Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

3 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2020

Education Nationale: des sous-salariés?

Les enseignants, des « sous-salariés »? Il faut le croire. Sous-payés, méprisés par leur Ministre qui leur propose des augmentations indignes supposées compenser les pertes à venir de leur retraite, passés pour pertes et profits pour les grandes centrales syndicales, et en premier lieu celle de Monsieur Berger qui soutient la réforme. 870.000 «sous-salariés», dont chacun se contre-fiche. A tort.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils pourraient en rire si ce n'était tragique... Des pertes de retraite hallucinantes dans le système de retraites par points envisagé  - 30% pour les nouveaux entrants dans la carrière... Monsieur Blanquer qui dit pouvoir compenser ces pertes par des augmentations « de dingue ».... Et des scénarios présentés aux syndicats enseignants le 7 Février dernier dont l'un annonce en 2021 pour un enseignant à l'échelon 2 une prime de 157 euros nets mensuels ( c'est 0 pour l'échelon 6).
2200 euros bruts annuels au mieux rapportant...2, 55 euros de retraite brute mensuelle ( alors que les pertes sont d'environ 1000 euros sur une carrière complète d'un nouvel entrant dans la carrière....). Sous forme de prime non pérenne sur l'ensemble de la carrière. A l'échelon 5, dans ce scénario 1, c'est 900 euros bruts annuels, rapportant 1,04 euros bruts de pension mensuelle.
Mieux ! Les primes proposées font...que le salaire recule parfois si on monte d'échelon. Où voit-on cela ? Dans quelle entreprise ? Qui peut décemment proposer cela dans une négociation sérieuse qui ne prendrait pas les salariés dont on parle pour des...............

© Pascale Fourier

A terme, un métier en voie de contractualisation.

Le mépris est à son sommet. Et les parents d'élèves – et même tout citoyen- feraient bien de se méfier de ce mépris affiché pour ceux qui se sont engagés dans la carrière enseignante. Parce qu'il devient évident que, contrairement à ce que peut dire le Ministre de l'Education Nationale, il n'y a pas de volonté de revaloriser les débuts de carrière ( ni le milieu, ni la fin d'ailleurs – et surtout pas de garantir une retraite décente après une carrière entière à être sous-payés au regard des études faites). Et il n'y a donc pas la volonté de garder un corps d'enseignants ayant une formation académique solide, passant un concours longtemps très exigeant, s'engageant dans une carrière longue où l'expérience est essentielle. Plus personne ne voudra faire dans de telles conditions le métier d'enseignant de façon pérenne. Place aux contractuels, passant un moment dans l'Education Nationale et en repartant aussi vite, n'accumulant pas les fruits de l'expérience dans la gestion de classe. On a été trop inattentif à la Loi de modernisation de la fonction publique publiée le 6 Août 2019 au Journal Officiel et permettant « le recours élargi au contrat sur les emplois de direction et les emplois permanents de catégorie A, B et C ». Place aux contractuels !
La CFDT saura-t-elle être attentive aux 870.000 sous-salariés de l'EN ? Ou les passera-t-elle pour pertes et profits?
Des journées et des journées de grève n'auront pas suffi. Seule la CFDT semble être susceptible de mettre un coup d'arrêt à cette réforme sur le fond de laquelle la centrale syndicale est d'accord, mais qui tape sur la table depuis peu en affirmant que la question de la pénibilité et de l'âge-pivot restaient un casus belli. Alors je le demande à Monsieur Berger : ferez-vous un casus belli aussi de la paupérisation massive à la retraite de toute une profession qui compte 870.000 membres?

Le 24 Novembre 2019, vous affirmiez sur France Inter dans l'émission Questions politiques que la réforme supposait, pour les enseignants, une revalorisation, qui se ferait en 10 ans...Pouvez-vous m'expliquer, Monsieur Berger, comment une perte de 1000 euros bruts mensuels de retraite générée par le système que vous soutenez pourrait être compensée en 10 ans à coup d'augmentations maximales amenant 2,55 euros de retraite brute mensuelle? C'est 392 ans, qu'il faudrait qu'un nouvel entrant travaille pour compenser les pertes ! Ca, c'est de la pénibilité... Mais peut-être les enseignants ne sont-ils pas des salariés dignes de votre intérêt. Ils sont sans doute des « sous-salariés», en somme....

Boîte noire :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.