PASCALE FAUTRIER
Auteure et professeure
Abonné·e de Mediapart

165 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2022

PASCALE FAUTRIER
Auteure et professeure
Abonné·e de Mediapart

Le droit de parler

Ma recension du livre d'Hélène Devynck, Impunité, parue dans L'Humanité du jeudi 29 septembre. Je profite de ce billet pour signaler que les commentaires signés de mon nom sur Mdpt sont une usurpation d'identité (cf. sous texte).*

PASCALE FAUTRIER
Auteure et professeure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les femmes ont-elles le droit de dénoncer un violeur en série dont le dossier accablant a été classé sans suite ? Le livre de combat d’Hélène Devynck est un plaidoyer politique en faveur de la liberté pour chacun de raconter sa version des faits, et un réquisitoire implacable contre un “système” (le mot revient avec insistance) dont la complaisance de la direction de la chaîne TF1 à l’égard de son présentateur vedette, pendant trente années, est un exemple éclatant et scandaleux.

Dans le cas de PPDA, comme dans celui de nombre d’hommes dominants dans les milieux économiques, politiques, journalistiques ou culturels, “tout le monde sait” : “tout le monde” a leurs agissements sur les lèvres. Mais ils ne sont jamais dénoncés au moment de leurs pires nuisances parce qu’ils sont puissants et dangereux, parfois menaçants, faisant jouer leurs réseaux pour délégitimer la parole de celles (parfois ceux) qui sont leurs victimes, toujours nombreuses. Lorsque les femmes osent parler, on leur fait une réputation de folles, de frustrées en mal de notoriété, de putes ou de salopes.

Ses protocoles sont toujours les mêmes, en ceci, comme en ce qui concerne ses passages à l’acte : aucune drague, assaut par surprise, aucun mot prononcé, ou seulement dévalorisants, méprisants voire insultants. La répétition compulsive, généralement dans les mêmes lieux, est connue voire facilitée par l’entourage, par le silence dû à l’emprise (sociale ou psychologique), ou pire, par la courtisanerie, éventuellement agrémentée d’excitation graveleuse dans les dîners en ville. Les violeurs en série des classes dominantes ne sont ni des malades ni des monstres (d’étranges anomalies), mais des personnalités remarquablement adaptées. Les sociétés de domination (pas seulement capitalistes du reste) sont des systèmes prostitutionnels, comme Marx le remarquait déjà en 1844 : elles génèrent ce type de comportement. Devynck ne s’attarde pas sur les causes du phénomène, ni sur la réponse (judiciaire et/ou politique) à y apporter. Mais son livre efficace interdit de se réfugier dans les zones grises du non-savoir complice.

* Usurpation d'identité : plusieurs personnes disposent de mon code depuis longtemps (je le leur avais donné, par générosité et négligence). Depuis longtemps semble-t-il, certaines d'entre ces personnes se permettent de commenter d'autres billets, et mon nom apparaît. Alertée tardivement, je viens, tardivement (négligence encore), de changer mon code. J'espère que cela suffira à faire cesser le problème (l'accès à Mediapart, lorsqu'il est validé sur un appareil, dure-t-il au-delà si l'utilisateur ne se déconnecte pas : je ne sais pas. En tout cas : en ce qui ME concerne, je ne commente JAMAIS les billets. C'est dit. Et je ferme les commentaires, parce que j' abhorre le trollage anonyme, le plus souvent stupide et haineux. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière