Réforme du collège: latin et grec "préservés"? C'est faux !

Hier, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education Nationale,  a affirmé que le latin et le grec étaient préservés dans la nouvelle réforme du collège prévue pour la rentrée 2016. Mauvaise compréhension du fonctionnement réel d'un collège réel ou mensonge de la Ministre: on peut se poser la question.

Hier, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Education Nationale, a affirmé que le latin et le grec étaient préservés dans la nouvelle réforme du collège prévue pour la rentrée 2016. Mauvaise compréhension du fonctionnement réel d'un collège réel ou mensonge de la Ministre: on peut se poser la question.

Le projet de grille horaire pour les négociations avec les syndicats (ici), divulgué notamment par l'UNSA éducation, est clair : le grec et le latin n'auront pas d'horaires dédiés... Dit autrement, c'est le règne du "à votre bon coeur" organisé pour les professeurs de Lettres Classiques!

Car quoi? Le latin et le grec ne pourront être enseignés que dans le cadre des EPI ( Enseignements pratiques interdisciplinaires, voir mon billet précédent), et même dans un EPI dédié "Langues et cultures de l'Antiquité". Les enseignants de Lettres Classiques seront-ils assistés d'un professeur d'Histoire ou de français, ou pourront-ils eux-mêmes assurer l'interdisciplinarité comme ils le faisaient avant, le projet pour l'instant est assez confus... Ce qui est clair en revanche, c'est que le latin et le grec n'ayant pas d'heures dédiées, les enseignants de ces matières devrront quémander auprès de leurs collègues de français  ( ce qu'ils sont aussi !) une réduction des heures de français pour que les heures de latin et de grec de l'EPI Langues et cultures de l'Antiquité puissent exister.

Car les journalistes ne l'ont pas relevé, mais les heures d'EPI ne s'ajoutent pas aux heures disciplianires, elles en sont retranchées, comme les heures d'aide individualisée au demeurant.

Analysons le projet de grille horaire... Refaisons  la somme des heures-matières. On trouve

  • en 5° : 25,5 à la place de 23 actuellement

  • en 4° : 25,5 à la place de 26

  • en 3° : 25,5 à la place de 28,5 actuellement.

A ces horaires-là, il faut retrancher les 4H consacrées aux EPI et à l'accompagnement individualisée. Tout projet qui fera appel à un enseignant d'une matière prendra la moitié du temps imparti à l'EPI à la matière en question ( si l'EPI fait appel à deux enseignants). Vous faites en 3° un EPI "Sciences et société" qui fait appel aux mathématiques? Vous entamez le cadre des 3 heures et demie disciplinaires ( eh oui, vous aviez déjà perdu une demi-heure sur les horaires actuels, et vous devrez faire avec). L'autonomie qui a été laissée aux établissements et dont s'est fait l'écho la presse, c'est la liberté de choisir quelles heures disciplinaires seront amputées par les EPI....

Misère! Mais les enseignants de latin et de grec n'ont justement pas d'heures disciplinaires !! Comment vont-ils faire? Eh bien ils tendront la main aux professeurs de français, aux professeurs d'Histoire, d'Arts Plastiques en essayant de les persuader que l'enseignement du latin ou du grec amènera les élèves à maîtriser le français, l'Histoire, les Arts Plastiques autant que si ceux-ci consacraient leur temps à l'étude de ces matières...

Le grec est enseigné en 3° exclusivement jusqu'à présent. Qui peut croire qu'un professeur de français acceptera de laisser ne serait-ce qu'une demi-heure des 4H de français  désormais prévu pour la classe de 3°, année du Brevet des collèges ( eh oui, il a déjà perdu une demi-heure dans le projet...) ? la mort du grec est assurée...

Le latin et le grec préservés? Non. Réduits à la mendicité ! Au mieux ...

( pour aller plus loin : http://avenirlatingrec.fr/)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.