Retraite par points : le loup du taux d'inflation.

En étendant le nombre d'annuités pris en compte pour le calcul de la retraite, Monsieur Delevoye n'aurait-il pas oublié un petit quelque chose? Le SMIC de 2019 sera bien moindre qu'un SMIC de 2062, et à l'instant T rapportera moins de points - donc moins de pension à venir...Et ce qui est valable pour le SMIC l'est pour les autres salaires. Démonstration.

C'est une petite question que je me suis posée qui m'a amenée là... Comment est calculée la retraite des salariés du privé dans le système actuel? Et je suis allée sur cette page du magazine Capital, qui m'a semblé bien faite : https://www.capital.fr/votre-retraite/retraite-base-1313361.

Et puis, j'ai remarqué ça : « Salaire annuel moyen - Pour le calculer, on prend en compte vos 25 meilleures années de carrière » et surtout plus loin : « Bon à savoir : pour calculer cette moyenne annuelle, vos salaires sont revalorisés afin de tenir compte de l’évolution de l’inflation ».

J'ai croisé pour vérifier l'information, et j'ai trouvé ça, par exemple, sur le site de la CFDT : « 3. Revalorisation des salaires annuels portés au compte - Au moment de la liquidation de la pension, chaque salaire annuel porté au compte est actualisé par application d’un coefficient de revalorisation. Ce coefficient intègre les taux successifs de revalorisation fixés par les pouvoirs publics », avec un exemple : « En 2014, l’année 1971 est affectée du coefficient 7,5 : ce qui signifie que le salaire de l’année 1971 est multiplié par 7,5. Le coefficient de revalorisation va, évidemment, en diminuant, au fur et à mesure que l’on se rapproche de la période de la liquidation. Ainsi, en 2014, le salaire de 2008 est affecté du coefficient 1,083. »

Or, rien dans la réforme par points souhaitée par Emmanuel Macron ne prend en compte l'inflation dans le calcul du « prix d'achat » des points. Le temps, dans ce système, n'existe pas – et l'inflation, qui est une augmentation du coût de la vie dans le temps, augmentation qui se cumule), n'existe pas. Pour que le prix d'achat des points ( fixé à 10 euros sur les 25,31% du salaire cotisé) permette de gagner un nombre de points constants prenant en compte l'inflation, il faudrait le déflater d'un « coefficient de dévalorisation »... Explication ( un peu compliquée...)

Ainsi, imaginons un SMIC à 1000 euros revalorisé chaque année de 1% ( inflation fictive et SMIC indexé fictivement sur l'inflation). Au début de carrière, on gagne 1000 euros ; 43 ans plus tard, en fin de carrière, on gagne1654 euros, l'inflation annuelle étant cumulative sur 43 ans.

Année N- 43 : 1000 euros rapportent 25.31 points multipliés par 12 mois =303,7 X0,55 de rendement du point =167,035 euros annuels de retraite.

Année N de sa retraite = 1654 euros rapportent 41,86 points, multiplié par 12 mois =502,35 X0,55 de rendement du point =276,29 euros annuels de retraite.

Soit un différentiel de 109,255 euros annuels

Dit autrement, un salarié qui resterait à un salaire « constant » ( en euros virtuellement constants, c'est-à-dire prenant en compte l'inflation, fictivement ici établie à 1%, ce qui est optimiste...) verrait son salaire à  N-43 lui rapporter 40% de points de retraite en moins qu'à l'année de sa retraite (N) pour une inflation constante de 1% cumulée sur 43 années ( c'est plus pour une inflation plus forte). A N+20, il peut acheter 403 points qui lui amènent une pension annuelle de 221 euros, soit 20 % de points de retraite en moins qu'à l'année de sa retraite.

Dit autrement, il faut rétablir soit un coefficient de revalorisation de chaque salaire annuel porté au compte au moment de la liquidation de la pension, soit appliquer un coefficient de dévalorisation de la valeur d'acquisition du point prenant en compte l'inflation cumulée à l'instant N-X : année N-43 = 100 – 40% : 60 euros et N-20= 100-20% = 80 euros par exemple, avec toutes les années intermédiaires...

A moins de cela, les années les plus éloignées du moment de départ à la retraite, pour un salaire qui aura, au fil des 43 ans,  à peine suivi l'inflation ( 1%), rapporteront ...des clopinettes !


 © Pascale Fourier © Pascale Fourier



Boîte noire :

Je ne suis pas économiste. Mes capacités en mathématiques sont restreintes. Je ne sais pas faire un graphique par ordinateur.
Je pose ce papier là pour que d'autres, meilleurs que moi, se penchent sur cette question pour laquelle je sens intuitivement qu'il y a un problème.


Merci de faire des commentaires amènes et constructifs
(je peux ici avoir raconté des bêtises, avoir fait des erreurs de calculs ou de raisonnements..)





Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.