Breaking-new : théâtres et cinés ouverts pour les enseignants.

C'est un souci de cohérence qui a animé Jean Castex- pour le plus grand plaisir et du monde de la culture et du monde enseignant : dès mercredi 17 Mars, théâtres et cinémas rouvrent pour les 850 000 enseignants, exclusivement.

C'est par une annonce sur BFM, média sur lequel les enseignants ont désormais l'habitude d'apprendre quel est leur sort depuis que ce biais a été privilégié par leur Ministre de tutelle, Jean-Michel Blanquer, que le Premier Ministre a enfin réveillé tous les espoirs. Dès mercredi, les théâtres et cinémas ouvrent leurs portes à l'ensemble du personnel éducatif de l'Education Nationale et des établissements privés sous contrat. La présentation du Pass'Education sera exigée – et à défaut, les enseignants pourront se présenter avec tas de copies à corriger ou cahiers d'élèves. Le masque-slip fourni en Décembre dernier, à condition de fournir l'emballage des 5 masques reçus, pourra éventuellement servir de preuve.

C'est un ouf de soulagement général qui traverse la France... Le Premier Ministre a été sensible aux arguments du monde de l'Art et en particulier aux diverses occupations de théâtres qui commencent à s'étendre un peu partout. Puisque les enseignants sont reclus dans des classes de 45 m2 avec 30 élèves, certains enchaînant 6 heures de cours avec donc 360 porteurs potentiels du Covid, pourquoi ne pas leur permettre de s'enfermer dans des théâtres, des cinémas, entre eux, et avec un volume des espaces incommensurablement supérieurs à ceux de leurs classes ?

« Il faut être logique , a asséné Jean Castex.S'ils n'attrapent pas le Covid, armés d'un masque-slip fourni par nos services, dans un volume de 155m3 au plus, entourés de 30 porteurs potentiels, sans masques s'ils ont moins de 6 ans, avec un masque porté de façon aléatoire pour les autres classes d'âge, ils peuvent visiblement aller au théâtre, au cinéma avec un espace volumique beaucoup plus important. Nous avons quand même, il faut le dire, les enseignants les plus résistants de la planète ! Ailleurs, les écoles sont fermées, les enseignants prioritaires pour la vaccination... Nous, non. Rien, que dalle, nada ( excusez-moi de cette légèreté... ), ils sont là, présents, pour permettre aux parents d'être en télé-travail autant que faire se peut. Ce que les parents ne peuvent pas supporter, s'occuper de leurs enfants, les aider à lire, les contraindre à travailler, nous, nos enseignants, en masques-slip fournis par l'Education Nationale, ils le font !Et ils ne rechignent pas ! Même en zone très tendue, ils acceptent. Tout. Covid anglais, sud-africain... Tout."

 © Germain Forestier by Twitter © Germain Forestier by Twitter


Et d'ajouter: "C'est d'ailleurs cela qui nous a mis la puce à l'oreille. Ce désir d'ouverture au monde, de connaissance de l'autre, cette abnégation – oui, sans doute ce sens du sacerdoce, du sacrifice aux autres, sans jamais demander quoi que ce soit pour soi -, il nous fallait le saluer, l'encourager. Les cinémas, les théâtres, et peut-être demain pour eux, exclusivement, les terrasses des restaurants et de bars seront ouverts. Le Gouvernement songe même à permettre l'ouverture des librairies au-delà des heures de couvre-feu, pour des rencontres avec des auteurs– à condition de fournir une attestation de sortie culturelle et un masque-slip ( la preuve absolue de l'appartenance au corps enseignant...)"


Le Ministre de l'Education Nationale a déclaré ce dimanche au Parisien qu'en cas de renconfinement, "l'école est la dernière chose à fermer, car c'est l'institution la plus précieuse au cœur de la société", et que « les écoles "ne refermeront qu'en dernier recours ». Avec l'ouverture, à leur usage exclusif, des théâtres, des cinémas, bientôt des terrasses de bars et de restaurants à leur usage exclusif, des librairies en mode « VIP », les enseignants, main dans la main avec le monde de la culture dont ils sont aussi les « passeurs », les ferments, exultent. « Nous sommes enfin « choyés »* !! »

private joke à l'usage exclusif des enseignants...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.