Latinistes, fils de bougeois et de profs? C'est faux !

Décidément , Madame Najat Vallaud-Belkacem est bien restée une professionnelle de la communication. A l'heure où la réforme du collège qu'elle a impulsée continue de susciter une profonde opposition des enseignants parce qu'elle attaque les heures de cours disciplinaires, fait disparaître les classes bilangues et européennes et monte une véritable usine à gaz pour l'enseignement du latin et du grec, a été publiée une opportune étude de la DEPP ( Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) intitulée «Le latin au collège : un choix lié à l’origine sociale et au niveau scolaire des élèves en fin de sixième ». Et ce n'est pas un hasard si Libération du 29 Octobre s'est empressé d'intitulé l'article publié à cette occasion « Les latinistes, bons élèves et enfants de profs ». Qu'apprend-on dans cette étude ? Que 44 % des enfants d’enseignants font du latin, 39 % des enfants de cadres, mais seulement 20 % des enfants d’employés et 15 % des enfants d’ouvriers ! « Salauds de latinistes, doit-on sans doute s'exclamer alors : tous des fils de bourgeois et de profs ! »

Décidément , Madame Najat Vallaud-Belkacem est bien restée une professionnelle de la communication. A l'heure où la réforme du collège qu'elle a impulsée continue de susciter une profonde opposition des enseignants parce qu'elle attaque les heures de cours disciplinaires, fait disparaître les classes bilangues et européennes et monte une véritable usine à gaz pour l'enseignement du latin et du grec, a été publiée une opportune étude de la DEPP ( Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) intitulée «Le latin au collège : un choix lié à l’origine sociale et au niveau scolaire des élèves en fin de sixième ». Et ce n'est pas un hasard si Libération du 29 Octobre s'est empressé d'intitulé l'article publié à cette occasion « Les latinistes, bons élèves et enfants de profs ».

 Qu'apprend-on dans cette étude ? Que 44 % des enfants d’enseignants font du latin, 39 % des enfants de cadres, mais seulement 20 % des enfants d’employés et 15 % des enfants d’ouvriers ! « Salauds de latinistes, doit-on sans doute s'exclamer alors : tous des fils de bourgeois et de profs ! »

 Pourtant, si on se penche sur un autre document mis en ligne par le Ministère et reprenant tous les chiffres que l'on veut concernant le second degré, on tombe à la page 37 sur ce tableau :

Répartition des élèves latinistes selon l'origine sociale à la rentrée 2014 Répartition des élèves latinistes selon l'origine sociale à la rentrée 2014

 

Qu'y apprend-on, en appliquant une rapide règle de trois? Que certes 37,34 % des latinistes en 2014 ont une origine sociale favorisée – cadres, professions intellectuelles supérieures ( dont les professeurs), auxquels on a adjoint opportunément les instituteurs). Mais le gros de la troupe, ce sont pour 14% des effectifs des enfants de professions intermédiaires (dites « catégories favorisées B » - sic !), pour 24,6% des fils et filles d'employés, d'artisans et de commerçants, pour 23,9% des enfants d'ouvriers ou de chômeurs.

 Elitiste , le latin ? 2/3 des latinistes sont loin d'être des gosses de riches ou de profs ! Ce sont les enfants de prolos, comme aurait dit la Gauche quand elle était encore de gauche. Et c'est à ceux-là, à ces gosses de prolos qui veulent apprendre que Najat Vallaud-Belkacem veut interdire de fait l'apprentissage de la langue de Cicéron sous couvert d'égalité? Désastreux !


Boîte noire :

La note de la DEPP : http://www.education.gouv.fr/cid94667/le-latin-au-college-un-choix-lie-a-l-origine-sociale-et-au-niveau-scolaire-des-eleves-en-fin-de-sixieme.html

Le lien vers le document du Minsitère à regarder page 37 : http://cache.media.education.gouv.fr/file/2015/66/8/depp_rers_2015_eleves_second_degre_454668.pdf

La nomenclature "catégories sociales" liée au tbaleau inséré dans le texte :













Pour info, tableau de l'INSEE sur le population en emploi selon la catégorie sociale en 2014

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.