Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 13 mai 2015

Najat Vallaud-Belkacem remet en place la classe élitiste de latin !

  Madame le Ministre demande au Conseil Supérieur des Programmes « d'apporter dans son projet de programme de français de la cinquième à la troisième «des articulations plus lisibles avec les langues et cultures de l'Antiquité», de plancher sur un programme d'enseignement complémentaire de latin et sur les EPI LCA. La belle affaire.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

 Madame le Ministre demande au Conseil Supérieur des Programmes « d'apporter dans son projet de programme de français de la cinquième à la troisième «des articulations plus lisibles avec les langues et cultures de l'Antiquité», de plancher sur un programme d'enseignement complémentaire de latin et sur les EPI LCA. La belle affaire.

Sans doute faut-il rappeler à chacun que l'enseignement complémentaire de Langues et Civilisations de l'Antiquité ( LCA) - dont on a compris qu'il porterait plus sur la langue latine et/ou grecque - ne peut être suivi qu'à condition que l'élève volontaire suive également un enseignement pratique interdisciplinaire -EPI- LCA.

Les EPI ne s'ajoutent pas aux heures disciplinaires obligatoires, mais s'en retranchent. Or le profeseur de latin n'a pas d'heures disciplinaires obligatoires. Pour qu'un EPI LCA se mette en place, il faut qu'il quémande auprès de ses collègues une demi-heure pour faire un EPI d'une heure avec un autre collègue d'une autre matière.

Or, qui va-t-il aller supplier ? La demande faite par Madame la Ministre au CSP de reprendre les programmes de français rend les choses limpides : à ses collègues de français. Quels sont les nouveaux horaires en français ? Quatre heures et demie en sixième, cinquième, quatrième ; quatre heures en 3°.

De l'impossibilité pratique qu'un EPI-LCA puisse être mis en place.

La majorité des enseignants sont certifiés et doivent 18 heures de cours. Comment obtenir ces 18H ? En prenant 4 classes à 4H30. Quand bien même le professeur de français serait-il extrêmement bienveillant, il ne peut accepter de laisser une demi-heure pour ne serait-ce qu'un seul EPI parce qu'il tombe en sous-service... Avant la réforme proposée, ce n'était pas en soi un problème : on pouvait prendre une heure d'aide qui, à l'époque, s'ajoutait aux heures disciplinaires et n'en était pas retranchée. Là, il ne pourra que refuser la toute petite demi-heure pour faire un EPI.S'il était assez fou pour laisser un EPI-LCA naître sur ses 4 classes, il serait en sous-service de deux heures, et devrait partager une classe de troisième avec un autre collègue, ce qui suppose concertation non-rémunérée...

On le voit : aucun enseignant de Lettres Modernes n'acceptera d'aider son collègue à créer un EPI -LCA. On rétorquera qu'il peut faire lui-même l'EPI... Certes... Mais à quoi bon alors avoir au sein de l'Education Nationale des spécialistes des Langues et Civilisations de l'antiquité si on les laisse au placard ?

Mais si ! Il y a une solution ! Que le professeur de Lettres Classiques, souvent seul dans son établissement, prenne lui-même une cinquième, une quatrième, une troisième, fasse lui-même trois EPI LCA avec un collègue, puis assure les cinq heures d'enseignement complémentaire ( 1 heure en 5°, 2 en 4° et 3°) . 18H de cours ! L'affaire est dans le sac ( même s'il aura à préparer 6 niveaux de cours et à inventer 3 EPI de niveau différent.

Mais que se passera-t-il pour les élèves ?

Ceux qui voulaient fréquenter la langue de Cicéron seront regroupés dans une seule et même classe, celle qui proposera l'EPI-LCA entamant les heures de français sur trois niveaux et n'ayant pas d'accompagnement personnalisé en français ( ce qui entamerait encore les heures disciplinaires d'une demi-heure au moins...).

La réforme des collèges amène nécessairement à cette conclusion. De deux choses l'une : soit, de fait, Madame Najat Vallaud-Belkacem remet en place la classe « d'élite » de latin alors même qu'elle met à bas le système d'option actuelle pour lutter contre l'élitisme, dit-elle ; soit les EPI LCA ne verront jamais le jour, ou rarissimement – ce qui est le plus probable ( et ce qui permettra au Ministre de gagner l'équivalent de 3500 postes environ en français)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le RN et l'Algérie : le mythe colonial au mépris de l'histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle
Journal — Amérique Latine
L’Amérique latine prend un nouveau virage à gauche
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin