Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

686 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2015

Quand des intellectuels dits de gauche revendiquent un droit au racisme ethnique et social

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 10 octobre 2015, dans l’émission « Répliques » d’Alain Finkielkraut sur France Culture, Georges Bensoussan déclarait : « Il n’y aura pas d’intégration tant qu’on ne sera pas débarrassé de cet antisémitisme atavique qui est tu comme un secret. C’est une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes en France, l’antisémitisme on le tète avec le lait de sa mère ».

Le CSA, qui a été saisi, a considéré que les propos de M. Bensoussan « étaient susceptibles d’encourager des propos discriminatoires », et a relevé que, si le contradicteur de M. Bensoussan, M. Patrick Weil, s’était opposé, « parfois de façon véhémente à ce type de discours », l’animateur (Alain Finkielkraut) « compte tenu des amalgames et du caractère discriminatoire des propos qui ont été tenus dans cette émission » « n’a, à aucun moment, contribué à la maîtrise de l’antenne. »

Mais dans Le Figaro du 4 décembre 2015, un collectif de signataires[1] sont venus le soutenir, dénonçant une « véritable chasse à l'homme » et « une stratégie d'intimidation qui vise à l'interdiction ». Selon eux « aujourd'hui, l'activité professionnelle de Georges Bensoussan serait visée et le faire taire et interdire toute parole lucide semble être l'objectif de cette nouvelle police de la pensée. »

Plutôt que dire que leur ami a commis un impair, que cela peut arriver et qu’il faut vite passer à autre chose, les signataires des textes revendiquent tout simplement un droit au racisme, sans que cela ne suscite par ailleurs beaucoup de remous. Car dire que toutes les familles arabes en France « tètent l'antisémitisme avec le lait de leur mère » est un amalgame scandaleux et raciste, qui serait certainement jugé sévèrement par les tribunaux, si ces derniers avaient été saisis. Quel est le message envoyé par les signataires ? Il s’agit tout simplement d’établir une hiérarchie dans la lutte contre le racisme, d’affirmer que le racisme anti-arabe est acceptable, alors que l'antisémitisme ne l’est pas. Admettre une hiérarchie dans la lutte contre les différentes formes de racisme est aussi inadmissible qu’admettre une hiérarchie des races.

Beaucoup de ces signataires souhaitent par ailleurs bannir de l’espace public ceux qui, pour eux, critiquent l’action politique du gouvernement israélien - aussitôt requalifiés d’antisémites - sans faire le tri entre les propos qui le sont vraiment, et sont donc condamnables, et ceux qui participent au libre débat public sur la politique des États. Ils plaident la libre parole pour ceux qui sont d’accord avec eux et la censure pour ceux qui ont des vues opposées aux leurs. C’est de plus en plus intolérable.

Cette revendication au droit à un droit au racisme ethnique, cache en réalité un racisme social. Comment demander la condamnation pénale et civile d'un jeune de quartier qui aurait tenu des propos antisémites et l’impunité d’un intellectuel en vue qui aurait tenu des propos anti-arabes ? L’élite médiatique a-t-elle des droits qui ne sauraient être attribués à la plèbe, comme développer un discours islamophobe ? Et ne serait-il pas possible d’être critiqué pour cela ? Le fait que M. Bensoussan soit responsable éditorial du Mémorial de la Shoah devrait lui donner plus de responsabilités, pas plus de droits, avant de s’exprimer sur un sujet aussi sensible.

Il y a un développement de l'antisémitisme dans certains quartiers. Ceux qui se battent au quotidien (professeurs, animateurs sociaux, éducateurs sportifs, etc.) pour dénoncer les amalgames entre juifs et Israéliens, expliquer qu'il n'y a pas un complot juif pour dominer le monde et la France, etc., sont pris à contre-pied par ces personnalités qui ne mettent jamais les pieds dans les quartiers et qui nourrissent par leur « deux poids, deux mesures » un phénomène qu’ils disent officiellement vouloir combattre. De surcroît, ces intellectuels méprisent bien souvent souverainement les acteurs de terrain, dont ils confisquent la parole pour parler des banlieues qu’ils ne connaissent pas.

Pense-t-on sérieusement qu’on luttera réellement contre l’antisémitisme en faisant la promotion de l’islamophobie ? Qu’on fera réfléchir sur ces sujets des jeunes des quartiers en leur disant qu’il y a un racisme acceptable – celui dont ils sont victimes – et un autre inacceptable ? On ne combattra l’antisémitisme que si on combat le racisme anti-arabe (ou l'islamophobie, n’ayons pas peur du mot) avec la même vigueur.


[1] Bernard-Henry Lévy, Pascal Bruckner, Elisabeth Badinter, Jean-Paul Einthoven, Haïm Korsia, Pierre-André Taguieff, Jacques Tarnero, Michel Tribalat, Michel Zaoui, Yves-Charles Zarka. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com