Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

3 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2021

Samuel Paty aurait-il dû être mieux formé aux valeurs de la République?...

La seule réponse audible du Ministère de l'Education Nationale au meurtre de Samuel Paty? Un plan de formation des enseignants aux valeurs de la République. Pas à la défense de ces valeurs. A ces valeurs. Enseignant.... donc forcément incompétent. Mépris.

Pascale Fourier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est à tout le moins une vraie erreur de tempo. Ce qui sera ressenti en tout cas par la communauté éducative comme un nouveau crachat lancé au visage de Samuel Paty - et à celui de tous les enseignants.


Trois jours après la commémoration de l'assassinat du professeur était lancée la première session de formation des « formateurs aux valeurs de la République » qui sillonneront les académies pour former tous les personnels de l'Education Nationale à ces valeurs. La décision en avait été prise en Juin dernier, trois mois après la remise du rapport Obin qui avait été missionné pour faire ce rapport le 1° Février 2021. S'il n'est pas question de remettre en cause les conclusions du rapport, on peut s'interroger sur cette phrase alors même que sur les 79 personnes auditionnées par celui-ci ne figurent que 3 directeurs d'école et 4 professeurs en poste devant élèves : "Nous avons interrogé les enseignants et les conseillers principaux d’éducation (CPE)  rencontrés sur ce qu’ils attendaient de notre mission et au-delà de notre institution pour surmonter les difficultés actuelles de leur engagement professionnel. [...] un soutien didactique et pédagogique concret, disposer de supports d’enseignement adaptés pour mieux transmettre ces valeurs à leurs élèves ». C'est ce qui valide la proposition de faire une formation sur les valeurs de la République dont on ignore si elle faisait effectivement partie des demandes des 7 enseignants en poste auditionnés représentant les 850 000 enseignants de France. En revanche, on notera que la 3° demande entendue, celle d'une « solidarité effective, recevoir de leur hiérarchie un soutien net et clair pour les aider à affronter et à traiter les comportements les plus problématiques de certains élèves ou de leurs parents » n'a pas reçu de réponse manifeste...


Car encore une fois le Ministère se défausse du vrai problème que constitue la mise en cause de la laïcité par des adultes extérieurs aux établissements pouvant conduire jusqu'au meurtre d'un professeur en reportant la faute de façon apparente sur les enseignants. Ils peuvent être formés à la défense des valeurs de la République, pas aux valeurs de la République, à moins de supposer qu'ils les méconnaissent dans leur majorité. Et l'accusation subliminale portée hier par Jean-Michel Blanquer contre les enseignants quand il a dit : « Si vous devenez professeur, vous transmettez les valeurs de la République. Et si vous ne les transmettez pas et si même vous militez contre les valeurs de la République, éventuellement sortez de ce métier » ne peut être que vécu comme un affront collectif  et ne peut que creuser le fossé toujours grandissant entre le Ministre et les agents de son Ministère.


Samuel Paty, mieux formé, aurait-il pu échapper à son sort? Chronique d'un abandon.


Car quoi ? Samuel Paty n'est pas mort de la méconnaissance des valeurs de la République et du principe de laïcité.

En revanche, on peut s'interroger sur une hiérarchie de l'Education Nationale bien prompte:

- à accueillir l'accompagnant d'un parent sans même avoir d'abord vérifié les dires de l'incriminant (i-e le père de la menteuse qui n'a pas participé au cours), accompagnant qui se présente comme représentant des imams de France et qui aurait donc dû ipso facto être raccompagné à l'extérieur du collège de Samuel Paty, en vertu, précisément, du principe de laïcité.

- à demander à Samuel Paty de s'excuser, à organiser une réunion avec justement un référent laïcité chargé de lui rappeler les tenants et les aboutissants de ce concept tout en ne prenant aucune mesure de protection du professeur alors même que les informations remontaient sur le relais des vidéos sur les réseaux sociaux ( et ce sans qu'aucune intervention n'ait eu lieu pour contrecarre la viralité de la chose).

-d'avoir choisi de ménager les violents demandant la mise à pied de Samuel Paty, tablant sur un "pas de vagues" ou une vague finissant par mourir sur le sable des vacances.

Vendredi 16 Octobre 2020, 17H, c'était les vacances : le meurtrier était là après les 10 jours de calvaire de Samuel, un sabre à la main.

Tous les enseignants savent cela ou écouteront avec bénéfice David di Nota. Comme ils savent qu'il leur a été interdit de se rassembler en tant que communauté meurtrie le jour de la rentrée des vacances ( vacances qui furent plus que troublées pour beaucoup d'entre eux), pour parler entre eux et préparer collectivement leur intervention devant les enfants et les jeunes.

La laïcité, ils l'ont bue au petit lait de Voltaire pour ceux qui ont eu le bonheur d'une éducation qui ne bradait pas la culture. Elle est inscrite dans la longue tradition dont ils ont suivi le développement pendant leurs cours d'Histoire, de Littérature, de Philosophie au fil de leurs années-lycée. Cette formation sera donc un crachat supplémentaire de leur hiérarchie sur eux, professionnels. Samuel n'est pas mort de la méconnaissance de la laïcité. Il est mort du délaissement de leur institution - et de la faillite du politique qui se refuse à prendre la mesure de ce qu'est l'islamisme, de ses réseaux et de l'ébranlement de la société qu'il cherche.

Une formation à la laïcité n'est pas un hommage à Samuel Paty comme a pu s'en féliciter l'un des formateurs des futurs formateurs. C'est une mise en cause sous-jacente de ses choix pédagogiques, une façon de laisser entendre qu'il pourrait avoir quelque part à ce qui lui est arrivé.

Et les choeurs entendus sur toutes les antennes depuis quelques jours n'y changeront rien : cette formation révulse nombre d'enseignants. Ainsi, eux, étant formés, la menteuse, son père, sa mère, le prétendu imam fiché S, cette femme en lien avec le meurtrier et qui a échangé moult messages avec la famille d'un des membres des terroristes du Bataclan, tous ceux, tous ceux qui ont concouru à la mort de Samuel, bref tous ceux-là n'auraient pas participé à l'hallali qu'il y a eue contre le professeur? La jupe de la femme violée était trop courte, il faut lui expliquer les bonnes manières vestimentaires?.................

Les enseignants iront, contraints, à cette formation. Les dents serrées. En se récitant toute la longue liste des noms de ceux qui ont abandonné Samuel.
NOTA : Le document cadrant pour les membres de l'Education Nationale l'appel reçu une semaine avant à commémorer la mort de Samuel Paty stipulait, comme une demande à ne pas trop fouiller les circonstances de la mort du professeur et les manquements possibles de l'administration qui devait protection à son agent : "Ce moment est ouvert à l’ensemble des professeurs qui, selon leur discipline ou leur formation, le mèneront selon différentes modalités avec leurs élèves. L’heure n’a pas vocation à être un retour sur ce qui s’est passé il y a un an, ni une évocation de Samuel Paty ou de sa mémoire, mais doit porter sur les questions que pose cet assassinat sur le rôle et la place du professeur, ce qui donne du sens à ce moment et qui peut être abordé dans le temps court d’une heure".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras