Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

719 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 août 2018

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Une Conférence des ambassadeurs et des ambassadrices sous le signe de Trump

Cette année, lors de la traditionnelle Conférence des ambassadeurs et des ambassadrices de France (nouvelle appellation), il n’y eut aucun invité étranger mis à l’honneur. En effet, la ministre canadienne, Chrystia Freeland, qui devait remplir ce rôle, a dû décliner au dernier moment, du fait de la renégociation de l’accord ALENA. Bien qu’absent, ce fut Donald Trump qui fut omniprésent.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans son discours du 27 août 2018, E. Macron s’est fait le « chantre du multilatéralisme » (pour reprendre sa propre expression) et le sévère critique de l’unilatéralisme, dont il a fait sa principale cible. Il a notamment évoqué la nécessité de construire de nouvelles alliances afin d’appréhender les défis contemporains.

Il a plus nettement insisté sur le fait que l’Europe ne pouvait plus « remettre sa sécurité aux seuls États-Unis ». Selon lui : « C’est à nous aujourd’hui [évoquant la fin de la guerre froide] de prendre nos responsabilités et de garantir la sécurité et donc la souveraineté européenne ». Il a même ajouté : « Des alliances ont aujourd’hui encore toute leur pertinence, mais les équilibres, parfois, les automatismes sur lesquels elles s’étaient bâties sont à revisiter ».

Alors que sa stratégie mise en place avec le président américain – contacts intenses, voire chaleureux – avait été critiquée pour son absence de résultats, il l’a défendue et revendiquée en plaidant pour la nécessité de convaincre son interlocuteur avant la prise de décision pour s’y opposer de façon claire une fois celle-ci prise. Cette politique de dialogue qui n’empêche pas l’opposition, ou d’une opposition qui n’interdit pas le dialogue, a été également mise en avant avec la Chine, dont il a estimé qu’elle avait « posé l’un des concepts géopolitiques les plus importants des dernières décennies avec ses nouvelles routes de la soie », qu’il a tout de même qualifié « d’hégémonique ». Il a de plus réaffirmé sa volonté de s’y rendre chaque année. C’est la même méthode employée avec la Russie : celui d’un dialogue exigeant qui refuse ostracisme et complaisance.

Par rapport au président turc, Recep Tayyip Erdoğan, au « projet panislamique régulièrement présenté comme antieuropéen, dont les mesures régulières vont plutôt à l’encontre de nos principes », il annonce suspendre les négociations d’adhésion de son pays à l’Union européenne (UE) tout en engageant un dialogue stratégique avec lui. Ces éléments sont conformes à la vision que le président français a d’une Europe à plusieurs niveaux : un cercle plus intime et petit que l’actuelle UE et un cercle ultime, plus large.

Pour revenir au défi posé par D. Trump, il s’est demandé si les États-Unis – et la Chine – nous regardaient comme une puissance avec une autonomie stratégique. Sur ce dernier thème, la ministre des Armées y a centré le dîner qu’elle organisait le 28 août. Là encore, D. Trump se trouvait dans tous les esprits. Florence Parly estime que s’il ne faut pas s’alarmer de la politique de prise de distance du président américain avec l’Europe, il ne faut pas pour autant la mésestimer ou l’encourager, mais s’y préparer, notamment en renforçant les capacités opérationnelles de l’UE.

La France est d’autant plus attendue que l’Allemagne, notamment par les déclarations de son ministre des Affaires étrangères, a mis la barre assez haut. Heiko Maas a en effet déclaré refuser « d’accepter que soit décidée à notre insu une politique dont nous devrions supporter les coûts ».[1] Le couple franco-allemand pourrait être le moteur de ce projet. L’Allemagne n’a plus besoin de la protection américaine et n’est plus effarouchée à l’évocation du simple terme d’« autonomie stratégique ». Il y a cependant une contradiction dans le raisonnement français, car si l’objectif est de porter à 2 % du PIB notre budget militaire (ce qui devrait le conduire à 50 milliards d’€), les moyens du quai d’Orsay sont, eux, régulièrement réduits. Dans son discours du 28 août, le Premier ministre français, Édouard Philippe, a même évoqué l’objectif de réduire de 10% d’ici 2022 la masse salariale des administrations françaises présentes à l’étranger. Établir un dialogue exigeant avec la totalité des grandes puissances et être présent sur tous les fronts diplomatiques nécessiteraient plutôt un renforcement des moyens de notre action extérieure.

L’année à venir sera capitale pour E. Macron. Comment espère-t-il gagner son pari européen ? Surtout, comment traduire en acte un discours aussi dur à l’égard de D. Trump ? C’est bien sur le progrès de l’autonomie stratégique européenne qu’il sera jugé.

[1] Le Monde, 24/08/2018.

Cet article est également présent sur mon blog

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez