Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 9 mai 2015

Allemand : les impensés de la réforme du collège.

La disparition des classes bilangues fait disparaître 40% des heures-élève, et cela en tenant compte de l'avancée de l'apprentissage de l'allemand en LV2 de la 4° à la 5°. Madame le Ministre a-t-elle bien pensé à toutes les conséquences de ce fait? Près de la moitié des enseignants d'allemand va être, il faut le dire,  surnuméraire.  Pourquoi madame le Ministre a-t-elle annoncé une augmentation de l'ouverture du nombre de postes de CAPES d'allemand dans ce contexte? Quel plan a-t-elle mis en place pour la gestion à la rentrée 2016 des professeurs d'allemand au collège? Voilà les questions qu'il conviendrait de lui poser.L'article mis en ligne sur Marianne intitulé "Collège : Najat Vallaud-belkacem se prend les pieds dans les chiffres de l'allemand" rend compte du vrai nombre de petits collégiens suivant un enseignement d'allemand au collège: ils sont 42.000 à suivre cet enseignement en LVI, 48.000 en LV2, 55.000 à suivre un enseignement conjoint de l'allemand et de l'anglais sur les 4 années de collège ( les fameuses bilangues). Eradiquer les bilangues, c'est faire disparaître 1/3 de petits germanophones par an. Si les relations avec notre partenaire allemand pourraient s'en ressentir, il va sans dire qu'un problème majeur va se poser :  que faire de presque la moitié des professeurs d'allemand qui n'auront plus d'élèves devant eux?

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La disparition des classes bilangues fait disparaître 40% des heures-élève, et cela en tenant compte de l'avancée de l'apprentissage de l'allemand en LV2 de la 4° à la 5°. Madame le Ministre a-t-elle bien pensé à toutes les conséquences de ce fait?

Près de la moitié des enseignants d'allemand va être, il faut le dire,  surnuméraire.  Pourquoi madame le Ministre a-t-elle annoncé une augmentation de l'ouverture du nombre de postes de CAPES d'allemand dans ce contexte? Quel plan a-t-elle mis en place pour la gestion à la rentrée 2016 des professeurs d'allemand au collège? Voilà les questions qu'il conviendrait de lui poser.

L'article mis en ligne sur Marianne intitulé "Collège : Najat Vallaud-belkacem se prend les pieds dans les chiffres de l'allemand" rend compte du vrai nombre de petits collégiens suivant un enseignement d'allemand au collège: ils sont 42.000 à suivre cet enseignement en LVI, 48.000 en LV2, 55.000 à suivre un enseignement conjoint de l'allemand et de l'anglais sur les 4 années de collège ( les fameuses bilangues). Eradiquer les bilangues, c'est faire disparaître 1/3 de petits germanophones par an. Si les relations avec notre partenaire allemand pourraient s'en ressentir, il va sans dire qu'un problème majeur va se poser :  que faire de presque la moitié des professeurs d'allemand qui n'auront plus d'élèves devant eux?

Démonstration :


Situation actuelle :

  • LV1 allemand :

6° = 42.000 élèves X 4 H = 168.000 heures/élève
5° -4°- 3° = 42.000 élèves X 3H sur 3 niveaux =  378.000 heures élève

  • LV2 allemand :

4° et 3° = 48.000 X3 sur deux niveaux = 288.000 heures-élève

Ensemble LVI et LV2 = 834.000 heure-élève

  • Bilangues :  55000X 3 heures sur 4 niveaux = 660.000 heures-élèves

Ensemble LVI, LV2 et bilangues = 1.494.000 heures-élève


Conclusion : la  moitié des heures d'allemand est donnée aux élèves de bilangues, ou peu s'en faut actuellement (44%).

Après la réforme  ( et à effectif d'allemand LV1 et LV2 constant) :
LVI : 6° = 42.000 élèves X 4 h = 168.000 heures/élève
5° -4°- 3° = 42.000 élèves X3 heures sur 3 niveaux =  378.000 heures élève

LV2 : 48.000 X 2.5H sur 3 niveaux = 360.000

Ensemble LVI et LV2 = 906.000 heures-élève

CONCLUSION: 40% des heures-élèves disparaissent. Que vont devenir à la rentrée 2016 les professeurs d'allemand? Beaucoup s'inquiétaient déjà de devoir enseigner sur trois établissements, suite à la disparition des bilangues, mais la situation est plus grave : près de la moitié d'entre eux n'auront pas d'élèves devant eux. On savait la réforme bâclée, impensée dans ses conséquences : l'affaire de l'allemand le montre de façon manifeste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof