Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

132 Billets

3 Éditions

Billet de blog 17 mai 2015

Réforme du collège : ennui, décrochage, le collège coupable de tous les maux?

71% des élèves s'ennuieraient au collège. On l'a vu, les chiffres utilisés par Madame Najat Vallaud-Belkacem dans la présentation de sa réforme étaient controuvés, pour ne pas dire faux. Ils s'appuyaient sur une étude faite par un étudiant de l'AFEV ( Association de la fondation étudiante pour la ville) portant sur 760 enfants scolarisés en primaire et au collège, tous issus de quartiers populaires ( les chiffres avancés par le collège ayant été augmentés par l'addition de ceux qui disaient s'ennuyer "parfois" par rapport aux chiffres avancées pour l'école primaire...).De la même façon, on peut s'interroger sur d'autres chiffres avancés pour défendre la réforme : 140.000 jeunes sortent du système scolaire sans avoir de diplôme. Non que les chiffres soient faux, mais que l'incrimination du collège dans la responsabilité de ce fait est pour le moins hasardeuse...Cédric Afsa,Sous-directeur des synthèses de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance ( DEPP), a publié sur le site du Ministère en Décembre 2013 un document intitulé : "Le décrochage scolaire : un défi à relever plutôt qu'une fatalité". Il y est clairement énoncé que la cause explicative du décrochage scolaire, pour la moitié des cas, est le faible niveau de ces élèves à l'entrée en Sixième.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

71% des élèves s'ennuieraient au collège. On l'a vu, les chiffres utilisés par Madame Najat Vallaud-Belkacem dans la présentation de sa réforme étaient controuvés, pour ne pas dire faux. Ils s'appuyaient sur une étude faite par un étudiant de l'AFEV ( Association de la fondation étudiante pour la ville) portant sur 760 enfants scolarisés en primaire et au collège, tous issus de quartiers populaires ( les chiffres avancés par le collège ayant été augmentés par l'addition de ceux qui disaient s'ennuyer "parfois" par rapport aux chiffres avancées pour l'école primaire...).
De la même façon, on peut s'interroger sur d'autres chiffres avancés pour défendre la réforme : 140.000 jeunes sortent du système scolaire sans avoir de diplôme. Non que les chiffres soient faux, mais que l'incrimination du collège dans la responsabilité de ce fait est pour le moins hasardeuse...

Cédric Afsa,Sous-directeur des synthèses de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance ( DEPP), a publié sur le site du Ministère en Décembre 2013 un document intitulé : "Le décrochage scolaire : un défi à relever plutôt qu'une fatalité". Il y est clairement énoncé que la cause explicative du décrochage scolaire, pour la moitié des cas, est le faible niveau de ces élèves à l'entrée en Sixième.

C'est pour cela que la conclusion de son  travail est celle-ci : "Autrement dit, et de manière très résumée, le faible niveau au début du collège explique une petite moitié des sorties sans diplôme. Le niveau scolaire de l’élève à l’entrée en sixième, c’est-à-dire celui atteint à la fin de l’enseignement primaire, est donc déterminant. Cette conclusion rejoint un constat largement partagé sur le fait que le décrochage scolaire est l’aboutissement d’un processus qui trouve très souvent son origine dans les premières années de scolarisation [4]. Tout ceci déporte le regard vers l’école, et ce à double titre. D’abord, la politique de prévention du décrochage doit être menée très en amont dans le parcours scolaire. Ensuite, et pour que cette politique soit efficace, il faut identifier les mécanismes ou les déterminants des inégalités de réussite et leur dynamique tout au long du primaire. Bien entendu, la politique de prévention doit aussi s’appliquer au collège."
Il n'est pas question de faire porter la responsabilité des difficultés des élèves aux enseignants de l'école primaire. Mais on peut simplement se demander si penser une véritable réforme de l'Education Nationale ne demanderait pas aux Ministres en charge de cette dernière de lire et prendre en compte toutes les études faites, et non seulement celles qu servent à leurs desseins. Ici, les propositions sont claires et nettes: il convient de prévenir le décrochage scolaire très en amont dans le parcours scolaire pour ne pas envoyer au collège des élèves qui ne savent pas lire et que les professeurs ne pourront pas aider , que ce soit clair ! Bref, il s'agit de mettre les moyens à l'école primaire ( et maternelle?), de repérer et d'aider vraiment les élèves dès l'abord. A cette condition, et à celle-là seulement, on pourra faire en sorte que le collège fonctionne mieux.

(Désolée pour les lettres en  rouge qui sortent en capitales...)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX