Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

3 Éditions

Billet de blog 17 avr. 2020

Conseil d'Etat / Covid: laissez crever les vieux, y'a pas d'matos!

C'est une bien horrible décision qu'a prise le 15 Avril 2020 le Conseil d'Etat concernant le dépistage et la protection et des personnes âgées en EHPAD et de leurs soignants. Appuyée exclusivement non sur l'absence de nécessité, mais sur l'absence de matériel. Certes, on le savait – mais l'étendue du désastre est ainsi révélée.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Pixnio

C'est à une requête d'un certain nombre de fédérations, Unions départementales ou autres, FO ou CGT, que répondait le 15 Avril le Conseil d'Etat. On peut lire la réponse en entier ici, mais que demandaient en somme les syndicats ? Que les personnes hébergées en EHPAD et leurs soignants soient systématiquement testées et que du matériel de protection ( masques, gel hydroalcoolique sans doute) soit distribué.
Et c'est un tragique état des lieux que fait le Conseil d'Etat. Non seulement pour les résidents en EHPAD, leurs soignants, mais aussi pour tous les soignants de France, ainsi que pour les élèves et professeurs dont le Président a annoncé qu'ils devraient retrouver les chemins de l'école.
Car qu'énonce la décision du Conseil?
Concernant les tests de dépistage

Ce thème est abordé dans les points 7-8 et 9 de la décision .
 -  « Il ressort des indications données par les représentants du ministre lors de l’audience de référé du 13 avril 2020[...]que la capacité  de tests de dépistage de la présence virale par test RT-PCR s’élevait, à la date du 11 avril 2020, à 21 000 tests par jour ouvré »  - soit 15 000 par jour si on lisse le chiffre sur les 7 jours d'une semaine.
- "Par le décret n° 2020-400 du 5 avril 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 [...], les préfets ont été habilités, en cas d’insuffisance, dans leur département, des capacités de réalisation de l'examen de « détection du génome du SARS-CoV-2 par RT PCR », à ordonner la réquisition des équipements et des personnels nécessaires au fonctionnement des laboratoires de biologie médicale qui réalisent cet examen ». - sans indication de chiffres
-  «  Enfin, des commandes ont été passées, portant d’une part sur vingt automates d’extraction, d’une capacité théorique maximale de 48 000 tests par jour, lesquels sont en cours d’installation, d’autre part sur les fournitures nécessaires à la réalisation de tests RT-PCR supplémentaires, avec l’objectif d’atteindre les chiffres de 40 000 tests par jour avant la fin du mois d’avril et 60 000 tests par jour dans les semaines suivantes."

On en arrive à ces chiffres, à l'horizon début Mai : 15 000 + 60 000 + ? = 75.000 tests par jour (ou plus, mais de façon non chiffrée actuellement). On en arriverait enfin à des chiffres comparables à ceux de l'Allemagne actuellement,  500.000 tests  réalisés par semaine, soit plus de 71 000, mais loin de ce qu' "un plan d'action réfléchi au sein du ministère allemand de l'Intérieur et révélé par la presse indique" [...] d'après LCI : 200.000 tests quotidiens prévus à la fin du mois d'avril..

Concernant les matériels de protection

Ce thème est abordé dans les points 10 – 11 et 12 de la décision.

-« Il résulte des déclarations des représentants du ministre [ des solidarités et de la santé] lors de l’audience du 13 avril 2020 et des indications figurant dans son mémoire du 14 avril que les autorités de l’Etat ont pris des mesures pour augmenter le nombre de masques de protection disponibles, en déployant une politique d’importation massive et en encourageant la production nationale, qui devrait passer d’environ 6 millions de masques par semaine en mars à plus de 10 millions par semaine en mai 2020 »
. "Au 10 avril 2020, le total des commandes notifiées représentait un volume de plus de 2 milliards de masques, dont environ trois quarts de masques chirurgicaux et un quart de masques FFP2. Les livraisons effectives, qui dépendent des capacités de production et d’acheminement de fournisseurs localisés majoritairement en Chine, et de la situation de forte concurrence sur le marché mondial, se sont élevées à plus de cinquante millions de masques depuis le début du mois d’avril."
Si on prend en considération la situation la plus positive, en Mai, on pourrait espérer 10 millions de masque produits par semaine en France et, si on extrapole les livraisons à partir de ce qui est déjà parvenu en France de Chine entre le 1° et le 10 Avril (10 jours) -  si on en croit les chiffres communiqués au Conseil d'Etat par le Ministère des solidarités et de la santé- , 35 millions de masques par semaine provenant de Chine.
En Mai donc, par semaine, la France disposerait  de 45 millions de masques mis à disposition par l'Etat, soit 6,430 millions de masques par jour.

Sacrifier les vieux en premier. Les soignants, les enseignants et les élèves en deuxième...
On comprend dès lors la décision du Conseil d'Etat qui n'entend pas que soient changées les règles prévalant actuellement dans les EPAHD. 429 800 personnes en équivalent temps plein (ETP) y travaillent ( chiffres fin 2015) pour 752 000 places réparties dans 10 600 établissements d’hébergement pour personnes âgées auxquels il faut ajouter 155 805 médecins en établissement de santé ( chiffres 2014) 310.758 infirmiers et 227 044 aide-soignantes  ( soit 693.000 médecins, infirmiers et aide-soignants en établissement de santé – et sans parler donc de ceux qui travaillent en libéraux).
Des masques, il ne va pas y avoir pour tout le monde. Pas plus en Mai que maintenant.
D'ailleurs, quand le Ministre de l'Education Nationale, interrogé le 14 Mai pour savoir si des masques seraient mis à disposition de tous les élèves et professeurs, a répondu que c’était « fort possible, mais ça fait partie des choses qu’on va décider au cours des deux prochaines semaines » , il ment et ne peut que mentir... Si tous les enseignants rentrent en classe, c'est 870 000 masques par jour qu'il faudra – si on leur en donne qu'un, ce qui serait un non-sens … Et si tous les élèves rentrent à terme, même de façon progressive, c'est plus de 12 millions de masques par jour qu'il faudrait ( X2 ou X3 par jour...). Et quand on demande à Monsieur Jean-Michel Blanquer si les enseignants seront testés pour le coronavirus et qu'il répond : " « Ça fait partie des choses qui sont sur la table. Ce ne sera pas forcément un test pour chacun et tous les jours »", il ment, de façon quasi-grotesque quand on se réfère aux chiffres.
Mais d'ailleurs,  au fait... Les deux milliards de masques commandés, c'est à quelle échéance de livraison prévue, normalement, dans le contrat? Et une autre commande a-t-elle été déjà passée? Parce que si la France reçoit ses 2 milliards de masques à coup de 35 millions par semaine, on aura le compte dans 57 semaines, ce qui fait un peu plus d'un an.... La France n'a-t-elle donc aucune capacité technique à en faire elle-même des dizaines de millions par jour ? Sous contrainte de l'Etat, si les « encouragements » à le faire ne suffisaient pas ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot