Allemand : les impensés de la réforme du collège.

La disparition des classes bilangues fait disparaître 40% des heures-élève, et cela en tenant compte de l'avancée de l'apprentissage de l'allemand en LV2 de la 4° à la 5°. Madame le Ministre a-t-elle bien pensé à toutes les conséquences de ce fait? Près de la moitié des enseignants d'allemand va être, il faut le dire,  surnuméraire.  Pourquoi madame le Ministre a-t-elle annoncé une augmentation de l'ouverture du nombre de postes de CAPES d'allemand dans ce contexte? Quel plan a-t-elle mis en place pour la gestion à la rentrée 2016 des professeurs d'allemand au collège? Voilà les questions qu'il conviendrait de lui poser.L'article mis en ligne sur Marianne intitulé "Collège : Najat Vallaud-belkacem se prend les pieds dans les chiffres de l'allemand" rend compte du vrai nombre de petits collégiens suivant un enseignement d'allemand au collège: ils sont 42.000 à suivre cet enseignement en LVI, 48.000 en LV2, 55.000 à suivre un enseignement conjoint de l'allemand et de l'anglais sur les 4 années de collège ( les fameuses bilangues). Eradiquer les bilangues, c'est faire disparaître 1/3 de petits germanophones par an. Si les relations avec notre partenaire allemand pourraient s'en ressentir, il va sans dire qu'un problème majeur va se poser :  que faire de presque la moitié des professeurs d'allemand qui n'auront plus d'élèves devant eux?

La disparition des classes bilangues fait disparaître 40% des heures-élève, et cela en tenant compte de l'avancée de l'apprentissage de l'allemand en LV2 de la 4° à la 5°. Madame le Ministre a-t-elle bien pensé à toutes les conséquences de ce fait?

Près de la moitié des enseignants d'allemand va être, il faut le dire,  surnuméraire.  Pourquoi madame le Ministre a-t-elle annoncé une augmentation de l'ouverture du nombre de postes de CAPES d'allemand dans ce contexte? Quel plan a-t-elle mis en place pour la gestion à la rentrée 2016 des professeurs d'allemand au collège? Voilà les questions qu'il conviendrait de lui poser.

L'article mis en ligne sur Marianne intitulé "Collège : Najat Vallaud-belkacem se prend les pieds dans les chiffres de l'allemand" rend compte du vrai nombre de petits collégiens suivant un enseignement d'allemand au collège: ils sont 42.000 à suivre cet enseignement en LVI, 48.000 en LV2, 55.000 à suivre un enseignement conjoint de l'allemand et de l'anglais sur les 4 années de collège ( les fameuses bilangues). Eradiquer les bilangues, c'est faire disparaître 1/3 de petits germanophones par an. Si les relations avec notre partenaire allemand pourraient s'en ressentir, il va sans dire qu'un problème majeur va se poser :  que faire de presque la moitié des professeurs d'allemand qui n'auront plus d'élèves devant eux?

 

Démonstration :


Situation actuelle :

  • LV1 allemand :

6° = 42.000 élèves X 4 H = 168.000 heures/élève
5° -4°- 3° = 42.000 élèves X 3H sur 3 niveaux =  378.000 heures élève

  • LV2 allemand :

4° et 3° = 48.000 X3 sur deux niveaux = 288.000 heures-élève

Ensemble LVI et LV2 = 834.000 heure-élève

  • Bilangues :  55000X 3 heures sur 4 niveaux = 660.000 heures-élèves

Ensemble LVI, LV2 et bilangues = 1.494.000 heures-élève


Conclusion : la  moitié des heures d'allemand est donnée aux élèves de bilangues, ou peu s'en faut actuellement (44%).

Après la réforme  ( et à effectif d'allemand LV1 et LV2 constant) :
LVI : 6° = 42.000 élèves X 4 h = 168.000 heures/élève
5° -4°- 3° = 42.000 élèves X3 heures sur 3 niveaux =  378.000 heures élève

LV2 : 48.000 X 2.5H sur 3 niveaux = 360.000

Ensemble LVI et LV2 = 906.000 heures-élève

CONCLUSION: 40% des heures-élèves disparaissent. Que vont devenir à la rentrée 2016 les professeurs d'allemand? Beaucoup s'inquiétaient déjà de devoir enseigner sur trois établissements, suite à la disparition des bilangues, mais la situation est plus grave : près de la moitié d'entre eux n'auront pas d'élèves devant eux. On savait la réforme bâclée, impensée dans ses conséquences : l'affaire de l'allemand le montre de façon manifeste.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.