La radicalité selon Nicolas Hulot

Ce billet examine quelques propositions formulées par M. Nicolas Hulot pour la sortie de crise du Covid. Sa radicalité est celle d'un pétard radicalement mouillé

La radicalité selon Nicolas Hulot.

Nicolas Hulot déclare : « Nous sommes dans une situation radicale, je ne m’accommoderai pas de mesures qui ne soient pas radicales. » Et aussi « si l’on veut pouvoir retrouver une forme de sérénité vis-à-vis de l’avenir, il y a un modèle que l’on ne peut pas poursuivre jusqu’à l’absurde et qu’il faut remettre à plat. « 

Quels sont les éléments de radicalité dans ses propositions ?Quel est ce modèle « qu'il faut remettre à plat » ? Voici ses propositions parmi les plus audacieuses :

*Le gouvernement doit prendre date pour un grand rendez-vous, afin de construire cet horizon commun et définir les priorités.

*il faudra de la concertation et une planification générale, où l’on fixera des objectifs

*On ne pourra plus prendre l’avion comme avant, plus non plus avoir un produit qui arrive par Amazon du bout du monde en vingt-quatre heures,

*Réformer la fiscalité et avoir une TVA incitative, en Europe, sur les biens et les services écologiquement et socialement vertueux,

*Il faut donc distribuer de l’argent, se fixer des limites dans les revenus, dans la cupidité.

*La priorité des priorités, c’est d’aller chercher l’argent là où il est, de taxer de manière plus importante les revenus qui ne sont pas issus du travail, de mettre fin à ce capitalisme sauvage

*Alors que le gouvernement est en difficulté, je suis dans un esprit de coopération, sans être naïf ni indulgent.

*Je parle avec le président, certains ministres, des membres de l’opposition ;

Dans les propositions radicales de Nicolas Hulot, aucune ne concerne la nationalisation de grands outils industriels, de grandes banques comme la BNP ou la Société Générale. Aucune n'a d'incidence importante sur les industries qui émettent le plus de Gaz à Effet de Serre, ou sur les banques qui les financent. Aucune ne parle de nouveaux droits des salariés dans la gestion des entreprises. Aucune ne parle d'en revenir sur l'inversion du calendrier électoral entre législatives et présidentielle. A fortiori, aucune ne parle de revenir à un système démocratique, où le pouvoir reviendrait aux représentants démocratiquement élus du peuple, et pas à un homme seul.

La radicalité de Nicolas Hulot, c'est de « mettre fin à ce capitalisme sauvage », celui des paradis fiscaux... Surtout pas de mettre fin, ou même de porter atteinte au capitalisme. La radicalité de M. Hulot ressemble fort à une offre de service, à une planche de salut offerte au président des riches. Un pétard radicalement mouillé...

Nicolas Hulot ressemble au neveu du prince de Lampedusa dans "Le Guépard" qui expliquait qu'il fallait "tout changer pour que rien ne change"...

Combien de temps ce pseudo-écologisme impuissant et ce tissu de « radicales » demi-mesures continueront-ils à faire illusion ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.