Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

669 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2018

Retour d’empires ?

Dans la période récente, trois leaders se sont illustrés en renforçant leur pouvoir interne et leur rôle international : Vladimir Poutine, Xi Jinping et Recep Tayyip Erdogan.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils semblent être les hommes forts de la planète avançant inflexiblement leurs agendas, intérieur comme international. Ils ont environ le même âge (65 ans), sont tous les trois à la tête d’anciens empires aux rôles historiques prestigieux, et estiment avoir été affaiblis et humiliés par les Occidentaux, responsables de leur déchéance. Ils pensent tous trois que l’heure de la revanche a sonné.

Poutine, au pouvoir depuis 2000, vient d’être réélu avec 76% des voix, score remarquable pour quelqu’un qui est depuis si longtemps au pouvoir. Erdogan, Premier ministre de 2003 à 2014, puis président de la République, a proclamé l’État d’urgence après une tentative de coup d’État en juillet 2016 et vient de déloger de leur bastion les Kurdes syriens, par une victoire militaire qu’Américains et Russes ont laissé faire. Xi Jinping, quant à lui, a modifié la Constitution pour pouvoir rester au pouvoir après la limite actuelle de dix ans.

Tous les trois sont en opposition avec un ordre mondial dirigé par les Occidentaux. Pour Poutine, après l’implosion de l’URSS, les Occidentaux ont voulu affaiblir et humilier la Russie, au lieu de chercher à bâtir un nouvel ordre mondial. L’élargissement de l’OTAN, l’installation d’un système de défense antimissile mettant en cause l’arsenal nucléaire russe et la guerre du Kosovo de 1999 furent autant de tentatives de diminuer l’influence de Moscou. Les Chinois datent leur humiliation du XIXe siècle. Ils étaient au départ la première puissance mondiale. Les interventions étrangères (mais aussi l’incurie de leurs propres empereurs) les ont conduits à être sous influence étrangère, sans bénéficier d'une réelle souveraineté. Les Britanniques ont même conduit deux guerres contre eux, afin de les obliger à importer de l’opium en échange d'épices très appréciées à Londres. Au-delà de la disparition de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, les Turcs en veulent à l’Union européenne d’avoir ignoré leur demande d’adhésion et aux États-Unis pour n’avoir pas suffisamment fait preuve de solidarité après la tentative de coup d’État à l’été 2016.

Alors qu’elle est membre de l’OTAN, la Turquie s’est rapprochée de la Russie. Pékin et Moscou ont rétabli des relations de partenariat pour faire face à Washington. Les trois pays sont dirigés de façon autoritaire, mais avec un soutien de la population au régime indéniable et massif, dans le cas de la Russie et la Chine, et très fort dans le cas de la Turquie. Ces régimes sont très mal perçus dans le monde occidental, mais c’est en grande partie pour cette raison qu’ils sont soutenus par la population, dont la mémoire historique perçoit de façon négative les Occidentaux. L’autorité dont ils font preuve plaît à la population, convaincue qu'elle est la condition de l'efficacité.

Ces régimes constituent-ils un danger pour le monde occidental ? Oui et non. Ils ne vont pas se lancer dans des affrontements, mais veulent affirmer leurs positions. Ils ne veulent pas recréer les empires défunts, mais affirmer les intérêts à leurs frontières. Ils ne forment pas réellement un front uni, mais ont des partenariats ponctuels, afin d’augmenter leurs marges de manœuvre. Ils refusent un monde sous influence américaine, car ils y voient un danger pour leur souveraineté. Pékin et Moscou estiment que Washington n’accepte pas l'accroissement (pour la première) ou résurgence (pour la seconde) de leur puissance. Ankara veut montrer qu’être allié ne signifie pas être aligné. Leurs futures réactions dépendront beaucoup de la façon dont réagiront les Occidentaux et les États-Unis en particulier. Mais ces derniers ont intérêt à comprendre qu’il n’est pas dans leur intérêt de poursuivre une attitude confortative ou condescendante, qui pourrait pousser ces trois pays à accroître leur coopération, guidée par leur hostilité à l’Occident.

-> Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse