pascal.langlois.ser@free.fr
Conseiller Principal d'Education, Lycée polyvalent Le Corbusier
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2018

pascal.langlois.ser@free.fr
Conseiller Principal d'Education, Lycée polyvalent Le Corbusier
Abonné·e de Mediapart

Lettre ouverte à M. le Président de la République

Monsieur le Président, La prochaine tenue de l’Assemblée générale de l’ONU pourrait être l’occasion de préciser votre pensée et l’orientation de votre politique en matière de laïcité. Depuis votre accession à la Présidence de la République vous avez à plusieurs reprises abordé la mise en oeuvre de ce principe constitutionnel.

pascal.langlois.ser@free.fr
Conseiller Principal d'Education, Lycée polyvalent Le Corbusier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La prochaine tenue de l’Assemblée générale de l’ONU pourrait être l’occasion de préciser votre pensée et l’orientation de votre politique en matière de laïcité. Depuis votre accession à la Présidence de la République vous avez à plusieurs reprises abordé la mise en oeuvre de ce principe constitutionnel. Étrangement ce fut toujours à l’occasion de rencontres avec des responsables religieux et dans le seul souci de les rassurer comme si la laïcité représentait une menace pour l’exercice des cultes et leurs fidèles ! Renvoyant ainsi les femmes et les hommes (croyant-e-s ou non) qui dans le monde militent pour la laïcité dans le camp des adeptes d’une idéologie liberticide.
Le 10 décembre 2018 sera le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme élaborée de 1946 à 1948. Dans ce cadre, le rapport Universalité, diversité culturelle et droits culturels ( http://undocs.org/fr/A/73/227) sera présenté le 26 octobre lors de l’Assemblée générale de l’ONU par Karima Bennoune, Rapporteuse spéciale dans le domaine des droits culturels.
Karima Bennoune, professeure de droit à l’université Davis de Californie, a reçu le prix Dayton pour la paix en 2014. Elle est née en Algérie où son père Mahfoud Bennoune, anthropologue réputé, fut menacé de mort à plusieurs reprises dans les années 1990. Son grand-père, leader paysan, a perdu la vie comme des milliers d’autres à travers le monde dans la lutte contre le colonialisme qui, écrit-elle dans ce rapport, « est lui-même une forme de relativisme ».
Nombreuses sont les raisons et principes pour lesquels ce rapport doit être adopté.
D’abord il réaffirme le principe d’universalité des droits qui prend sa source dans l’affirmation de la dignité humaine et implique le principe d’égalité. La jouissance des mêmes droits fondamentaux ne dépend pas du lieu, de l’origine, du statut ou de toute autre particularité, mais de la seule appartenance à l’humanité.
Ces droits universels sont un cadre pour la diversité culturelle, et ces deux notions ne sont pas opposables. Pour la Rapporteuse spéciale, « la diversité culturelle est, pour le genre humain, aussi nécessaire que l’est la biodiversité dans l’ordre du vivant ». Cependant, comme l’affirme l’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Nul ne peut invoquer la diversité culturelle pour porter atteinte aux droits de l’homme garantis par le droit international, ni pour en limiter la portée. »
L’universalité est un cadre d’inclusion et non d’exclusion. Il s’applique à tous individuellement. Il ne souffre pas les interprétations idéologiques ou communautaires qui par exemple rendraient facultatifs « les droits sexuels et reproductifs liés à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre ».
Le relativisme culturel représente « une déconstruction de l’humanité au nom d la culture » utilisée comme enfermement dans des « spécificités », des traditions, des interprétations religieuses ou autres et non comme une construction dynamique riche de sa diversité. Ainsi la diversité culturelle s’oppose par nature à une conception figée, sclérosée de la culture et donc à la volonté d’en imposer une interprétation. Les notions de consentement éclairé et de liberté de conscience sont à cet égard essentiels. « En réalité, le relativisme culturel n’est pas une simple construction théorique ; les exclusions de la protection des droits qu’elle cherche à créer ont des conséquences graves, parfois mortelles ».
Dans ses conclusions et recommandations, Karima Bennoune appelle les États à « s’abstenir d’utiliser la culture, les droits culturels ou la tradition pour justifier les violations des droits de l’homme internationaux. »
Nous attirons votre attention sur l’une des recommandations indiquant que « Pour améliorer le respect de la diversité culturelle dans le cadre des droits universels, les États devraient : […] réaffirmer l’importance de la laïcité ainsi que de la séparation de la religion et de l’État, de même que l’importance d’espaces laïcs pour la pleine application de la liberté de religion ou de conviction et de tous les autres droits de l’homme. »
Le rapport de Karima Bennoune est riche et fort de ses arguments juridiques très documentés, poignant par l’évocation des cas concrets de victimes du relativisme et du fondamentalisme, inquiétant par la relation du harcèlement et des persécutions de militants et particulièrement de militantes en défense des droits humains, préoccupant par le constat du désengagement politique et financier envers les structures internationales et régionales de promotion et de défense des droits culturels. Ces qualités motivent également notre lettre.
Dans la filiation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, de la loi de 1905 de Séparation des Églises et de l’État, du préambule de la Constitution de la IVe République (1946) repris par celle de la Ve République (1958), il serait pour le moins paradoxal que la France lors de l’Assemblée générale de l’ONU du 26 octobre prochain ne s’inscrive pas dans ce processus.
La délégation française doit soutenir le rapport présenté par Karima Bennoune et contribuer activement ainsi à son adoption qui élargirait le champ des droits culturels dans le cadre des droits humains universels et représenterait un soutien concret inestimable aux hommes et surtout aux femmes qui se mobilisent, de par le monde, dans des conditions difficiles pour leur sécurité et leur intégrité.
Veuillez accepter nos salutations respectueuses.
Comité de réflexion et d’action laïque de Seine-Maritime,
Francis VANHÉE, président

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige