Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

715 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2021

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

À propos de « Décider et perdre la guerre » de François Cailleteau

François Cailleteau, qui a fini sa carrière militaire comme chef du contrôle général des armées, est l’un des plus fins analystes des questions militaires en France.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il avait publié en 2011 un livre sur les guerres de contre insurrection « Guerres inutiles ? Contre insurrection, une analyse historique et critique » qui à mes yeux reste aujourd’hui encore une lecture indispensable pour comprendre pourquoi la plupart des interventions militaires occidentales ont été de gigantesques échecs malgré un rapport de force censé être ultra-favorable.

Son nouveau livre est consacré aux guerres qui ont été perdues par ceux-là mêmes qui les avaient déclarées. François Cailleteau souligne qu’on a décapité Louis XVI, peu guerrier et généralement vainqueur, et pas Louis XV qui a pourtant perdu beaucoup de guerres, sans parler de Napoléon qui figure au plus haut du Panthéon national et qui a laissé une France bien rabougrie par rapport à celle que la République lui avait léguée, et causé la mort de nombre de Français. 

Il y a plusieurs péchés capitaux. Le premier, de viser à côté de la plaque. Par exemple s’engager en Russie sans avoir réglé la question espagnole pour Napoléon, ou de mettre sur pied une armée de taille incompatible avec les possibilités de la logistique.

Le second est de se lancer dans des actions en décalage avec les réalités ou les moyens dont on dispose. Comme déclarer la guerre à l’Allemagne en 1939 alors que l’armée française n’est pas prête.

Partir d’un cœur léger est le troisième piège. Entrer en guerre sans réflexion et sans véritables buts de guerre clairement identifiés, à l’instar de ce que fit Napoléon III au Mexique dont il paiera le prix, ou lorsqu’il commit une autre erreur catastrophique en déclarant la guerre à la Prusse en 1870.

Quatrième péché, s’entêter dans l’erreur comme le firent les empires russe et austro-hongrois dans la deuxième partie du XIXe siècle, pour être souvent conseillés par des courtisans qui n’étaient que des pousse-au-crime. Pour François Cailleteau, la concentration du pouvoir va conduire à la décision fatale pour les deux empires de se battre pour un sujet futile : le niveau des sanctions appliquées à la petite Serbie, 3 millions d’habitants à l’époque.

Enfin, cinquième faille : la folie des grandeurs, que l’on qualifierait aujourd’hui d’hubris, qui a souvent été la source de décisions catastrophiques. À cet égard, la volonté de Napoléon d’établir un blocus contre l’Angleterre au lieu de s’accommoder de son existence l’a conduit à prendre des décisions qui ont augmenté la popularité de la France dans les pays conquis et qui l’ont lancé dans les guerres catastrophiques espagnole et russe. Il estime qu’il aurait mieux fait d’accepter un condominium franco-britannique. François Cailleteau arrive d’ailleurs à mettre en doute le caractère de stratège génial que la légende a bâti autour de Napoléon. Les décisions allemande d’entrer en guerre contre l’Union soviétique ou japonaise de s’attaquer aux États-Unis, relèvent également de ces erreurs manifestes.

Quels sont les enseignements que François Cailleteau tire des multiples exemples qu’il cite ? La dissuasion nucléaire a modifié la donne, la France se voit garantir la sauvegarde de la patrie face à une agression potentielle. Faut-il intervenir en dehors de ce sanctuaire ? L’auteur n’élimine pas a priori toutes possibles interventions, encore faut-il éviter les décisions prises dans l’urgence sous l’effet de leaders d’opinion, plus habiles à susciter l’émotion qu’à pousser la réflexion et avec une connaissance trop sommaire du milieu dans lequel on intervient. Quel est le but ? Avons-nous les moyens de l’atteindre ? Enfin, comment finirons-nous ? Il est préférable de répondre à ces trois questions avant de lancer une intervention.

On appréciera les multiples exemples historiques fournis par l’auteur, la globalité de sa réflexion et la causticité de son écriture.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier