Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

3 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2020

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Education Nationale: des sous-salariés?

Les enseignants, des « sous-salariés »? Il faut le croire. Sous-payés, méprisés par leur Ministre qui leur propose des augmentations indignes supposées compenser les pertes à venir de leur retraite, passés pour pertes et profits pour les grandes centrales syndicales, et en premier lieu celle de Monsieur Berger qui soutient la réforme. 870.000 «sous-salariés», dont chacun se contre-fiche. A tort.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils pourraient en rire si ce n'était tragique... Des pertes de retraite hallucinantes dans le système de retraites par points envisagé  - 30% pour les nouveaux entrants dans la carrière... Monsieur Blanquer qui dit pouvoir compenser ces pertes par des augmentations « de dingue ».... Et des scénarios présentés aux syndicats enseignants le 7 Février dernier dont l'un annonce en 2021 pour un enseignant à l'échelon 2 une prime de 157 euros nets mensuels ( c'est 0 pour l'échelon 6).
2200 euros bruts annuels au mieux rapportant...2, 55 euros de retraite brute mensuelle ( alors que les pertes sont d'environ 1000 euros sur une carrière complète d'un nouvel entrant dans la carrière....). Sous forme de prime non pérenne sur l'ensemble de la carrière. A l'échelon 5, dans ce scénario 1, c'est 900 euros bruts annuels, rapportant 1,04 euros bruts de pension mensuelle.
Mieux ! Les primes proposées font...que le salaire recule parfois si on monte d'échelon. Où voit-on cela ? Dans quelle entreprise ? Qui peut décemment proposer cela dans une négociation sérieuse qui ne prendrait pas les salariés dont on parle pour des...............

© Pascale Fourier

A terme, un métier en voie de contractualisation.

Le mépris est à son sommet. Et les parents d'élèves – et même tout citoyen- feraient bien de se méfier de ce mépris affiché pour ceux qui se sont engagés dans la carrière enseignante. Parce qu'il devient évident que, contrairement à ce que peut dire le Ministre de l'Education Nationale, il n'y a pas de volonté de revaloriser les débuts de carrière ( ni le milieu, ni la fin d'ailleurs – et surtout pas de garantir une retraite décente après une carrière entière à être sous-payés au regard des études faites). Et il n'y a donc pas la volonté de garder un corps d'enseignants ayant une formation académique solide, passant un concours longtemps très exigeant, s'engageant dans une carrière longue où l'expérience est essentielle. Plus personne ne voudra faire dans de telles conditions le métier d'enseignant de façon pérenne. Place aux contractuels, passant un moment dans l'Education Nationale et en repartant aussi vite, n'accumulant pas les fruits de l'expérience dans la gestion de classe. On a été trop inattentif à la Loi de modernisation de la fonction publique publiée le 6 Août 2019 au Journal Officiel et permettant « le recours élargi au contrat sur les emplois de direction et les emplois permanents de catégorie A, B et C ». Place aux contractuels !
La CFDT saura-t-elle être attentive aux 870.000 sous-salariés de l'EN ? Ou les passera-t-elle pour pertes et profits?
Des journées et des journées de grève n'auront pas suffi. Seule la CFDT semble être susceptible de mettre un coup d'arrêt à cette réforme sur le fond de laquelle la centrale syndicale est d'accord, mais qui tape sur la table depuis peu en affirmant que la question de la pénibilité et de l'âge-pivot restaient un casus belli. Alors je le demande à Monsieur Berger : ferez-vous un casus belli aussi de la paupérisation massive à la retraite de toute une profession qui compte 870.000 membres?

Le 24 Novembre 2019, vous affirmiez sur France Inter dans l'émission Questions politiques que la réforme supposait, pour les enseignants, une revalorisation, qui se ferait en 10 ans...Pouvez-vous m'expliquer, Monsieur Berger, comment une perte de 1000 euros bruts mensuels de retraite générée par le système que vous soutenez pourrait être compensée en 10 ans à coup d'augmentations maximales amenant 2,55 euros de retraite brute mensuelle? C'est 392 ans, qu'il faudrait qu'un nouvel entrant travaille pour compenser les pertes ! Ca, c'est de la pénibilité... Mais peut-être les enseignants ne sont-ils pas des salariés dignes de votre intérêt. Ils sont sans doute des « sous-salariés», en somme....

Boîte noire :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart