Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2022

Un compromis est-il possible entre Zelensky et Poutine ?

Un compromis est-il possible entre Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine ? Est-ce que les deux hommes pourraient parvenir à un accord qui permettrait d’aboutir à un cessez-le-feu et de mettre fin à la guerre que l'armée russe mène contre l'Ukraine ?

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Zelensky continue d’affirmer qu'il ne se rendra pas et qu’il luttera jusqu'au bout. D’ailleurs, au début de la guerre, alors que tous étaient persuadés que la Russie se dirigeait vers une victoire éclair, le président ukrainien avait refusé d'être évacué par les États-Unis, déclarant qu’il n’avait « pas besoin d'un taxi », mais plutôt d’une armée. Il est devenu une icône mondiale par son courage, son charisme et la résistance qu'il incarne. Le clown est devenu un homme d'État. Chaplin est devenu Churchill. Mais il a récemment exprimé sa disposition à envisager une négociation. Quelles pourraient être les conditions d’un potentiel accord ?

Zelensky a déclaré qu’il pourrait renoncer à la volonté ukrainienne d’intégrer l’OTAN. Il a même affirmé être disposé à discuter de la Crimée et du Donbass. Ce point de vue est relativement réaliste. Il est clair que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est inenvisageable, non seulement parce que Poutine ne saurait l’accepter sans réagir encore plus violemment qu’il ne le fait aujourd’hui, mais surtout parce que les pays de l’OTAN eux-mêmes n'en voudraient pas. En 2008, l’organisation avait ouvert sa porte à l’Ukraine sans pour autant l’intégrer ce qui avait mis le pays dans les pires des difficultés. S’agissant de la Crimée, personne de sérieux ne peut envisager une reconquête. En Crimée, la plupart de la population adhère à l’annexion russe, situation tout à fait différente dans le reste de l'Ukraine. Zelensky pourrait par ailleurs renoncer aux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, et les laisser officiellement à la Russie. Les reconquérir serait aujourd’hui très difficile, voire impossible, pour l’Ukraine. Par ailleurs, la non-application des accords de Minsk n’est pas de la seule responsabilité de la Russie. Cette dernière a ses responsabilités, mais c’est bien l’Ukraine qui a refusé d'accorder l'autonomie au Donbass au sein de ses frontières, ce qui était prévu dans les accords. Et c'est seulement ensuite que l'armée ukrainienne aurait pu se déployer dans la région jusqu’à la frontière russe.

Sur ces trois points, un compromis pourrait donc être trouvé entre Poutine et Zelensky. Mais le problème qui se pose dès lors est celui de la victoire symbolique qu’obtiendrait Poutine. En effet, si Zelensky accepte – ce qui revient à accepter en partie les conditions posées par Poutine avant le conflit – Poutine pourrait justifier son recours à la guerre comme un moyen d’obtenir des concessions de la part de l’Ukraine sur ces différents points. Zelensky acceptera-t-il de donner l’occasion à Poutine de célébrer la victoire que serait l’acceptation des conditions posées avant la guerre ? Ce serait néanmoins un moyen de mettre fin aux souffrances du peuple ukrainien. Continuer le combat, ne pas négocier revient également à maintenir le peuple ukrainien dans la souffrance et dans l’exil.  

L’avenir de la bande territoriale côtière entre la Crimée et le Donbass (où se situe notamment le port stratégique de Marioupol), qui est en passe d’être contrôlée par la Russie, est cependant une tout autre question. Il serait beaucoup plus difficile pour l’Ukraine d’y renoncer.

Zelensky évoque la possibilité de soumettre l’ensemble de ces questions à référendum. Il ne se sent pas capable de céder de lui-même aux exigences russes. Le référendum serait la preuve d’une sagesse démocratique, mais il parait néanmoins difficile d’organiser un tel vote dans un pays où dix millions d'habitants ont quitté leur foyer et où les combats se poursuivent. L’Ukraine est donc face à ce dilemme, un peu comme les pays ayant mis fin à des dictatures : est-ce qu'il faut accorder l'impunité au dictateur pour mettre fin plus rapidement à la dictature ou est-ce qu’il faut le juger et donc aller jusqu'au bout ? Peut-on accepter certaines conditions émises par Vladimir Poutine au risque de le voir triompher ? Ou est-ce qu'il vaut mieux continuer à combattre en pensant qu'un jour ou l'autre il finira par perdre la guerre ? Quoi qu’il en soit, ce sont les Ukrainiens qui seront les premiers à souffrir. Peut-être que certains dans le monde occidental sont prêts « à se battre jusqu'au dernier des Ukrainiens », mais en tous les cas, c'est aux Ukrainiens et à eux seuls de décider ce qui est acceptable ou non pour leur pays.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum