Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

668 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2018

PSG : des fiches, mais ni quota ni discrimination

Le Conseil national de l’éthique (CNE) de la Fédération française de football (FFF), saisi par cette dernière, a examiné le dossier de l’affaire de pratiques présumées discriminatoires au centre de formation du club Paris-Saint-Germain (PSG).

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a rendu une décision après audition de MM. Pierre Reynaud, Marc Westerloppe, Olivier Létang et Jean-Claude Blanc, représentant le PSG. Celle-ci a été rendue à l’unanimité des cinq membres présents. Le CNE a saisi le conseil de discipline de la Ligue de football professionnel. Il ressort des auditions que des fiches faisant mention des origines ethniques aient bien été utilisées dans la cellule de recrutement du PSG jusqu’en 2018. En revanche, nulle pratique discriminatoire n’a pu être établie.

Au-delà du communiqué, cette décision mérite peut-être quelques explications. Le CNE s’est basé non pas sur des supputations ou extrapolations, mais sur le dossier et les faits.

Il y avait deux équipes de détection de jeunes talents pour intégrer le centre de formation du PSG : l’une en Île-de-France et l’autre au niveau national. Ces deux cellules ont chacune mis en œuvre un système de fiches concernant les joueurs, qui comprenaient de nombreux renseignements : qualités techniques, apparence physique, signes distinctifs, etc. Elles faisaient également mention de l’origine ethnique, qui était d’ailleurs consignée de façon différente selon les deux cellules. Indiquer l’origine ethnique d’une personne est interdit par la loi - et donc cette pratique était répréhensible -, mais au vu du dossier et des auditions, il apparaît qu'aucun jeune n’a été refusé au centre de formation en raison de ses origines. Il y a donc bien eu un fichage illégal, mais pas de discrimination.

Le fait de faire apparaître les origines ethniques sur les fiches (qui comportent de nombreux autres renseignements) était une manière de reconnaître le jeune en question (sur des tournois de détection, les observateurs se succèdent) et n’avait pas pour objectif de mettre des quotas en place. Il n’est qu’à regarder la composition à la fois des équipes (jeunes et fanion) du PSG, la couleur de peau ou l’origine ethnique n’y est pas un critère de refus, pour d’ailleurs une simple et bonne raison : personne ne peut se priver d’un talent éclatant. Lors du dernier match PSG/Toulouse, trois joueurs de l’équipe étaient issus du centre de formation (Kimpembe, Rabiot, Diaby) et un quatrième est entré en cours de jeu (Nkunku). En fonction, de l’alternance des gardiens, un cinquième aurait même pu y figurer (Areola) ! On voit bien que le profil de ces joueurs ne reflète aucune pratique discriminatoire.

Les deux responsables des cellules recrutement, qui ont été longuement auditionnés, plaident la maladresse, l’ignorance de la loi, mais en aucun cas une volonté discriminatoire. De multiples témoignages de jeunes qu’ils ont eus sous leurs responsabilités et qu’ils ont aidés à devenir professionnels en attestent. Ces deux personnes sont visiblement très affectées par les accusations de racisme qu’ils jugent injustes et contraires à leurs parcours de vie.

Le football de manière générale, et le PSG en particulier, peut difficilement être mis en accusation. En matière de valorisation de la diversité ou de lutte contre le racisme, il est, aussi bien chez les mineurs que chez les adultes, beaucoup plus ouvert à la diversité que la plupart des institutions de ce pays (y compris les médias). Si certains responsables politiques ou intellectuels se sont publiquement offensés du trop grand nombre de noirs en équipe de France, on n’a jamais entendu qu’ils seraient trop nombreux dans les médias, la classe politique ou parmi les intellectuels.

En matière de lutte contre le racisme, l’action du PSG doit être signalée, car si de graves errements ont existé dans le passé, ce n’est plus le cas depuis longtemps. Il fut un temps où deux de mes amis (l’un responsable pédagogique dans le 94 et l’autre chef d’établissement en Seine-Saint-Denis) n’emmenaient pas leurs élèves au parc des Princes lorsqu’ils recevaient des invitations de la part du conseil régional. Ils avaient eu trop de mauvaises expériences, d’insultes à caractère raciste venant de certains « supporters » dans les tribunes, quand la situation ne débouchait pas sur des violences, voire des ratonnades. Il fut un temps où le club avait même renoncé à mettre des ramasseurs de balles noirs ou arabes devant la tribune Boulogne, de peur qu'ils se fassent insulter et cracher dessus. Cette époque est pleinement révolue.

Alain Cayzac s’était attaqué à ce problème qu’il n’a pas eu le temps de régler avant son départ de la présidence. Robin Leproux a poursuivi le travail, en mettant notamment en place un plan contesté pour certains, mais qui a permis de faire disparaître ce type de comportements et ainsi sauver le club. Il en a aussi grandement amélioré l'image. Autrement, il aurait été peu probable que les Qataris aient acheté le club et donc d’y voir Neymar et Mbappé.

La Licra et SOS racisme sont partenaires du club. Le PSG a signé une convention avec le Paris Football gay dès 2008, action pionnière en matière de lutte contre l’homophobie dans le milieu du ballon rond. L’équipe féminine a vu ses moyens considérablement renforcés.

Il y avait donc des fiches illégales, mais ni fichier central ni discrimination. Le PSG a pris acte de cette faute ignorée des dirigeants et y a mis bon ordre. Il ressort de cette affaire qu’il y a certainement des lacunes dans la formation des responsables. Il n’y a pas matière à procès en discrimination, le football et le PSG étant plutôt, sur ces sujets, en pointe qu’à la traîne.

Je voudrais conclure sur le sort des deux responsables du centre de formation. Il convient d’éviter les chasses à l’homme, les accusations infondées et de jeter en pâture l’honneur de deux personnes, qui ont pu commettre une erreur sans pour autant mériter le procès en racisme qui leur est dressé.

Cet article est également disponible sur mon blog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre