Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

669 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2018

Les Russes pas plus que les Occidentaux ne peuvent imposer leur solution en Syrie

Vladimir Poutine vient de proposer aux Européens de payer la reconstruction de la Syrie afin de permettre aux réfugiés qui ont fui le pays de pouvoir y revenir.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vladimir Poutine vient de proposer aux Européens de payer la reconstruction de la Syrie afin de permettre aux réfugiés qui ont fui le pays de pouvoir y revenir.

Cette proposition peut apparaître tentante pour les Européens. L’Europe est rentrée dans une profonde crise du fait de l’afflux de réfugiés notamment Syriens. Les pays de l’Est s’opposent à tout accueil sur fond de propagande ouvertement raciste, l’Allemagne subit la montée en puissance de l’extrême droite, et l’Italie, pays fondateur de l’UE, l’a même vue arriver au pouvoir à partir de thématiques d’hostilité aux réfugiés. Endiguer le flux voire permettre leur retour permettrait de calmer la crise qui secoue profondément l’UE. Cela soulagerait également la Turquie, qui se sert de l’accueil de 3,5 millions de réfugiés syriens et de leur non entrée dans les pays de l’UE comme moyen de pression sur cette dernière, ainsi que le Liban déjà très fragile. Qui ne peut souhaiter mettre fin à la guerre civile syrienne et au calvaire de sa population ? Mais la ficelle paraît un peu grosse. Car passer par pertes et profits tout ce qui s’est passé reviendrait à exonérer Bachar El-Assad de tous les crimes qu’il a commis, de sa répression sanglante tout en permettant à la Russie et à l’Iran de continuer de contrôler à peu de frais la Syrie. Car présenter Bachar comme le garant de la souveraineté syrienne est largement une fiction, tellement il est dépendant de ses protecteurs étrangers.

L’intervention militaire russe à partir de l’automne 2015 a permis à Bachar El-Assad de reconquérir le territoire qu’il avait perdu. Sans le soutien russe et iranien il aurait été renversé depuis longtemps. Mais comme je l’ai déjà indiqué après la reconquête d’Alep les Russes se voient appliquer le principe « you break it, you own it » (« tu l’as cassé, c’est à toi »). Or la Russie n’a ni les moyens ni la volonté de payer la reconstruction de la Syrie. Bachar El-Assad a gagné son pari en intensifiant la répression tout le temps et en libérant les islamistes radicaux qu’il avait emprisonnés il a réussi à étouffer l’opposition modérée – qui il est vrai n’a pas beaucoup été aidée et même a été abandonnée par les Occidentaux. Il est resté au pouvoir au prix de la destruction de son pays de 500 000 morts dont il est responsable pour la majeure partie, et de 12 millions de déplacés. Certes personne n’a intérêt à un vide du pouvoir dont on a vu ce qu’il donnait en Libye et en Irak. Mais la demande de départ de Bachar El-Assad ne peut être comparée avec la situation de ces deux pays. Il est faux de le présenter comme le représentant du Sud luttant contre les puissances occidentales ou Israël qui s’est toujours accommodé de sa présence au pouvoir. Son agressivité verbale s’accompagnait d’une volonté de maintenir un statu quo qu’il savait être incapable de modifier. Par rapport à Daech, Bachar El-Assad n’est pas un rempart mais un sergent recruteur tellement sa politique sectaire et répressive suscite la douleur et la haine. Bachar doit partir à la suite d’une négociation et non pas d’une intervention militaire extérieure. La Russie comme l’Iran ont les moyens d’imposer cette solution puisque sans eux Bachar n’est plus rien. Ce n’est qu’à partir de là que les Occidentaux – mais pas eux seuls - pourront accepter de participer à la reconstruction du pays. Pour éviter le vide il s’agit de mêler comme proposé depuis longtemps des éléments du régime mais sans Bachar et de l’opposition mais sans les djihadistes. Cela passe par une négociation globale impliquant tous les protagonistes.

Les Occidentaux doivent conditionner la reconstruction, indispensable pour tous, de la Syrie à cette solution. Il ne peut y avoir de solution imposée par une puissance sur la Syrie pas plus par les Américains que par les Russes. C’était une erreur initiale des Occidentaux de vouloir écarter la Russie (et l'Iran) d’un règlement de la question syrienne, c’est une erreur de Moscou de penser pouvoir l’imposer à ses seules conditions. Elle n’est pas plus que les Occidentaux en mesure de la faire.

Pascal Boniface

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier