Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

3 Éditions

Billet de blog 16 avr. 2021

Chronique 2 : Vaccination des enseignants : le grand foutoir !

Qui se promène sur les sites académiques pour vérifier ce qui est dit sur la vaccination prochaine des enseignants ne peut qu'être sidéré : le manque d'organisation est manifeste et la vaccination laissée à la libre organisation apparemment de chaque académie, voire de chaque Inspection académique... Le grand foutoir, par l'exemple des académies de la région parisienne...

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien sûr, il y a des académies où des efforts de facilitation ont été faits, comme c'est le cas de l'Académie de Bordeaux pour laquelle l'enseignant de plus de 55 ans qui souhaiterait se faire vacciner n'a qu'à cliquer pour pouvoir prendre facilement rendez-vous ( même si certains département n'offrent aucune place et que le seul vaccin, quand il est accessible, est l'Astra-Zeneca). 29 centres répartis dans chaque département de cette très grande académie, pour les plus de 8000 enseignants du public de plus de 55 ans ( si l'on retient le ration de 13% d'enseignants de cet âge sur le total d'enseignants en poste), soit 278 enseignants par lieu de vaccination, auxquels il faut ajouter cependant les enseignants du privé, les AESH qui s'occupent des élèves en situation de handicap et les autres adultes en contact avec les élèves.
Là où la situation interroge plus, c'est dans les très grosses académies de la région parisienne, Paris, mais surtout Créteil et Versailles, fortes respectivement d'environ 2 6007 700 et 10 270 enseignants du public de + de 55 ans ( à l'exclusion de tous les autres éligibles à cette vaccination prioritaire).

Trouvé sur le groupe StylosRouges


Vers combien de centres sont orientés les enseignants de ces académies?
Paris, 1 centre - 2600 + de 55 ans (+ privé, AESHh, AED, etc)
Créteil : 7 700 + de 55 ans  (+ privé, AESHh, AED, etc)
3 centres ouverts samedi 17 et dimanche 18 Avril
1 centre ouvert samedi 17 Avril
soit 1000 vaccinations par jour et par centre ouvert si tous les enseignants de plus de 55 ans souhaitaient se faire vacciner
Versailles : 10 270 + de 55 ans ( (+ privé, AESHh, AED, etc))
3 centres ouverts samedi 17 et dimanche 18 Avril
2 centres ouverts, soit samedi 17, soit dimanche 18.
soit 1280 vaccinations par jour et par centre ouvert si tous les enseignants de plus de 55 ans souhaitaient se faire vacciner, soit 142 vaccinations à l'heure, si on prend en compte un empan de 9 h d'ouverture, ce qui n'est pas le cas partout..., 71 si l'opération est réitérée le week-end suivant, celui qui précède la rentrée en présentiel des enseignants de l'enseignement primaire.
Peut-être le gouvernement table-t-il sur le fait que les enseignants, qui ne peuvent avoir accès qu'à l'Astra-Zeneca, se refuseront, comme nombre de Français, à se faire vacciner avec ce vaccin contesté. Parce qu'il n'est pas innocent que le Gouvernement ait choisi cet âge de 55 ans. 55? pourquoi 55 et pas 50? Simple : un bon moyen d'écouler les stocks d'Astra-Zeneca qui ne trouvent preneurs... Mais si le Gouvernement et le Ministre de l'Education Nationale avaient réellement souhaité une vaccination digne de ce nom pour protéger les premières lignes que sont indéniablement les enseignants, ils s'y seraient pris incontestablement différemment. Mais il s'agit bien en fait d'éteindre la révolte qui gronde dans les rangs enseignants, et d'intoxiquer les médias qui se feront le relais de la vaccination des enseignants - sans en vérifier la réalité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila