Covid-19: les enseignants ne seront pas les futurs «héros»

Les enseignants, d'après l'allocution du Président de la République, devraient reprendre le chemin de l'école le 11 Mai. C'est non. Ils ne seront pas les futurs héros de la Nation, sacrifiés sur l'autel de l'incapacité de nos gouvernants français.

entree-college

Qu'est-ce qu'un collège ou un lycée en région parisienne, par exemple ? 600 ou 800 élèves, parfois plus encore, rassemblés dans un bâtiment et encadrés par une cinquantaine d'enseignants ( auquel on doit ajouter le personnel de direction et le personnel technique). Disons 70 adultes environ pour un établissement de 800 élèves.

Qu'est-ce qu'un collège ou un lycée par temps d'épidémie ? Une vaste marmite à diffusion du virus Le Président Macron a annoncé des tests pour les personnes présentant des symptômes. Les enfants et adolescents n'en présentent pas. Pourtant, ils peuvent diffuser le virus... Autant donc de diffuseurs potentiels du virus que d'élèves, chaque élève ayant des contacts avec les membres de son foyer, qui peuvent être porteurs du virus de façon asymptomatique dans ces débuts...Des diffuseurs fantômes, qui rapporteront du collège ou du lycée le COVID dans leurs familles, si tant est qu'il y ait un cas initial dans l'établissement.

Une heure de cours, qu'est-ce que c'est ? 30 élèves ( 35 ou plus en lycée) rassemblés dans un salle de 60 mètres carrés environ. Le voisin d'à côté à 50 cm. Deux points d'eau pour tous les élèves dans un établissement de 800 élèves.

Le travail d'un enseignant, qu'est-ce que c'est ? Croiser dans une salle de 60 m2 30 élèves par heure de cours, à multiplier par 18 heures pour ceux qui ne voient les élèves qu'une heure par semaine. 540 élèves par semaine, 540 diffuseurs-fantômes potentiels. Plus tous ceux qu'ils croisent dans les couloirs où les élèves s'agglutinent devant les portes.

Si les salles de spectacle et les cinémas ne sont pas rouverts, pourquoi donc autoriserait-on des salariés à fréquenter 540 élèves par vagues successives dans 60 m2. Auraient-ils une immunité spécifique ? 50% des enseignants ont plus de 45 ans. La première victime française a d'ailleurs été un enseignant...

Ils ne seront pas les nouveaux héros. Même s'ils comprennent les difficultés des parents. Même s'ils comprennent la nécessité de l'instruction. Ils ont travaillé à distance : ils continueront. Ca ne remplace pas, certes, un enseignement en présentiel. Mais parce qu'ils sont des salariés comme tout autre, qu'il est absolument impossible dans un établissement scolaire de respecter les distances de sécurité, parce que tout élève est un transmetteur-fantôme potentiel, c'est NON. C'est NON ! Pour préserver la santé d'eux-mêmes et de leurs familles. Par sens des responsablités pour les familles de leurs élèves.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.