Armer les esprits: le livre citoyen qu'il faut lire

Crépuscule de Juan Branco sort en librairie : remanié, réécrit, augmenté, plus facile à lire et plus précis, toutes les informations sourcées. Alors que l'armée sera mobilisée samedi contre les gilets jaunes, c'est un devoir citoyen de comprendre comment nous en sommes arrivés à cette dérive autoritaire du pouvoir.

Lisez Crépuscule de Juan Branco :

crepuscule-de-branco-couverture
vous saurez pourquoi et comment E. Macron, ce jeune inconnu fils de chirurgien même pas brillant (trois échecs à l'entrée de l'ENS), a été choisi par les oligarques de ce pays pour le diriger. Propriétaires de 90% des médias (journaux, télévisions), ils les ont mis massivement au service de cette candidature. Après la guerre meurtrière des droites, le retrait de Hollande et l'échec de Valls, pour la première fois dans l'histoire de ce pays, tous les oligarques se sont ralliés à un seul candidat, E. Macron, rédacteur du rapport Attali, avec la complicité de l'appareil du parti socialiste et d'une bonne partie de LR. 
J'ai découvert la première version de ce livre le soir de Noël et j'en ai rendu compte ici aussitôt. Le 15 janvier, Marion Mazauric m'appelle pour me demander de participer à un livre collectif d'auteurs et artistes soutenant les gilets jaunes (il paraîtra en mai). Je lui parle de Crépuscule. Une semaine plus tard, elle me rappelle : elle a lu le texte et veut le publier. Je lui donne les coordonnées de Juan Branco que Claus Josten venait d'interviewer pour la télévision allemande. Un contrat est signé. Denis Robert est de la partie, il écrit la préface du livre et participe à son remaniement. Un mois et demi plus tard, ce livre qu'aucun éditeur parisien n'a voulu prendre le risque de publier paraît donc à Nïmes, grâce à la petite maison d'édition Au diable Vauvert, dirigée par Marion Mazauric.
Denis Robert, le journaliste qui a révélé l'affaire Clearstream entre autres, raconte dans une vidéo les refus des grands éditeurs début janvier : https://www.facebook.com/deniroro57/videos/10155901421551960/UzpfSTcwMjczNjk1OToxMDE1NTkwMTcxNTIxNjk2MA/?__tn__=%2Cd*F*F-R&eid=ARCAcxzxdHqY9RwcaMeq9rNjHN-I6_c802OQEUvsq_qIwE8yBeo1eMqxuO1fk_Q9VaO0xCykietZ0Vdb&tn-str=*F
On peut ne pas être d'accord sur tout avec J. Branco ; j'ai dit ce que je pensais dans un article de L'Humanité du républicanisme mitterrandien étalé de manière peu convaincante et bâclé dans son Contre Macron, Ed. Divergences, publié en janvier, et je l'ai entendu à la Bourse du Travail causer de la mission "protectrice" des classes dirigeantes à l'égard du "peuple" : ce n'est pas ma conception de la démocratie émancipatrice (cf. https://www.humanite.fr/juan-branco-provoque-emmanuel-macro…
Mais l'indulgence est requise pour ce très jeune homme de 29 ans, issu de la grande bourgeoisie bohème (son père est un grand producteur de cinéma aventureux), né dans le VIème arrondissement de Paris sous Mitterrand. Sa pensée politique un peu courte ou son style baroque ont pu prêter à sourire dans le livre précédent ou la première version de Crépuscule.
Soyez certains que ce livre-ci, débarrassé des naïvetés et des fantaisies mais en conservant leur charme, fera date.
Formé par l'Ecole Alsacienne, Sciences Po, et l'Ecole Normale supérieure, Juan Branco devait devenir un Gabriel Attal, le secrétaire d'état à la jeunesse, qui a son âge et fut son condisciple. Mais écoeuré par cette classe dirigeante à laquelle il était déjà intégré, il a préféré raconter ce dont il a été témoin : l'irrésistible ascension d'E. Macron. 
Déjà accusé en janvier par Aurore Bergé d'avoir "armé les esprits", Juan Branco a défilé tous les samedis, et est devenu l'avocat de Maxime Nicole (Fly Rider). 
" class="media-left" src="https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2019/03/21/crepuscule-de-branco-couverture.jpg" width="164" height="250" alt="" id="6d069679-4bce-11e9-b97b-000c29f3dae3" data-insert="options%5Blegend%5D=&options%5Bformat%5D=50&options%5Bfloat%5D=left&options%5Bhighlight%5D=0&options%5Bmax_width%5D=328&options%5Buse_percent_width%5D=0&options%5Bwidth%5D=164&options%5Bmax_height%5D=499&options%5Buse_percent_height%5D=0&options%5Bheight%5D=250" title=""/>
Le livre de J. Branco illustre par les faits la thèse d'un autre livre important de ces derniers mois, d'un autre jeune homme, philosophe, Grégoire Chamayou : La société ingouvernable, Généalogie du libéralisme autoritaire, La Fabrique, 2018 (ma recension dans L'Humanité, remaniée et développée pour Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/…/les-derniers-jours-du-modele-s…)
Et achetez L'Humanité, dernier quotidien papier de gauche : j'y publie aujourd'hui un bref compte-rendu du Que sais-je "Simone de Beauvoir" qui vient de sortir : https://www.humanite.fr/simone-de-beauvoir-philosophe-du-xx…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.