Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

3 Éditions

Billet de blog 9 sept. 2019

Réforme des retraites dans l'Education Nationale : le pacte rompu ?

Une baisse de 38% des retraites des enseignants. Près de 1000 euros en moins. Voilà ce qui attend les enseignants avec la réforme par points qui se profile.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Michel Blanquer le sait : existe un pacte tacite passé entre le corps des enseignants et les différents gouvernements qui se sont succédé. Des salaires bas quasiment tout au long de leur carrière au vu de leur niveau de diplôme, mais l'assurance d'une retraite confortable. C'est ce que le Ministre de l'Education Nationale lui-même a souligné lors du Conseil des Ministres du 10 Juillet dernier, avant même que Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, ne présente son projet, le jeudi 18 juillet, quand il a dit, si on en croit le Canard Enchaîné : « Ils ne sont pas très bien payés pendant leur carrière et, ensuite, ils se rattrapent à la retraite ».Poursuivant par ces mots : "Il faut faire attention à ce que la réforme ne débouche pas sur une perte trop nette de leurs revenus."


Salaires bas, retraite haute : le pacte

Las...Le pacte tacite sera brisé, et bien brisé - si la retraite par points est mise en place. C'est que la pension brute moyenne des enseignants retraités de l’Éducation nationale s’élèvait en 2018 à 2 380 euros, résultat du fait qu'elle est calculée sur le traitement indiciaire brut de leurs six derniers mois de travail. C'est plus que les salariés du régime général pour les unipensionnés d’un régime de base à carrière complète qui touche une pension de 1 820 en moyenne, 1 440 pour les femmes, et 2 170 pour les hommes ( source : DREES 2018). Plus, mais compensation au fait qu'en reconstruisant une carrière a minima de certifié sur 42 annuités, on s'aperçoit que le traitement brut annuel lissé sur cette période est de 32 168 euros. 2680 bruts par mois, proche du salaire moyen brut observé en France en 2015 dans les entreprises de 10 à 19 salariés, 2704 euros. Loin des 3376 euros observés dans les entreprise de 500 salariés et plus. Plus loin encore des 4075 euros bruts mensuels de salaire moyen des cadres et professions intellectuelles supérieures, catégorie à laquelle les certifiés appartiennent  (48 903 euros net par an en 2015, date des dernières données disponibles). Un tiers de moins que cette dernière catégorie. Sur 42 annuités...
1450 versus 2380 euros.


Si donc on calcule la pension à venir d'un enseignant ayant fait une carrière à l'ancienneté, passant à la hors-classe après être allé au bout des 11 échelons de la « classe normale », on obtient une pension de ...1450 euros environ. 1450 versus 2380 euros. Une chute de 38%. Plus d'un tiers. Un tiers de pension en moins, qui ne viendra pas compenser 42 années à être « pas très bien payés pendant leur carrière » , comme le dit le Ministre. 42 ans compensées jusque-là par 24 ans de retraite décente, si on en croit l'espérance de vie à la retraite observée en 2017 pour les personnels enseignants. Et l'intégration des « primes », 5,5 % dans le premier degré, de 14,0 % dans le second, n'y changera rien !Manque toujours un tiers...
Seule une augmentation d'un tiers des salaires donc, sur l'ensemble de la carrière, pourrait compenser la perte annoncée dans le cadre de la réforme envisagée par Emmanuel Macron. Et une reconstruction des carrières pour ceux qui sont nés avant 1963. Sinon, le pacte tacite serait donc rompu. Bien rompu.
Les enseignants risquent de bien peu faire confiance à qui actera de la paupérisation massive des plus de 730. 000 enseignants... Et l'annonce d'une augmentation brute annuelle de 300 euros ne sauraient les tromper...
Boîte noire :


Méthodologie des chiffres


1°) J'ai reconstruit une carrière de 42 annuités en prenant les tableaux de rémunération brute actuelle et les tableaux de durée d'avancement dans les échelons.
J'ai supposé une personne ne bénéficiant pas de promotions dans le cadre du PPCR- passant à la Hors-classe sans perte de salaire au bout de 4 ans dans l'échelon 11.

2°) J'ai appliqué les taux de cotisations sur le brut, le "prix" du point et le rendement du point tels que présentés dans le papier de Sterdyniak : https://blogs.mediapart.fr/henri-sterdyniak/blog/090819/rapport-delevoye-organiser-et-garantir-la-baisse-des-retraites?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66&fbclid=IwAR0L1RBn1P55O93YROQaX4QuSAm-cIpRTJg4opCBaXiGGnCmateYUUpdLp4

3°) Les autres données proviennent d'articles de presse reprenant des chiffres d'institutions de référence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES