Quelle issue progressiste durable ?

Les mouvements sociaux, la convergence possible entre gilets jaunes et la CGT pourraient aboutir à des reculs du pouvoir,à des avancées sociales et démocratiques. Mais -- s'ils adviennent -- seront-ils durables si le pouvoir reste aux tenants du grand capital? L'atout principal de Macron est l'émiettement des forces de gauche...Les européennes ne sont pas la fin de l'histoire. Que faire?

Quelle issue politique progressiste?

Sur les chaînes télé des media conformistes, on célèbre la remontée de Macron dans les sondages ces derniers jours de janvier. On se raconte en soupirant de soulagement comme on a eu peur. On passe et repasse les video des violences des actes I, II, III, IV, on passe et repasse les interventions du Président de la République. Finalement, on tombe d'accord : « Macron va sortir vainqueur de tout ça : il n'y a pas d'alternative à gauche, la gauche est trop divisée ».

Ces propos des éditorialistes conformistes macronophiles ne sont-ils pas à prendre au sérieux ? J'entends dire que la question du rassemblement va monter très fort, la gauche totalise 25% avec 7 ou 8 listes concurrentes aux élections européennes. Réponse immédiate : Le PS a voté tous les traités européens, comment s'entendre avec lui ? EE-LV veut se refaire des muscles toute seule, on pourrait s'entendre sur le féminisme, mais le fédéralisme c'est la fuite en avant dans le libéralisme. France Insoumise ? Elle ne veut pas d'alliance, elle veut absorber ses partenaires ! Reste Génération.s et le PCF...Ils se parlent, paraît-il, pour une liste commune aux européennes,..

La convergence des gilets jaunes avec les syndicats de combat si elle advient – et il faut tout faire pour qu'elle advienne – peut enregistrer des succès économiques importants ; obtenir des avancées sur la progressivité des impôts, sur les salaires et les pensions serait une victoire historique. Mais ces victoires –si on y arrive – seront-elles durables si on ne peut prendre le pouvoir ? 

La question du rassemblement à gauche concerne-t-elle exclusivement des arrangements boutiquiers entre deux partis menacés, chacun, de ne pas dépasser, les 5% nécessaires pour avoir des élus ?

Y a-t-il une vie après les élections européennes ? Faut-il enregistrer comme immuables les désaccords actuels ? Ces désaccords semblent bien exclure une liste de rassemblement pour les européennes, mais faut-il pour autant – quitte à enregistrer des refus de certaines formations – se satisfaire de cette constatation ? On a besoin d'initiatives politiques qui posent en grand devant le pays la question des conditions d'une issue progressiste à la crise : le contenu, et le rassemblement politique nécessaire.

Affirmer qu'on a les bras grands ouverts c'est bien. Est-ce suffisant ? Quelle forme peut prendre l'initiative politique qui trace des perspectives de victoire durable ? Bonne question...Proposition, réitérée s'il le faut, d'un forum public national à toutes les formations pour poser en grand devant l'opinion publique les termes essentiels d'un changement politique et social progressiste, écologique et féministe ? Y-a-t-il d'autres formes à inventer, d'autres innovations ? Que les bouches s'ouvrent...

En attendant, le piège Macron fonctionne fort bien : le FN/RN se renforce, Macron reprend du poil de la bête, la gauche atomisée est inaudible. Les media publics et privés, où les opinions conformistes des éditorialistes et des rédactions règnent en maître, diffusent et rediffusent les images de violences – attribuées en général « aux gilets jaunes » – diffusent et rediffusent les interventions de Macron sous prétexte de grand débat, la machine à décerveler fonctionne à plein, et le président se présente comme le recours contre le FN et le désordre... Une technique de com qui avait marché à merveille en 68 : malgré une grève nationale de 10 millions de salarié-e-s, la diffusion massive des images de barricades rue Gay Lussac et de voitures brûlées au Quartier Latin avait fait merveille ; les législatives de l'automne 68 avait donné une majorité écrasante à la droite...

Une bonne nouvelle : les Gilets Jaunes d'Ile de France appellent à manifester avec la CGT le 5 février...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.