Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 nov. 2019

Education Nationale: vivre à la retraite avec son salaire de début de carrière...

Ce sont les «régimes spéciaux» qui feront les gros titres. Mais ce sont bien les enseignants, 736.997 salariés devant élèves, qui vont subir un véritable tsunami si la retraite par points est mise en place - eux qui vont retomber sous leur salaire de tout début de carrière. Pas si loin du smic brut...Une carrière réussie: sous-payés en emploi, paupérisés à la retraite...

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils sont 736.000 dans l'enseignement public ( et 144.415 dans le privé) et l'on parlera moins d'eux que des 142.240 agents de la SNCF ou des 63.000 de la RATP. Pourtant, près d'un million d'enseignants sont sur le point d'être laminés par la future réforme des retraites...Leur pension devrait être réduite au salaire qu'ils avaient au tout début de leur carrière... Si on parle le langage de l'Education Nationale, pour des PE et certifiés, titulaires dans le public, leur pension sera située quelque part entre l'échelon 1 et l'échelon 2 de la classe normale... Loin du salaire correspondant à la retraite actuelle de 75% du dernier traitement des six derniers mois, celui qui correspondrait à l'échelon 9 ou 10 de la classe normale....
PARTIR AVEC 1.27 fois le SMIC au lieu de presque 2 fois le SMIC...
Si l'on reprend les chiffres du SNES dont on avait déjà mis en cause l'optimisme ( puisqu'il supposait un enseignant ayant exercé 43 ans pour terminer au nouveau 7ème échelon de la hors-classe (indice 821) et qui bénéficierait de 10 % de primes sur toute la carrière ( «  un taux de primes élevé,[qui] correspond par exemple pour un certifié au fait d’avoir une heure supplémentaire et une indemnité de professeur principal sur quasiment toute les années de sa carrière », disait le SNES lui-même...), voici donc ce que l'on trouve pour un enseignant mono-pensionné de l'Education Nationale et titulaire :

© SNES


Et croisons-le avec cela.

© UNSA


Qu'obtient-on ? Cela:

© Pascale Fourier


Dit autrement, dans la meilleure des configuration possibles : un PE ou certifié ayant fait sa carrière complète à l'Education Nationale en tant que titulaire, partant à l'échelon 7 de la hors-classe ( échelon maximal), ayant bénéficié de 10% de primes et ayant tenu 43 ans après 4 ou 5 ans d'études post-BAC au moins + un concours ( c'est-à-dire partant au minimum à 65 ans) partira à la retraite avec son salaire de débutant, soit 1,27 fois le SMIC.
Toute situation plus complexe que celle-ci, nombre d'annuités insuffisant et donc départ prématuré par rapport aux exigences en terme de trimestres, ou temps partiel, ne pourra donner QUE des simulations moindres. Toute situation moins favorable ( pas une heure d'HSA sur presque toute sa carrière, pas d'indemnité de professeur principal sur presque toute la carrière), carrière commencée en tant que vacataire ou contractuel ne pourra donner QUE des simulations moindres.

TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS A LA RETRAITE? PRIMES ET MISSIONS, LE GAIN...


Travailler plus pour gagner plus ( à la retraite) ? Une première HSA (heure supplémentaire annuelle) pour un certifié ou PLP classe normale est payée 1 358,66 € brut par an ( soit 113,22 euros bruts par mois) . On cotisera sur ce montant 343,70 euros par an, ce qui rapportera 34,37 point par an, qui rapporteront 18,90 euros de pension en plus par heure supplémentaire ( + heures de préparation de cours et correction des évaluations) par an, soit 1,57 brut par mois de pension... Une deuxième HSA vaut moins, 1 245,44 € , et donc rapporte moins. Moins qu'1 euros et 57 centimes bruts par mois.
On pourra aisément calculer ce que rapportera tout euro brut perçu pour une quelconque « mission » payée en plus par l'Education Nationale ( puisque donc il faudrait individualiser les parcours, si on en croit les discours subliminaux de nos dirigeants) ou l'appliquer à d'autres primes actuelles :

  • 1 euro divisé par 100 multiplié par le taux de cotisation ouvrant droit à point (25,31) = somme cotisée pour 1 euro.
  • Reprendre ce total ( =cotisation salariale retraite), le diviser par 10 = nombre de points obtenus
  • Multiplier le nombre de point obtenu par une « une valeur de service du point de 0,55 euros  ( valeur du point qui peut évoluer dans le temps, et c'est le loup de cette réforme...).
    Ça fait, normalement, 0,0139205.
    Le tableau des indemnités dans le second degré est, par exemple : chacun peut calculer.
    GREVE OU REGIME PÂTES A LA RETRAITE?

D'aucuns, apparemment, hésitent à faire grève le 5 Décembre, et même les jours qui suivent...  Pourtant, travailler 43 ans, jusqu'à 65 ans au moins avec un bac +4 ou 5 pour gagner 1.27 fois le SMIC, entre 1415 et 1613 euros nets, on pourrait les comprendre...
Mais foin ! La retraite comme une nouvelle jeunesse, colocation et ration de pâtes... Pas de quoi monter au front, assurément...
Pourtant, ils sont près d'un million....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement