Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

668 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2016

Terrorisme: ne pas rentrer dans le piège de Daesh

S'il faut combattre résolument Daesh il faut éviter de tomber dans les pièges qu'il nous tend.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La multiplication du nombre d’attentats terroristes crée un trouble profond chez les responsables politiques, les commentateurs, les médias et le public.

Comment qualifier le phénomène ? S’agit-il d’une troisième guerre mondiale ? Il y a bien des attentats à l’échelle mondiale. L’idéologie de Daesh est bien totalitaire et haineuse. Mais Daesh n’est pas l’équivalent de l’Allemagne nazie (ni de l’Union soviétique) en termes de puissance. Ses dirigeants voudraient sans doute anéantir le monde occidental, mais ils n’en ont tout simplement pas les moyens. Les présenter comme une menace de guerre (mondiale ou non) ne peut que les flatter, les renforcer et leur permettre de galvaniser de nouvelles recrues.

Mais la menace est durable et multiforme. Mais même si Daesh perdait son assise territoriale, les attentats ne cesseraient pas car le vivier de ceux qui sont d’ores et déjà prêts à passer à l’acte est trop nombreux.

Quatre cinquièmes des Français et des Allemands estiment que le nombre d’attentats va augmenter mais ces chiffres ne disent pas s’il s’agit d’un constat lucide et froid ou d’un sentiment de panique qui aurait atteint les citoyens des deux pays.

Quand on regarde leur comportement, on a plutôt le sentiment d’une forte résilience : les citoyens sont inquiets mais ils ne vivent pas cloîtrés. Malgré les signaux alarmistes, les foules ont été nombreuses sur les routes du Tour de France et les fans zones de l’euro ont fait le plein.

On ne peut pas protéger tous les sites, le risque zéro n’existe pas. Parmi ceux qui ont commis des attentats, il y a des djihadistes déterminés ayant fait des passages en Syrie et en Irak. Mais il y a également des esprits dérangés, des psychopathes auxquels Daesh donne un cadre idéologique justificateur et une possibilité d’auto glorification. Plus on parlera terrorisme, plus on suscitera des vocations parmi ces esprits faibles, par mimétisme. Je reste convaincu que s’il faut toujours agir avec détermination, le fait d’en parler autant des attentats et de leurs auteurs et de le mettre en scène à ce point aggrave le mal.

L’opposition a le droit de critiquer le gouvernement, y compris lors de  circonstances dramatiques. Mais croit-on qu’il suffirait d’une alternance politique pour mettre fin au terrorisme ? Le débat légitime a dégénéré en polémiques qui ne peuvent que réjouir les ennemis de la France.

Des responsables politiques français de tous bords ont cédé à la pression médiatique en commentant des attentats sans pour autant avoir les éléments de l’enquête. Sans parler de certains commentateurs  dont certains parlent sur du vide.Indirectement, ils tombent dans le piège que leur tend Daesh. On a vu des déclarations prématurées, intempestives, loufoques voire ridicules et donc scandaleuses. Certaines d’entre elles étaient plus destinées à satisfaire les attentes supposées du public qu’à apporter des solutions concrètes efficaces et pertinentes à la lutte contre le terrorisme.

Ceux qui ont soutenu la guerre d’Irak en 2003 ou qui proposaient encore récemment de bombarder l’Iran, seule façon à leurs yeux de l’empêcher d’avoir accès à l’arme nucléaire, sont mal placés pour nous expliquer doctement comment lutter contre le terrorisme.

Quels sont les buts de Daech ? Nous faire du mal et nous faire souffrir, c’est fait. Nous terroriser, ce n’est pas encore le cas. Prendre l’ascendant sur notre agenda politique et médiatique, c’est en train de se produire, hélas. Accéder à la notoriété, apparaître comme une superpuissance, nous sommes en train de les aider à réussir. Opposer musulmans et non musulmans, cet objectif n’est pour le moment atteint que dans des parties limitées de l’opinion mais certains « experts » et responsables politiques semblent contribuer fut ce involontairement a cet objectif.Le clivage n’est pas entre les partisans d’une ligne dure et les « laxistes » il est entre ceux qui vendent l illusion de solution a court terme et ceux qui ont le courage de dire au public qu il faut une perspective de long terme

Barak Obama a raison de dire que Daech ne constitue pas une menace existentielle. Mais elle pourrait le devenir. Si nous tombons dans son piège, si nous contribuons à privilégier l’émotion sur la réflexion, le court sur le long terme, les déclarations spectaculaires et martiales aux solutions réalistes, ce serait une prophétie auto réalisatrice.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana