Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

686 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2020

Pourquoi Xi Jinping fait-il plus peur que Mao ?

Dans les années 1960, Mao était à la tête d’un État totalitaire. Il menaçait les États-Unis d’une guerre nucléaire, insultait les Soviétiques qu’il accusait de révisionnisme et prévoyait de mener une Révolution à l'échelle mondiale pour libérer les peuples occidentaux.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les années 1960, Mao était à la tête d’un État totalitaire. Il menaçait les États-Unis d’une guerre nucléaire, insultait les Soviétiques qu’il accusait de révisionnisme et prévoyait de mener une Révolution à l'échelle mondiale pour libérer les peuples occidentaux. Les droits des Chinois étaient fortement restreints, en réalité inexistants. Dans leur vie privée comme dans la vie publique, le parti communiste décidait de tout. Lecture obligatoire du Petit livre rouge, accès à l’information limité à la lecture du journal le Quotidien du Peuple ; de l’âge du mariage, des pièces de théâtre   réduites au rôle d’outil de propagande, jusqu’aux vêtements portés par les Chinois, le pouvoir contrôlait absolument tout. Et la population connaissait des épisodes de famine, comme lors du Grand Bond en avant à la fin des années 1950 - période au cours de laquelle Mao souhaitait donner un nouveau souffle à l’économie chinoise, et qui fut un fiasco – quand 30 millions de Chinois perdirent la vie. Pourtant, à cette époque, la Chine n’effrayait pas le monde, on la regardait même de haut, et, au sein du monde occidental, des milliers de personnes brandissaient le Petit Livre rouge, séduits par l’idéologie maoïste.

Aujourd’hui, la situation des Chinois s’est nettement améliorée : le PIB par habitant atteint 10 000 dollars, chaque année 130 millions de Chinois partent en voyage à l'étranger et rentrent ensuite au pays – contrairement à l’époque de Mao. 800 millions d’entre eux ont accès à internet qui, bien que censuré, leur garantit un accès à l’information. Nombre d’entre eux se sont d’ailleurs récemment exprimés sur les réseaux sociaux pour dénoncer le sort réservé aux lanceurs d’alerte concernant la pandémie de Covid-19 ou ont critiqué la gestion de la crise sanitaire par le pouvoir. La Chine est aujourd’hui un régime autoritaire, mais elle a perdu son caractère totalitaire. Néanmoins, alors que dans les années 1960, des milliers d’Occidentaux soutenaient Mao Zedong malgré son régime dictatorial, aujourd’hui, le gouvernement chinois est critiqué de toute part et apparait comme une menace.

Dans les années 1970, lorsque Jean Yanne réalisa son film Les Chinois à Paris, on riait de la menace d’une invasion chinoise, aujourd'hui on est presque effrayé à l’idée que les Chinois imposent leur régime. Pourtant, que ce soit en termes d’accès à l’information ou de liberté, est-il réellement mieux d’être chinois sous Mao plutôt que sous Xi Jinping ? Comme l’explique Kishore Mahbubani dans son livre Has China won ?, les Chinois n’ont jamais été aussi heureux que depuis les trente dernières années. Cette vision semble toutefois peu partagée en Occident, et la crise du Covid-19 n’a fait qu’accentuer l’image de la menace chinoise.  Mais alors, comment expliquer que, paradoxalement, des milliers d’Occidentaux se soient réclamés de la Chine de Mao et voient aujourd’hui dans la Chine de Xi Jinping une menace majeure ?

En réalité, la Chine de Mao n’était qu’un tigre de papier. Bien qu’elle fût déjà le pays le plus peuplé au monde, la Chine - et son armée - étaient trop faibles pour mettre à exécution les menaces du dictateur. Il ne faut cependant pas oublier que c’est Mao qui a choisi d’envoyer ses soldats en Corée face à l’armée américaine, incontestablement plus puissante.

Lorsque la Chine est entrée à l’OMC en 2001, son PIB était dix fois inférieur au PIB des États-Unis, aujourd’hui il représente plus de 60% du PIB américain. C’est cet effet de rattrapage qui alarme les Américains et plus généralement les Occidentaux. Face à la montée en puissance de Pékin, Washington craint, et refuse, de perdre sa suprématie mondiale. Mais cette lutte pour le leadership sur la scène internationale n’est pas celle des Européens. Ces derniers ne doivent pas servir de lieutenants des États-Unis dans ce duel face à la Chine. Ils doivent, tout comme le fait Pékin, défendre leurs intérêts, notamment en termes économiques et commerciaux.

La Chine n’a plus l’ambition d’exporter le régime communiste à l’échelle internationale, comme le faisaient l’URSS et, dans une certaine mesure le régime maoïste. Elle ne fait en fait que défendre ses intérêts. D’ailleurs, ses dirigeants sont davantage inspirés par la civilisation chinoise que par le marxisme-léninisme et ce ne sont plus les principes maoïstes qui réunissent les 90 millions de membres du parti communiste, mais bien le succès économique et stratégique du pays. Il n'est pas question de nier le caractère autoritaire du régime chinois, mais il existe d'autres régimes dans le monde qui sont autoritaires sans être communistes. L’erreur est justement de traiter la Chine comme une menace existentielle voulant imposer le communisme à l’échelle mondiale. Mener un combat contre une puissance communiste, comme ce fut le cas face à l’URSS, n’est plus d’actualité.

La Chine est aujourd’hui un rival qui s’est considérablement développé. Il convient d’analyser judicieusement la situation et de défendre nos intérêts. D’un côté, Pékin peut parfois être un partenaire. Au fond, ce n'est pas elle qui a condamné la BNP à 9 milliards de dollars d'amende, ce n'est pas elle qui a une législation extraterritoriale, mais bien les États-Unis. D’un autre, elle est une puissance rivale.  Il faut analyser avec rationalité et réalisme nos intérêts vis-à-vis du pays sans l’accuser à outrance d’être une dictature communiste régie par les principes du marxisme-léninisme, car ce ne sont plus eux les moteurs du développement chinois.

 Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com