Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

614 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2021

Demain la Chine : guerre ou paix ? - 4 questions à Jean-Pierre Cabestan

Jean-Pierre Cabestan est directeur de recherche au CNRS rattaché à l’Institut de recherche sur l’Asie de l’Est de l’Inalco. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage « Demain la Chine : guerre ou paix ? », aux éditions Gallimard.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous sentez monter une poussée nationaliste dangereuse chez les jeunes Chinois…

Oui, il n’y a aucun doute. La montée en puissance de la Chine, le matraquage idéologique de la propagande du Parti qui pratique l’amnésie historique à grande échelle, vante les succès du pays tout en présentant le reste du monde comme chaotique et pousse l’opinion à prendre sa revanche sur l’Occident et le Japon, la volonté de Xi Jinping d’accélérer coûte que coûte l’unification avec Taiwan, sans quoi la « renaissance de la nation chinoise » ne pourrait advenir, à quoi s’ajoute depuis 2020 la pandémie de la Covid qui contribue à isoler la société chinoise du reste du monde et à conforter le camp des durs, tous ces facteurs ont rendu le nationalisme chinois incandescent et aveugle. Il est en d’autres termes devenu un facteur de guerre.

Selon vous, le discours sur le caractère fondamentalement pacifiste de la Chine est un écran de fumée comparable aux discours sur la paix de l’URSS…

Oui, le discours sur la paix est une caractéristique des pays socialistes de type soviétique. Et plus ces États deviennent agressifs, plus ils brandissent ce discours. Rappelez-vous de Brejnev. En effet, comment réconcilier les propos pacifistes du pouvoir chinois avec les menaces de plus en plus ouvertes contre Taïwan, la prise de contrôle et la militarisation progressives de la mer de Chine méridionale par l’Armée populaire de libération (APL) et les incursions répétées des garde-côtes chinois dans les eaux environnantes des Senkaku, ces îlots japonais depuis 1895 que Pékin appelle les Diaoyu et revendique depuis les années 1970 ? Plus grave encore, comment réconcilier ce discours avec la course aux armements dans laquelle la République populaire est engagée avec les États-Unis, tant sur les plans naval, aérien et spatial qu’en matière de missiles hypersoniques ?

A propos de Taïwan, vous pensez que la Chine n’a pas le projet de détruire l’économie et de décimer la population d’une province qu’elle veut annexer…

La Chine veut annexer Taïwan d’une manière ou d’une autre. Le scénario idéal pour elle serait que Taïwan capitule sans combattre, accepte de devenir une région administrative spéciale de la République populaire, comme Hong Kong, après avoir réalisé que ses forces armées ne pourraient pas résister à une offensive de l’APL (Armée populaire de libération) et que les États-Unis les lâcheront afin d’éviter toute nucléarisation du conflit. Dans ce but, Pékin agit sur deux fronts : d’une part, les intimidations militaires, de plus en plus fréquentes et intrusives ; d’autre part, ce que l’on appelle le travail de « front uni » destiné à peu à peu gagner à sa cause les élites économiques, politiques et intellectuelles de l’île.

Le problème est que cette double stratégie n’a pour l’instant pas démontré son efficacité, d’où les risques croissants de guerre. Les Taiwanais se sentent de moins en moins chinois. Le Kuomintang, le parti d’opposition plus favorable à un accommodement avec Pékin, perd du terrain. Mme Tsai, la présidente de Taiwan, accélère la mise en place d’une capacité de défense destinée à rendre prohibitif le coût de toute attaque chinoise. Et Washington, sous Trump comme sous Biden, a renforcé son engagement en faveur de la défense de Taïwan. Certes, cet engagement reste ambigu : aucun traité de sécurité ne lie les États-Unis à Taïwan. Mais toute administration américaine sait pertinemment que si elle abandonnait Taiwan, non seulement ce serait la fin de la Pax America dans le Pacifique occidental, mais cela constituerait aussi un revers énorme pour le camp des démocraties face au camp des dictatures et autres régimes autoritaires. Comment les États-Unis pourraient-ils l’accepter ? En d’autres termes, dans un avenir prévisible, les risques d’une intervention américaine en cas d’attaque chinoise de Taïwan restent très élevés. Une réalité dont Xi est parfaitement conscient et à mon sens continue de l’inciter à agir dans ce que l’on appelle les « zones grises » entre la guerre et la paix, mais le dissuade de passer le Rubicon de l’offensive armée.

A plus long terme, on doit s’inquiéter des moyens offensifs conventionnels comme nucléaires accumulés par l’APL : afin d’éviter un bain de sang et une destruction de l’économie taiwanaise, on ne peut exclure que Washington soit contraint de tordre le bras des Taïwanais et leur demande d’accepter un compromis : leur appartenance à une Chine non définie en échange de la préservation de leur démocratie et assortie d’une neutralisation militaire de l’île ? Il est trop tôt pour le dire. Mais le rapport des forces régionales risque à terme d’imposer des choix douloureux à Taipei et à Washington, sauf évidemment évolution, peu probable à ce jour, du régime chinois et affaiblissement, improbable également, de son économie.

Quel est le choix pour Pékin entre montrer ses muscles et cultiver, aux yeux notamment des pays asiatiques, l’image d’une grande puissance responsable ?

Plus que ses prédécesseurs, par son agressivité, Xi Jinping a placé son pays face à un dilemme : d’un côté, il veut effrayer les Taïwanais, faire peur aux États qui contrôlent aussi des îlots en mer de Chine méridionale et au Japon, mettre en garde les États-Unis et, de l’autre, amadouer ses voisins et l’ensemble des pays du Sud grâce à sa puissance économique, ses nouvelles routes de la soie, et accessoirement sa puissance douce, son soft power.

La Chine de Xi est parvenue à répandre l’idée qu’elle est désormais une très grande puissance, la seule à pouvoir défier et à terme ravir la place occupée encore aujourd’hui par les États-Unis. Mais une « grande puissance responsable », cette image est contestée à la fois par ses voisins et non des moindres - outre Taïwan, le Japon, l’Inde, la Corée du Sud, le Vietnam, les Philippines, l’Indonésie, Singapour et même la Malaisie à présent - et par une grande majorité des pays du Nord qu’ils soient alliés des États-Unis (membres de l’OTAN, Australie) ou pas. La Chine est clairement devenue un facteur de tensions et donc d’instabilité internationales.

Aujourd’hui Pékin a nettement choisi de montrer ses muscles et de reléguer au second plan le renforcement de sa puissance douce. D’une certaine manière, Xi Jinping a fait sien le précepte de Machiavel selon lequel il est préférable d’être craint qu’aimé. Il l’applique avec assiduité, tant sur la scène mondiale que sur la scène intérieure, avec le succès et les limites que l’on sait. Cette stratégie pourrait-elle changer à l’avenir ? Sans doute pas, sauf si Xi Jinping perd le pouvoir, ce qui n’est pas impossible.

Cet article est également disponible sur mon blog. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot