Education Nationale : recevoir au collège un représentant religieux, normal !

Il est des défenses qui sont pathétiques : celle du Rectorat de Versailles, tentant de circonscrire les mises en cause sur le lâchage de Monsieur Paty, l'est. Parce qu'elle dit l'inverse de ce qu'elle prétend dire. Parce qu'elle souligne que l'institution elle-même ne défend plus la laïcité.

Ca bruissait dans les couloirs des établissements scolaires et sur les réseaux sociaux : Monsieur Paty n'aurait pas été soutenu par l'Education Nationale face à la situation qu'il vivait.

L'Académie de Versailles s'est fendue d'un communiqué de presse ce dimanche 18 Octobre. Il est là : https://cache.media.education.gouv.fr/file/2020/88/4/CP_Monsieur_Paty_1340884.pdf

Et l'on y trouve ce singulier paragraphe :

Extrait communiqué de presse Académie de Versailles - Samuel Paty -18/10/2020 Extrait communiqué de presse Académie de Versailles - Samuel Paty -18/10/2020

Ainsi donc, l'Académie de Versailles ne trouve rien à redire sur le fait que, alors qu'un parent se faisait recevoir par la Principale du Collège de Monsieur Paty, ce père d'élève se soit fait accompagner de qui se présentait comme "représentant des imams de France". Un parent se fait accompagner par un représentant religieux - et l'Académie n'y voit rien à redire? On peut en ressentir quelque stupéfaction ! L'Académie trouverait-elle parfaitement normal qu'un parent se fasse accompagner d'un prêtre? La direction de l'établissement aurait-elle d'ailleurs accepté qu'un parent se fasse accompagner d'un prêtre ou d'un rabbin? Si l'on peut comprendre qu'un parent qui ne comprend pas bien le français se fasse accompagner par une autre personne ( autre membre de sa famille, traducteur), on peut s'interroger sur les raisons qui ont prévalues pour accepter la présence de qui se présentait comme "représentant des imams de France". On peut s'interroger? Non, pas vraiment.

Car accepter cette rencontre, en présence d'un représentant religieux, d'après ses dires, c'était déjà accepter que l'enseignement de Monsieur Paty passe sous les fourches caudines d'une religion.C'est accepter de composer avec les religions. C'est renoncer à la laïcité au sein de l'Ecole. Un représentant de l'institution scolaire n'a pas à se justifier de quoi que ce soit devant un représentant religieux. La seule réponse valable à une telle demande de rendez-vous  aurait dû être une fin de non-recevoir. L'école ne dialogue pas avec les religions : l'école est laïque - et ne saurait composer. Pourquoi l'Académie de Versailles ne l'a-t-elle pas clairement énoncé?

En fait, l'Académie de Versailles ne semble pas mesurer l'étendue de ce que son communiqué dit des renoncements de l'Education Nationale - et de l'étrange aveuglement qui a été le sien. Car quoi?

  - On reçoit en rendez-vous le parent d'une élève qui n'était pas présente au cours, mais qui s'offusque du cours de Monsieur Paty - et il se fait accompagner d'un "représentant des imams de France"? Quoi? Rien d'étrange qui attire l'attention? La gravité des faits n'était-elle pas déjà visible, la volonté de faire plier l'Education Nationale au travers de Monsieur Paty?

- L'inspection d'Académie, qui a cru bon de recevoir à son tour le père d'élève avait-elle eu vent du fait qu'il s'était fait accompagner d'un "représentant des imams de France" ( ou par qui se présentait comme tel)? Quelle a été sa réaction? A-t-elle informé à ce moment les services de police les plus pertinents?

- Quand l'Inspection académique a eu vent des "vidéos diffamatoires" et s'est "mise en contact étroit avec les services de police qui ont été alertés dûment en temps et en heure", quels retours a-t-elle eu de ces services? Les a-t-elle informés du fait que le père qui s'insurgeait dans la video était père d'une élève qui n'avait pas assisté au cours de Monsieur Paty, qu'il s'était fait accompagner au rendez-vous avec la Principale du collège par Monsieur Sefriou, qui se présentait comme "représentant des imams de France"? N'était-il pas déjà clair que le  professeur était en butte à une cabale menée par des islamistes, de façon organisée - et que donc le professeur pouvait être en danger? Les services de l'Académie lui ont conseillé de porter plainte...La belle affaire, quand le communiqué stipule que les services de police avaient justement déjà été informés en temps et en heure. Porter plainte assurerait-il une protection?

Oui, "l'Institution scolaire" a été aux côtés de Samuel Paty a chaque étape de ce qui a précédé cette tragédie". A côté pour lui demander de se justifier auprès de ses élèves... Et quand l'affaire s'est emballée, quand il est devenu patent que des islamistes s'organisaient  - rencontre demandée par le père d'une élève absente au cours donc bien peu légitime à défendre les prétendus intérêts de son enfant, père se faisant accompagner par un représentant religieux ( ou prétendu tel), vidéos diffusées après l'échange entre le père et l'Inspection académique montrant  l'impasse du dialogue avec le père - puisque volonté de dialogue de sa part, il n'y a jamais eue, évidemment -, là, on a laissé Samuel Paty seul, avec à la main sa plainte déposée au commissariat comme seule défense.


Seul, il l'était sur le chemin de la sortie du collège, vendredi 16 Octobre, vers 17H.





Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.