Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mars 2022

Guerre en Ukraine : éviter les simplifications

La guerre continue de faire rage entre la Russie et l'Ukraine. Se pose alors le débat sur les responsabilités dans le déclenchement de la guerre...

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’OTAN s’est-elle mal conduite avec la Russie, ce qui viendrait expliquer la décision russe de se lancer dans la guerre ? Ou les Occidentaux ont-ils fait tout leur possible pour entretenir de bonnes relations avec la Russie, qui était de son côté décidée, quoiqu’il advienne, à lancer cette guerre ?

Ces deux discours se répondent mutuellement, notamment sur les réseaux sociaux. Pour certains, majoritaires, Vladimir Poutine voulait dès le départ se lancer dans la guerre, et les Occidentaux ont tout fait, en vain, pour empêcher celle-ci. D’autres considèrent que l’OTAN est entièrement responsable de la guerre et que Vladimir Poutine est tombé dans un piège tendu par l’OTAN. Ces deux thèses contradictoires sont inexactes. Il est évident qu’on ne peut pas renvoyer dos à dos les différents protagonistes. Vladimir Poutine est bien le principal responsable du déclenchement de la guerre. C’est bien lui qui a pris la décision funeste et malheureuse de recourir à la guerre pour résoudre un différend. Maintenant, il est peut-être inexact de dire que tous les torts sont d'un côté. En relations internationales, tout n’est jamais blanc ou noir. Il y a effectivement une diversité de responsabilités et de causalités. Il convient de préciser à nouveau qu’en affirmant cela, il ne s’agit pas de renvoyer dos à dos les protagonistes : Vladimir Poutine est bien le principal responsable de la guerre, mais il n'est pas tout à fait inexact de dire que l'Occident a commis des erreurs à l’égard de la Russie, sans pour autant chercher à excuser la guerre. Les habitants de Marioupol ne sont en rien responsables des erreurs que les Occidentaux ont pu commettre à l'égard de Moscou au sortir de la guerre froide. Et c’est bien sur ce moment crucial qu’il convient de revenir. L’Occident n'a pas complètement tourné le dos à la Russie dans les années 1990 : cette dernière a été admise au Conseil de l'Europe en 1996 puis au sein du G7, devenu G8, en 1997 - alors même qu'elle avait à l'époque le PIB des Pays-Bas. Les Occidentaux avaient par ailleurs renfloué la Russie après la grande crise économique de la décennie 1990. Pour autant, l'Occident n'a pas été que bienveillant à l'égard de Moscou. Tout d'abord, l'implosion de l'Union soviétique a, entre autres, eu lieu parce que George Bush avait refusé l'aide que Mikhaïl Gorbatchev avait demandée en juillet 1991, aide qu’Helmut Kohl et François Mitterrand étaient au contraire prêts à lui accorder. Déjà apparaissent des différends diplomatiques entre la Russie et l’Occident. En premier lieu, l'élargissement de l’OTAN. George Kennan, l'inventeur du concept de Containment et que l’on peut donc difficilement considérer comme complaisant à l'égard de Moscou, avait déclaré cet élargissement était la plus funeste erreur que l’organisation pouvait commettre. François Mitterrand avait également mis en garde sur ce point, tout comme Kissinger. Par ailleurs, la guerre contre la Yougoslavie a aussi envenimé les relations entre Moscou et l’Occident. Elle a été mal perçue par la Russie, étant pour elle la preuve que l’OTAN n’était pas qu’une alliance défensive. Enfin, la mise en place d'un système de défense antimissile a été vécue par les Russes comme la remise en cause de la parité nucléaire entre Moscou et Washington avec en 2001 l’abrogation du traité ABM (Salt I) – du fait du retrait des États-Unis - qui avait été signé en 1972 et qui avait survécu à tous les aléas des relations entre Washington et Moscou.

S’agissant de ce débat sur les erreurs occidentales commises à l'égard de la Russie, il faut certainement écouter Gorbatchev qui n'est pas proche de Poutine, qui condamne sa politique intérieure et son autoritarisme. Gorbatchev soutient lui aussi que les Occidentaux ont préféré gagner la guerre froide et n'ont pas voulu traiter la Russie comme véritable partenaire à l’issue de celle-ci. Aux faits préalablement évoqués, on pourrait ajouter l'intervention militaire en Libye en 2011, rendue possible grâce à l’abstention de Medvedev, qui était alors président de la Russie, sur la résolution 1973. Poutine, alors Premier ministre, l’avait mis en garde sur le fait que les Occidentaux allaient leur jouer un tour et dépasser le cadre du mandat onusien. L’avenir lui a donné raison : de la protection de la population, l’intervention s’est transformée en opération de changement de régime. Un argument de plus pour Poutine dans sa méfiance à l’égard de l’Occident.

La Russie porte évidemment une part importante de responsabilités dans la dégradation de sa position sur la scène internationale au cours de la décennie 1990. Boris Eltsine a joué un rôle essentiel dans l'implosion de l'Union soviétique en voulant devenir président de la Russie. C’est bien Eltsine qui va diriger son pays de manière totalement erratique et en organiser le pillage pour répartir les biens et la fortune du pays entre ses amis oligarques, ce qui explique en grande partie la réduction de moitié du PIB du pays entre 1991 et 2000. À cette époque d’ailleurs, comme le rappelle Alexandre Orlov qui fut très longtemps Ambassadeur de Russie en France, singulièrement en 1993-1994, le ministère des Affaires étrangères russe recevait des instructions du département d'État, un comble quelques années seulement après l’implosion de l’URSS. Mais aux responsabilités russes s’ajoutent, comme nous l’avons vu, des responsabilités occidentales. Ainsi, lorsque Vladimir Poutine arrive au pouvoir en 1999, son objectif est de restaurer la grandeur de la Russie ainsi que l'autorité de l'État. Il va s’y atteler avec autoritarisme.

Poutine a déjà fait pression sur l'Ukraine et sur la Géorgie. En Géorgie, il a soutenu le développement de républiques sécessionnistes, mais le 8 août 2008, ce n'est pas la Russie qui a déclaré la guerre, mais bien la Géorgie, qui comptait sur l'appui américain qui n’est jamais venu et qui a donc subi une défaite.

Le débat sur les responsabilités occidentales dans le raidissement russe ne doit pas avoir pour objectif d’exonérer Poutine de ses responsabilités dans la guerre : elles sont réelles, incontournables. Ce débat doit permettre de réfléchir à l’attitude du monde occidental qui s'est parfois laissé emporter par hubris, par excès de confiance et par volonté d'imposer aux autres sa vision et ses valeurs. L’Occident peut être fier de ses valeurs, mais il fait une erreur chaque fois qu’il cherche à les imposer à l'extérieur. Contrairement à ce que disent certains, le fait que l'Occident ait pu commettre des erreurs à l'égard de la Russie n'est pas uniquement une thèse des pro-Poutine : c’est une thèse que soutiennent Gorbatchev et de nombreux responsables ou intellectuels occidentaux, dont nombre ne peuvent être accusés d'être des complices objectifs de Poutine, mais qui souhaitent au contraire travailler sur un monde plus multilatéral et plus partenarial. Quoi qu’il en soit, il sera difficile de revenir à des relations normales entre les Occidentaux et la Russie tant que Poutine sera au pouvoir. Mais ensuite, il faudra se souvenir et peut-être ne pas renouveler les mêmes erreurs à l'égard de la Russie et ne pas la traiter comme un pays vaincu, même s’il faut espérer qu'elle perde la guerre.

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof