertinents.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon