Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

628 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2018

Pentagon papers : l’honneur de la presse d’investigation

Le film de Steven Spielberg, « Pentagon Papers », est une magnifique ode au journalisme d’investigation, comme une suite bienvenue au film sur le Watergate, « Les hommes du président », sorti en 1976.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On y voit des journalistes courageux, conscients du rôle essentiel qu’ils jouent pour l’information du public et la démocratie et une patronne de presse, vaillante femme au sein d'un milieu d’hommes, qui risque sa liberté et sa fortune au nom d'une mission qu'elle juge essentielle : le respect du public.

Résumons l’affaire : à la demande de Robert McNamara, à l’époque secrétaire à la Défense, un rapport classifié de 7000 pages avait été conduit sur la guerre du Vietnam. Ce dernier montrait que, dès le départ, l’exécutif avait menti à la Nation et qu'il savait, depuis très longtemps, l'issue dramatique de cette guerre. Il a néanmoins choisi de la poursuivre et de l’amplifier. Un analyste écœuré par ce mensonge fait fuiter le rapport en 1971. Nixon saisit la justice afin d’interdire la publication de certains passages dans le New York Times, au nom de la sécurité nationale et de celle des soldats encore sur place. L’interdiction est prononcée. La rédaction du Washington Post obtient la copie complète du rapport. Faut-il continuer malgré la menace juridique pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement ? N’y-a-t-il pas un risque de survie pour le journal, au moment où il négocie sa délicate entrée en bourse supposée garantir son avenir ? Le rapport met en cause Robert McNamara, un ami intime de la propriétaire du Washington Post. La Cour suprême autorise la publication, utilisant cet argument imparable : la presse doit être au service des gouvernés et non des gouvernants.

Les amis de Reporters sans frontières (RSF), qui organisaient la projection en avant-première lundi 22 janvier 2018, étaient à la fois sous le charme d'un film qui met à l’honneur des journalistes, et inquiets de savoir dans quelles conditions cela serait encore possible aujourd’hui. RSF, dont on connaît l’action inlassable pour sauvegarder ceux qui risquent leur vie et leur liberté pour informer le public, aborde ici un autre sujet. Les pouvoirs répressifs, s’ils sont les plus dangereux, ne sont pas les seuls qu’il faille craindre. Les liens amicaux entre journalistes, patrons de presse et pouvoirs, qui mènent au journalisme de complaisance, mettent également en danger la démocratie. Il est important d’éviter, à l’heure où les médias sont vivement critiqués, les amalgames injustifiés. Certes, il existe des journalistes qui pensent en priorité à leur carrière, au risque de ne pas remplir correctement leur devoir d’informer, évitant soigneusement de gêner les différents pouvoirs en place. Certes, il existe aussi un journalisme d’influence où le plus important est d’orienter un public, considéré trop immature pour avoir un jugement propre, et faire valoir ses propres convictions au lieu d’informer. Mais il en est également d’autres qui ont la conscience professionnelle chevillée au corps et continuent à vouloir exercer un métier qui est aussi, pour eux, une passion. Ces derniers estiment qu’il n’existe pas de vérité dérangeante, que le travail bien fait et l’intégrité peuvent être payants à long terme. Les fake news constituent un fléau, mais les pratiques de complaisance et les stratégies d’influence sont également détestables et font le lit du complotisme.

Pentagon papers est l’occasion d’un débat de fond sur la nécessité démocratique d’une presse intègre et courageuse, courageuse parce qu’intègre. Si la bataille est difficile, elle n’est pas perdue. Et les réseaux sociaux, s’ils ne sont pas sans défaut, peuvent dans certains cas servir d’aiguillon pour mettre en lumière complaisance et influence.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau