Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

628 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2021

« Géopolitique du climat » - 3 questions à François Gemenne

François Gemenne est chercheur du FNRS à l’Université de Liège, enseignant à Sciences Po et à IRIS Sup’, co-directeur de l’Observatoire Climat et Défense à l’IRIS. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « Géopolitique du climat » chez Armand Colin.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Est-ce que la géopolitique du climat est plus faite de coopération que de compétition ?

Cela dépend des moments et des sujets. En réalité, nous sommes condamnés à la coopération, aussi lente et laborieuse soit-elle : à part peut-être la Chine, aucun pays n’a le pouvoir ou la capacité d’avoir une action décisive sur le climat. Le problème, c’est que cette coopération est souvent handicapée par la compétition. Ainsi, les pays industrialisés sont davantage préoccupés par la réduction de leurs propres émissions de gaz à effet de serre que par la réduction des émissions globales, ce qui les conduit souvent à ne rechercher des solutions que pour eux-mêmes. Si le changement climatique est un phénomène mondial, il affecte les pays très diversement – certains ont donc davantage intérêt à l’action que d’autres, et tous ne partent pas de la même ligne de départ.

Comment s’établissent les rapports de force entre États, ONG, scientifiques et opinion publique ?

Autour de la table de négociations, seuls les États sont représentés : les ONG et les scientifiques, mais aussi les entreprises ou les entités locales, ne sont pas parties prenantes de la négociation, mais essaient évidemment d’influencer les États, qui ne peuvent prendre des décisions qu’au consensus. Le problème, c’est d’abord que les États ne disposent pas de tous les leviers d’action, mais aussi qu’ils ont souvent tendance à remplacer leur action par des promesses non contraignantes. C’est pour cela qu’il est essentiel que l’opinion publique fasse pression sur les États pour que leurs promesses soient respectées.

D’une certaine manière, on traite du changement climatique, un problème du 21e siècle, avec les institutions du 20e siècle. Cela nous condamne à être sans cesse déçus par les négociations internationales : comme les décisions ne peuvent être prises qu’au consensus, cela donne un poids immense aux pays les moins-disants, et cela tue dans l’œuf toute ambition. Je pense qu’il faut aujourd’hui ouvrir la négociation à d’autres acteurs que les États, pour permettre d’avancer via des coalitions ad hoc, sans avoir besoin à chaque fois d’un consensus qui tire l’ambition vers le bas.

Quels types de conflits pourraient être déclenchés par le réchauffement climatique ?

Ils sont nombreux, et certains de ces conflits existent déjà aujourd’hui. Par exemple, dans plusieurs endroits du monde, la compétition pour les terres entre bergers nomades et agriculteurs sédentaires est exacerbée par la dégradation des sols et les changements dans les précipitations, ce qui donne lieu à des tensions et à des conflits, notamment au Nigéria ou autour du lac Tchad. Le changement climatique risque aussi de fragiliser les États les plus faibles, qui risquent de voir leur légitimité contestée s’ils ne sont plus en mesure de satisfaire les besoins primaires de leur population. La faim, par exemple, est un  puissant moteur de révolutions. Il existe aussi la possibilité de conflits plus classiques entre deux États, bien sûr, notamment autour de la gestion de ressources communes, mais nos recherches montrent que ce ne sont pas les conflits les plus probables. Un monde plus chaud sera aussi un monde plus violent, mais l’essentiel des tensions et des conflits se feront ressentir à l’intérieur des États.

Cet article est également disponible sur mon blog. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss