A propos de fascisme à masque religieux

Des groupes ou des individus prétendent défendre la masse de nos compatriotes de culture musulmane, souvent issu-e-s de pays colonisés, en les constituant en groupes politiques qui auraient des droits politiques. Leur confusion et leurs erreurs servent aux droites pour attaquer toute la gauche. Combattons tous les fondamentalismes religieux, quels qu'ils soient : ils ont tous partie liée.

Fascisme à masque religieux

Albert Camus disait que mal nommer les choses est ajouter aux misères du monde...

Les discriminations multiples, les humiliations et les souffrances subies par nos compatriotes d'origine africaine, arabe ou autres sont multiples. Ils et elles se heurtent à l'indifférence, ou pire, aux politiques antisociales du pouvoir. Elles et ils subissent souvent le racisme des conceptions colonialistes qui perdurent. Elles et ils se heurtent à des campagnes de haine et d'intolérance religieuse.

Il s'est trouvé un groupe, qui, au nom des « indigènes », sous couvert de mieux les représenter ou de fédérer leurs colères ou leurs luttes, voudrait les constituer en groupe politique homogène, qu'il oppose à d'autres groupes sociaux sur des critères de couleur de peau, ou d'origine, mâtinés d'antisémitisme. Une des thématiques de ce groupe se fonde sur une culture religieuse, l'islam, plus répandue parmi ces compatriotes venant de pays qui furent colonisés. L'ostracisme est tout à fait réel dont le RN et certains secteurs de la droite voudraient, pour mieux diviser les opprimés, frapper les populations de culture musulmane. Il sert à ce groupe d' »indigènes » d'excuse pour englober sous le terme d'islamophobie toute expression ou action de haine envers l'islam, mais aussi toute critique aux fondamentalismes salafistes diffusés dans le monde, et aussi en France, notamment par les potentats pétroliers d'Arabie saoudite, par le nouveau sultan de Turquie, et d'ailleurs. Combattre le terrorisme djihadiste d'essence fasciste serait ainsi faire acte de haine contre l'ensemble de tout un secteur des couches populaires.

Une autre association, aujourd'hui dissoute, se prétendant apolitique et areligieuse, se livrait à la même confusion entre le politique et le religieux. Sous couvert de défendre des couches sociales discriminées et dominées, elle prétendait réclamer des droits aux « musulmans », érigés globalement en groupe politique, et se voulait le fer de lance contre une « islamophobie » aux contours élargis jusqu'à la critique aux fondamentalismes fascistes.

Il s'est trouvé ici et là des personnes ou des groupes aux idéologies floues pour soutenir au nom de conceptions soi-disant progressistes, ces confusions redoutables. Ce faisant, en toute irresponsabilité, ils contribuaient à disqualifier les forces syndicales, associatives et politiques qui tentent d'unir les couches sociales dominées contre les responsables du racisme, des haines sectaires, des politiques réactionnaires ou néo-colonialistes, des xénophobies. J'ai nommé parmi ces derniers le cercle dirigeant du grand capital et ses créatures politiques.

Toute indulgence, toute tolérance pour la confusion organisée entre la masse de nos compatriotes de culture musulmane et une variété de fascisme à masque religieux est à bannir énergiquement. Le droit de pratiquer sa religion en toute liberté - ou de n'en pas pratiquer - est consubstantiel à la République. En revanche la lutte contre tous les fondamentalismes religieux, quels qu'ils soient, chrétiens, juifs, bouddhistes ou islamistes est un impératif démocratique incontournable.

Comme le fascisme bien de chez nous, dont les fondamentalistes catholiques font partie, le salafisme s'en prend aux libertés, à la démocratie, aux droits des femmes, aux minorités sexuelles, et travaille à diviser pour mieux permettre aux seigneurs de la finance de prolonger leur règne. La variante djihadiste du genre Etat islamique fait partie de la panoplie sanglante des armes contre le progrès humain. En offrant au RN ou à la droite le prétexte tout trouvé de la terreur au masque religieux pour s'en prendre à une fraction du peuple des travailleurs salariés, le salafisme et ses variantes djihadistes nourrissent la propagande de la droite extrêmes. En développant son discours de haine contre « les musulmans », le RN aide le djihadisme à recruter les plus vulnérables des esprits faibles pour ses attentats innommables.

Tous les fascismes, au delà de leurs imprécations mutuelles, ont partie liée. Combattons les pour ce qu'ils sont.

Il est urgent de désamorcer le piège tendu à la gauche par l'offensive des droites sur « l'islamo-gauchisme ». Il ne doit y avoir dans l'esprit de nos concitoyens aucun doute sur les principes de la gauche : pour les musulmans, les chrétiens ou les juifs, etc., en tant que citoyen-ne-s, tous les droits, toute la solidarité contre les racismes, les intolérances et les injustices. Pour les musulmans, les chrétiens ou les juifs, etc., en tant que groupes politiques fondé sur une identité religieuse, rien ! Contre les divisions politiques à base ethnique ou religieuse, contre les fascismes, quelle que soit leur origine ou leur masque, religieux ou non, la lutte doit être acharnée, sans répit.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.