Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2016

Les think tanks, la France et l’IRIS

Comme chaque année, l’Université de Pennsylvanie publie son classement mondial des think tanks.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les laboratoires d’idées, plus communément appelés « think tanks », ont depuis plusieurs années eux aussi leur classement annuel, le Global Go To Think Tanks de l’Université de Pennsylvanie, dirigé par le Professeur James McGann. Il constitue le répertoire le plus complet sur les think tanks de tous les pays. Il est élaboré à partir de la contribution de plus de 4750 experts, universitaires, décideurs politiques, représentants d’ONG, think tanks, de toutes les nationalités.

Depuis plusieurs années, l’Université de Pennsylvanie a choisi l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) pour participer au lancement mondial de son classement le 27 janvier. Une marque de reconnaissance de la qualité de son travail reconnu à l’international.

Que nous apprend le rapport Global Go To Think Tank sur l’état de la recherche stratégique dans le monde, et en France en particulier ?

Ce ne sont pas moins de 6 846 think tanks qui sont recensés à l’international : 1 931 en Amérique du Nord (dont 1 835 pour les seuls Etats-Unis) ; 1770 en Europe ; 1262 en Asie, 774 en Amérique centrale et en Amérique du Sud ; 615 en Afrique Sub-saharienne ; 398 en Afrique et au Moyen-Orient ; 96 en Océanie.

Si la France est au rang de 6e contributeur en termes de nombre de think tanks (180 recensés), seuls 19 arrivent à se positionner au sein de ce classement mondial. Et la France se place derrière les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, l’Inde et l’Allemagne. Si l’on constate une reconnaissance croissante des pouvoirs publics français sur le rôle de ses think tanks et de leur potentiel en tant que vecteur de l’influence française à l’international, force est de constater que cela reste encore trop limité et que l’on peut faire mieux. La concurrence des think tanks anglophones limite la place de leurs homologues français dans le débat stratégique international à un moment où l’influence et le débat d’idées prennent une place de plus en plus importante. Si les gouvernements reconnaissent l’importance d’un réseau de think tanks pour faire porter une voix française à l’étranger, les moyens pourtant ne suivent pas. La France risque de se marginaliser dans le monde des think tanks qui lui aussi se multipolarise.

Et l’IRIS ?

Les résultats de l’IRIS au sein du classement Global Go To Think Tanks 2015 sont très encourageants.

Malgré un budget plus restreint et des subventions bien moindres que ceux de ses pairs sur les questions internationales et stratégiques, l’IRIS  arrive à s’imposer dans le peloton de tête des think tanks français recensés dans la catégorie « Europe de l’Ouest » et y progresse de cinq places (44e place cette année, 49e place l’année précédente). En tout, ce sont 14 think tanks français qui arrivent à s’imposer dans cette catégorie.

Il est le deuxième centre français (31e place) devant l’IFRI et derrière l’EUISS (organisme classé Français car basé à Paris mais il s’agit de l’agence de l’Union européenne consacrée aux questions stratégiques) au sein de la catégorie « Défense et sécurité nationale ».

L’IRIS est également classé 26e derrière l’IFRI (9e) dans la catégorie « Politique étrangère et affaires internationales ».  Et dans la catégorie« Meilleure conférence », on note une forte progression de l’IRIS qui se positionne désormais à la 43e place (52e l’année dernière).Quant à l’IFRI, il demeure à la 29place comme en 2014.Ces deux centres sont les seuls représentants français dans cette catégorie.

L’IRIS apparaît dans quatre catégories différentes ce qui est une très bonne performance puisque seuls trois autres centres français font mieux ou équivalent.

Par ces bons résultats, l’IRIS est la preuve qu’originalité de pensée et indépendance face aux pouvoirs sont payantes et permettent de rayonner sur la scène internationale et nationale. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof