PASCALE FAUTRIER
Auteure et professeure
Abonné·e de Mediapart

170 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2022

PASCALE FAUTRIER
Auteure et professeure
Abonné·e de Mediapart

Pensives penseuses

Deux recensions publiées dans L'Humanité : l'une de Annabelle Bonnet, La Barbe ne fait pas le philosophe, parue le 25 novembre dans le Cahier Livres, et l'autre de W. Eilenberger, Les Visionnaires, sur Arendt, Beauvoir, Weil, Rand, parue le 26 octobre.

PASCALE FAUTRIER
Auteure et professeure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Penseuses pensives 

Annabelle Bonnet, La Barbe ne fait pas le philosophe. Les femmes et la philosophie en France (1880-1949), CNRS Editions, 2002, 23 euros. 

La sociologue Annabelle Bonnet, déjà auteure d’une biographie de Léontine Zanta, première Française docteure en philosophie en 1914, nous raconte avec brio le destin des femmes philosophes entre 1880 et 1949. Récit souvent tragique : il faut attendre 1924 pour qu’elles puissent se présenter librement à l'agrégation. Ces pionnières ne sont pas intégrées dans les cercles dominants et ne peuvent enseigner à l’université. La philosophie est la discipline phare de la IIIème République et du républicanisme libéral, et l’intelligence d’une Clémence Royer, polygraphe à la culture encyclopédique pourtant républicaine et laïque, est considérée comme une « énigme ». On s’intéresse davantage à l’autopsie de son cerveau qu’à son œuvre.  

Illustration 1

Rude paradoxe : pour leur dénier tout accès à la pensée créatrice, on renvoie les femmes à une « nature » en réalité socialement construite. Cette poupée décervelée dévouée à l’homme, à l’enfant, et à la patrie, est la chair vivante corsetée par une série d’interdits rigoureux – dont celui de devenir philosophe. Lorsque croyant sortir de ce cercle vicieux, Bergson renverse la charge et décrète que le « sexe affectif » est dépourvu d’intuition et donc de génie, il révèle malgré lui l’absurdité de ces préjugés. A. Bonnet montre combien l’interdit de penser est central et inévitablement intériorisé : la penseuse est vécue comme une menace aux soubassements sexuels de la domination. Malgré l’audacieux « bilan » que Beauvoir tire de cette situation, dès 1949, dans Le Deuxième sexe, en y gagnant paradoxalement une reconnaissance exceptionnelle de philosophe, est-elle tout à fait morte la sourde injonction à « l’auto-sabotage » intellectuel de celles qui croient devoir être considérées comme de « vraies femmes » ? 

https://www.humanite.fr/culture-et-savoirs/philosophie/essai-la-menace-des-penseuses-pensives-772221

Ce que peut la philosophie 

Wolfram Eilenberger Les Visionnaires 1933-1943 Alisio Histoire, 397 p., 22,90 euros 

Pascale Fautrier 

Best-seller en Allemagne, ce livre est un récit aux vertus pédagogiques indéniables. Dans son ouvrage précédent, Le Temps des magiciens, le rédacteur en chef de l'édition allemande de Philosophie magazine entrelaçait les biographies de Wittgenstein, Benjamin, Cassirer et Heidegger pendant la décennie 1919-1929. Ce procédé narratif est repris ici pour raconter quatre femmes philosophes, Simone Weil, Simone de Beauvoir, Hannah Arendt et Ayn Rand, entre 1933 et 1943.  

Cependant le dialogue curieusement genré entre leurs vies et leurs pensées tourne au jeu de massacre, ne laissant indemne que le sentiment d’une impuissance du “monde non totalitaire” (le meilleur des mondes capitaliste) à contrer l’irrésistible victoire du fascisme et de la guerre. Le souci d’interpeller les chapelles intellectuelles occidentales, libertariens néo-conservateurs compris, explique la présence dans ce quatuor du nietzschéisme monstrueux et ridicule de Rand. Mais se donne-t-on les moyens de savoir ce que peut la philosophie, en plaçant sur le même plan la politologue Arendt (c’est le titre qu’elle revendiquait), et les deux métaphysiciennes Weil et Beauvoir ? Ne fallait-il pas s’en tenir à ces deux dernières, qui cherchaient à penser ensemble l’intime et le politique, qu’Arendt entendait au contraire séparer ? Et approfondir le problème du privilège des dominants, la liberté individuelle enivrée de sa propre puissance, force déchaînée que les Grecs nommaient l’hubris, que Weil opposait à la “décréation” de soi, et que Beauvoir avait méditée dans Faut-il brûler Sade ? 

https://www.humanite.fr/culture-et-savoirs/hannah-arendt/ce-que-peut-la-philosophie-768954

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet