Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 14 avr. 2015

Si, l'enseignement du latin et du grec est voué à la disparition au collège.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

« Non, le latin et le grec ne disparaissent pas du collège, au contraire, ils sont renforcés », a assuré la ministre de l'Éducation nationale.

 Deux solutions : soit Najat Vallaud-Belkacem ne lit pas les texte qu'elle s'apprête à promulguer, soit elle n'en mesure pas les effets pratiques...

 L'arrêté que le Conseil supérieur de l'enseignement a avalisé dit ceci, en son article 6, section I, 2° point :

« A l'issue du cycle [5°, 4°, 3°], chaque élève doit avoir bénéficié d'enseignements pratiques interdisciplinaires portant sur au moins six des huit thématiques interdisciplinaires».

Les 8 thématiques sont celles-ci : « développement durable ; sciences et société ; corps, santé et sécurité ; information, communication, citoyenneté ; culture et création artistiques ; monde économique et professionnel ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures régionales et étrangères. »

L'article 7 du même arrêté dit ceci : « Cette dotation horaire attribuée à l'établissement lui permet également, dans le cadre de son projet pédagogique, de proposer, pour les élèves volontaires, un enseignement complémentaire aux pratiques interdisciplinaires prévus à l'article 4, qui porte sur un enseignement de langue et cultures de l'Antiquité[..;]. Cet enseignement peut être suivi au cours des trois années du cycle 4, dans la limite d'une heure en classe de cinquième et de deux heures hebdomadaires pour les classes de quatrième et de troisième ».

 L'enseignement complémentaire... complète un EPI Langues et civilisations de l'Antiquité. Si l'élève ne peut suivre un EPI LCA, alors il ne peut suivre d'enseignement complémentaire.

Or, l'article déjà cité 6, I, 2° dit bien que les élèves devront suivre au moins 6 des 8 thématiques. Si un élève désire « faire latin », suivre 3 ans un EPI LCA + l'enseignement complémentaire lié, alors il ne suivra que 4 des 8 thèmes, ce que l'article 7 interdit !

 L'arrêté porte donc en son sein la preuve que l'enseignement du latin et du grec en tant que langues est mort à moins de ne contrevenir à l'arrêté...

Madame Le Minsitre doit donc nous confirmer qu'il sera autorisé de contrevenir à l'article 7 du décret pour assurer la pérennité du latin et du grec. A moins de cela, elle comprendra que nous ne saurions croire en ses dires...

En attendant que madame le Ministre nous donne cette confirmation, signez les pétitions qui défendent l'enseignement du latin et du grec :

https://www.change.org/p/madame-la-ministre-de-l-%C3%A9ducation-nationale-de-l-enseignement-sup%C3%A9rieur-et-de-la-recherche-r%C3%A9forme-du-coll%C3%A8ge-non-%C3%A0-la-fin-des-langues-anciennes

et

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Madame_la_Ministre_Latin_et_grec_ancien_pour_tous_les_eleves_dans_tous_les_etablissements/?pv=22

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin