Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

697 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2019

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

La France face à la Chine, que faire ? (4/4)

Comment la France doit-elle organiser sa relation avec la Chine ? Comment faire face à la future première puissance mondiale, dotée d’un système politique bien différent et qui ne constitue ni un allié ni un rival ? Quelles sont les divergences et les convergences à prendre en compte ? En somme, comment la France peut-elle définir ses intérêts ?

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France, l'UE et la Chine

La Chine tente bien sûr de diviser l’Union européenne et sait qu’il est plus avantageux pour elle de gérer 27 ou 28 relations bilatérales que de négocier avec l’UE en bloc. En ce sens, la réponse d’Emmanuel Macron recevant Xi Jinping en 2019, accompagné d’Angela Merkel et de Jean-Claude Juncker constituait une stratégie pertinente. Mais la politique de la France à l’égard de la Chine ne doit pas être absorbée par l’UE, d’autant plus qu’elle ne dispose pas d’une approche commune sur certains sujets. L’Union doit ainsi être privilégiée pour tout ce qui a trait à l’économie et au commerce. Pour le reste, la France a intérêt à jouer sur les deux niveaux, puisque c’est pour cette même raison qu’elle compte davantage que les autres aux yeux de la Chine. Ni la France ni l’UE n’ont intérêt à faire leur la stratégie d’affrontement entre Washington et Pékin. La lutte pour la suprématie mondiale entre ces deux géants n’est pas leur affaire.

C’est encore plus vrai aujourd’hui. La France et l’Europe doivent fixer leur propre agenda, et non suivre à la lettre celui de Washington. D’autant plus que seul un aveuglement occidentaliste empêche de poser la véritable question : quel est le pays qui, aujourd’hui, porte le plus atteinte à la souveraineté des Européens, la Chine ou les États-Unis ? La Chine applique-t-elle une législation extraterritoriale ? S’est-elle retirée de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), de l’Accord de Paris sur le climat ? Empêche-t-elle de commercer avec l’Iran et Cuba, et demain avec d’autres pays, en menaçant de lourdes sanctions unilatérales en cas de désobéissance ? La justice chinoise a-t-elle contraint BNP Paribas à payer 9 milliards de pénalités ? Une entreprise chinoise a-t-elle absorbé un fleuron industriel français de type Alstom à la suite d’une manœuvre du ministère de la Justice ? Si le comportement de la Chine n’est peut-être pas toujours respectueux du droit international, s’est-elle, pour autant, lancée dans des opérations militaires d’envergure en violation de la charte des Nations unies, qui ont eu pour résultat la mort de dizaines de milliers de personnes, la déstabilisation de toute une région et le développement du terrorisme ? D.Trump traite les États membres de l’UE dans le meilleur des cas comme des vassaux, dans le pire comme des ennemis. Ce n’est pas une motivation pour suivre loyalement et de façon disciplinée sa stratégie, définie par des motifs uniquement nationaux.

La Chine et le monde : hégémonie ou puissance ? 

L’amiral Zheng He s’était lancé à la découverte de l’Afrique avec 300 navires et 30 000 hommes, une armada sans commune mesure avec les trois navires de 120 hommes chacun que dirigeait Christophe Colomb en route pour découvrir et conquérir l’Amérique. Pourtant, Zheng He, sur ordre de l’Empereur, n’a pas transformé la découverte en conquête. Les Chinois mettent souvent cet exemple en avant pour montrer qu’ils n’ont pas de tentation impérialiste, qu’ils ne se sont pas constitué un empire colonial comme les Européens, et qu’ils n’ont pas une vision messianique comme les États-Unis. Leur montée en puissance – qu’ils qualifient de pacifique – ne doit pas inquiéter : ils ne tomberont pas dans les travers des anciennes premières puissances mondiales, qui ont toutes, d’une façon ou d’une autre, cherché à imposer leur imperium aux autres nations.

D’autres éléments conduisent toutefois à une analyse plus pessimiste. L’attitude de Pékin en mer de Chine et son refus de la décision de la Cour d’arbitrage, par exemple, interpellent. Le projet stratégique des routes de la soie suscite des interrogations sur le fait qu’il puisse être à sens unique, et sur les pièges de la dette qu’il peut renfermer. L’évocation par la direction chinoise du multilatéralisme n’est pas toujours suivie de sa scrupuleuse mise en pratique. Face à la Chine, il importe donc d’éviter autant la naïveté que la paranoïa.

Sur des dossiers majeurs récents, de l’accord nucléaire iranien à la préservation de l’Accord de Paris sur le climat, les positions de Paris sont plus proches de celles de Pékin que de Washington. La France doit prendre en compte la dimension des droits humains au niveau interne et le respect du droit international au niveau externe, mais ne pas en faire un prétexte pour refuser toute relation avec un pays qui ne le respecte pas totalement, sauf à renoncer à toute politique étrangère active. Et ne pas tomber dans le piège de l’évocation à géométrie variable de ces principes moraux, à des fins purement d’affirmation de puissance. Il convient, en tout état de cause, de ne pas faire de la relation avec Pékin une variable d’ajustement de la relation avec Washington, mais bel et bien d’en fixer les termes en fonction de l’intérêt national de la France, et sortir ainsi du piège civilisationnel datant de la guerre froide, ramenant tout jugement stratégique au clivage occidental / non occidental.

J’ai publié, en janvier 2019, Requiem pour le monde occidental aux éditions Eyrolles.

Cet article est à retrouver sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige