Débat: un climat d'extrême-gauche

Excellent débat qui fera date : où ressort que la seule question vraiment politique est la question communiste de savoir comment on sort de la dictature des oligarchies capitalistes. Tout le reste : foutaises.


poutou-4-avril-2017
Je vote Mélenchon (parfait) mais merci au très sympathique Philippe Poutou qui a prononcé la phrase historique : "Nous on n'a pas d'immunité ouvrière", et à la très précise Nathalie Arthaud qui a égrené les seules vérités politiques qui vaillent : une vraie leçon de politique pratique chiffres à l'appui sur l'énormité jamais vue dans l'histoire de l'accaparement capitaliste entre quelques mains. A quoi il faut ajouter l'autre vérité sur la collusion intéressée et guerrière entre les oligarchies (Merci à Jean-Luc Mélenchon = les ciments Lafarge faisant des affaires avec Daech, et quelqu'un a ajouté, Nathalie Arthaud je crois, que ça fait trois générations au moins, Pétain compris, que ces gens-là se sucrent au sable) ; collusion intéressée à la guerre entre les oligarchies capitalistes et le terrorisme maffieux donc, soi-disant fondamentaliste, financé par le trafic de drogue, les services secrets des grandes puissances et les tyrannies pétrolières. Quant à la droite, elle est représentée par l'insipide, transparent et ridicule E. Macron, laquais en chef des oligarchies, rond-de-cuir suant l'ennui, dont on a l'impression constamment qu'il est en train de passer un entretien d'embauche à la Banque. Il "n'imprime pas", comme disent les bavasseurs de befemeteve. Pas besoin, il sert. La bouchère de Neuilly n'a pas cette fois réussi à incarner le Phallus Vème République : elle a perdu son sang très froid. Fillon, tout en petit nez tordu à la Pinocchio et fin sourire pas vu pas pris de pervers pépère, a fait le porte-manteau : tout ce qui compte, c'est le costume, pense l'éternelle France moisie de la messe du dimanche où on vient se faire pardonner son porte-feuille d'actions. J'épargne B. Hamon, qui a même réussi par moments à être bon (contre M. Le Pen) : mais manque de chance, sa mignardise tout le monde il est beau, sent un peu la naphtaline, ringardisée par la violence du moment, et puis dans ce registre le candidat de Solférino et de l'Elysée fait mieux : pas de doute que Macron "ni droite ni gauche" mais à Banque toute, fait courir tous les camés de la Finance pour tous. Le berger des pyrénées = plutôt punk sicilien, a dit drôlement quelqu'un sur twitter, J. Lassalle, et J. Cheminade ont créé, malgré eux, une sorte de brume qui arrosait fertilement le climat dominant d'"extrême-gauche" (et même révolutionnaire) - comme diraient  les "esclaves" (N. Arthaud) de luxe qui conduisaient le débat avec leur espèce d'arrogance effarée (par la joyeuse désinvolture indifférente de P. Poutou) parce qu'elles ont des comptes à rendre au propriétaire de befemeteve : quel oligarque déjà ? J'ai rêvé ou quelqu'un a entendu comme moi leur soupir subliminal, qu'un micro, ouvert par accident, a soudain donné à entendre : MacronMacronMacronMacronMacronMacron........................

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.