Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 16 avr. 2019

Augmenter la défiscaliastion des dons pour Notre-Dame à 90% : la grande arnaque

Ou comment, sous prétexte de favoriser les dons en faveur de la reconstruction de Notre-Dame, la défiscalisation des dons portés potentiellement à 90% est donner la haute main sur l'usage de l'impôt aux plus fortunés et aux grandes entreprises...

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certes... ce ne sera pas tout l'impôt, mais une partie.
Chacun de nous, petit donateur, le fait chaque année...Quand je donne 100 euros au Resto du Coeur, mes impôts baissent de 75 euros. Cela revient au même que si j'avais donné 100 euros à l'Etat en lui donnant l'ordre de verser 75 euros aux Restos. De fait, je détermine ses choix économiques, donc politiques.
Certaines voix s'élèvent pour faire en sorte que Notre Dame soit déclarée "Trésor national", ce qui amènerait à un abattement de 90% du montant du don fait, 90% du don qui ne sera pas versé au budget de l'Etat.  Tout don indiquera donc à l'Etat en cette circonstance qu'on préfère par exemple ne pas donner 90 euros au fisc pour qu'ils soient réutilisés dans l'éducation, les hôpitaux, l'entretien des routes et des monuments, le maintien de l'ordre ou autre. Si  mon impôt sur le revenu est de 2000 euros et que je donne 100 euros pour Notre-Dame, je pourrais défalquer 90 de mon impôt, soit presque 5% : virtuellement, j'oblige l'Etat à donner 5% de mon impôt à la reconstruction de Notre-Dame, amputant d'autant les autres postes budgétaires qui pouvaient être abondés par  mon impôt.
LVMH, numéro un mondial du luxe et la famille Arnault ont annoncé un don de 200 millions d’euros, Pinault 100 millions d’euros, Total 100 millions. C'est bien. Mais s'il est décidé d'organiser une réduction d'impôts de 90%, c'est 360 millions qui n'iraient pas dans la poche de l'Etat. Soit par exemple 3 fois le montant des "économies" faites en baissant les APL de 5 euros par mois. Et tout cela pour un coût total pour ces grandes entreprises de 10% des sommes engagées : pour 10% de la somme due à l'Etat, ces grandes entreprises contraindraient l'Etat à orienter 90% des sommes qu'elles devaient verser au poste budgétaire qu'elles auront donc de fait fléché.
Il y a plus simple ! Si vraiment  les grandes entreprises veulent aider à la reconstruction de Notre-Dame, qu'elles paient bien leurs impôts en France, tous les impôts dus.... Ou, comme le suggère l'article de Romaric Godin sur ce site Mediapart, qu'Emmanuel Macron instaure un "ISF Notre-Dame" : 3,5 milliards d’euros seraient déjà tout trouvés pour organiser la reconstruction de notre cathédrale en 5 ans, comme le souhaite le Président - ainsi sans doute que la préservation d'autres monuments laissés en déshérence si on le pérennisait , ce qui serait souhaitable...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony